RANCIÈRE JACQUES (1940-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au fil de plus de quarante années de production intellectuelle, Jacques Rancière, né en 1940, élève de Louis Althusser et professeur de philosophie à l'université de Paris-VIII, a apporté une contribution originale à l'analyse des concepts politiques et esthétiques dans la philosophie de langue française. Sa contribution n'est pas de nature systématique mais relève avant tout d'une déconstruction des concepts traditionnels (pouvoir, souveraineté, égalité, liberté, etc.). Pour Jacques Rancière, la philosophie « n'a pas de divisions qui s'emprunteraient soit à son concept propre soit aux domaines où elle porte sa division ou sa législation. Elle a des objets singuliers, des nœuds de pensée nés de telle rencontre avec la politique, l'art, la science ou telle autre activité de pensée, sous le signe d'un paradoxe, d'un conflit, d'une aporie spécifiques ». L'option est critique et kantienne. La visée est, comme chez Kant et les philosophes des Lumières, celle de l'émancipation.

À travers cette démarche, Jacques Rancière a été à l'origine de l'ouverture de la réflexion aux discours des exclus du discours, de ceux qui sont condamnés au silence ou demeurent dans les marges : prolétaires, pauvres, femmes, minorités. En ce sens, il est un des rares philosophes français à s'être retrouvé au cœur de l'entreprise des cultural studies, dans ce qu'elles ont eu et conservent de profondément perturbant et novateur pour les approches en sciences humaines.

La parole des exclus

Avec La Nuit des prolétaires (1981), Le Philosophe et ses pauvres (1983), Le Maître ignorant (1987), il est question avant tout de l'émancipation. Rancière s'efforce de retrouver dans les discours des ouvriers du xixe siècle ou dans l'étrange délire pédagogique du maître ignorant Louis Jacotot les sens de termes comme exploitation, maîtrise, travail, fatigue, économie, association, libération, connaissance, dans leur relation aux identités qui s'y formulent. Les prolétaires et les pauvres s'efforcent de prendre la parole et celle-ci n'est ni celle de leurs maîtres ni celle des maîtres académiques. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Rouen, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  RANCIÈRE JACQUES (1940- )  » est également traité dans :

AISTHESIS (J. Rancière) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 077 mots

En 1946, Erich Auerbach publiait Mimésis , un essai qui fit date. Comme le précisait son sous-titre, l'ouvrage se proposait de décrire l'évolution de « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », de l' Odyssée d'Homère à La Promenade au phare de Virginia Woolf. À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aisthesis/#i_29186

ANACHRONISME, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 418 mots

Dans le chapitre « Une incitation à faire de l'histoire »  : […] composition du récit, dans la critique des sources. Radicale, pourtant, est la critique de la notion d'anachronisme mental lancée par Jacques Rancière. Aux yeux de ce dernier, si les hommes ne peuvent agir, sentir et penser qu'en conformité avec la mentalité de leur temps, l'irruption du neuf, le scandale de l'événement demeurent bannis à tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anachronisme-histoire/#i_29186

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Sortir de l'opposition entre histoire et littérature »  : […] Dans une perspective comparable, les travaux de Jacques Rancière nouent des analyses de type stylistique avec des positions épistémologiques sur le régime de vérité propre à l'histoire. Dans les Noms de l'histoire, publié en 1992, ses analyses sur la réorganisation du récit par la « Nouvelle Histoire » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_29186

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves MICHAUD, « RANCIÈRE JACQUES (1940-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-ranciere/