Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VEYNE PAUL (1930-2022)

Né à Aix-en-Provence le 13 juin 1930, Paul-Marie Veyne fut un historien et un intellectuel. Titulaire de la chaire d’histoire de Rome au Collège de France de 1975 à 1998, il a publié de nombreux ouvrages sur la Rome impériale, en laquelle il voyait une déclinaison singulière de la civilisation grecque : ainsi Le Pain et le Cirque (1976) et L’Empire gréco-romain (2005). Mais, à considérer l’ensemble de sa bibliographie ou la volumineuse anthologie de ses textes (publiée en 2020 par les éditions Robert Laffont sous le titre Une insolite curiosité), on découvre une œuvre qui ne se limite pas à l’histoire proprement dite.

Un historien singulier

Inclassable, Veyne ne se connaissait ni maîtres ni élèves, mais seulement quelques amis : Georges Ville, dont il publia en 1981 la thèse sur les gladiateurs romains ; Michel Foucault, qui aimait accueillir chez lui à Paris ce provincial de quatre ans son cadet (Foucault, sa pensée, sa personne, 2008) ; et un « héros de toujours », son « voisin » provençal René Char, poète et résistant. Il avait su se créer une existence libre de se tourner exclusivement vers « l’intéressant », comme il le confie dans le livre d’entretiens (avec Catherine Darbo-Peschanski) Le Quotidien et l’intéressant, en 1995.

Direct et volubile, Veyne n’a pas fait mystère de sa carrière ni de sa vie privée, auxquelles il a consacré un ouvrage entier : Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas (2014). Il lui fallait endosser sans gêne une rare difformité congénitale du visage, leontiasisossea; rendre compte de sa passion pour l’Antiquité, depuis la découverte inopinée d’une pointe d’amphore sur les hauteurs de Cavaillon, et la lecture d’Homère ; dire sa honte d’avoir été fils de « collabos » (son père, négociant en vins, avait trouvé avantage à l’ordre imposé par l’occupant) ; affirmer son amour pour les femmes (il se maria trois fois) ; expliquer le devoir qu’il s’imposa, pour se racheter, malgré le danger, de soutenir clandestinement le FLN ou de se passionner tant pour l’alpinisme que pour la morale stoïcienne (il introduisit longuement l’œuvre de Sénèque) ; regretter d’être dépourvu de tout esprit religieux (une tare, à ses yeux, pour un historien, qui devrait pouvoir comprendre les faits de croyance autant du dedans que du dehors), mais noter avec soin ses quelques expériences d’extases et d’hallucinations ; enfin, relater comment il avait su, de succès en succès, conquérir le loisir nécessaire à la recherche.

Paul Veyne avait été admis à l’École normale de la rue d’Ulm en 1951. Il obtint l’agrégation de grammaire (1955), séjourna à l’École française de Rome (de 1955 à 1957), et enseigna à l’université d’Aix-en-Provence (à partir de 1961), puis au Collège de France (de 1975 à 1998) que lui avait ouvert Raymond Aron. Il passa enfin sa retraite à Bédoin, au pied du mont Ventoux, où il mourut le 29 septembre 2022.

Paul Veyne ne dit rien, en revanche, des distinctions et des médailles qu’il accumula.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directrice d'études émérite, École pratique des hautes études, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • L'EMPIRE GRÉCO-ROMAIN (P. Veyne)

    • Écrit par Pierre CORDIER
    • 997 mots

    Les lecteurs familiers de l'historien de l'Antiquité Paul Veyne ne s'attendent pas à un exposé sagement chronologique, structuré par les prérequis d'une histoire positiviste. Poursuivant sa « sociologie historique », l'auteur présente, avec L'Empire gréco-romain...

  • HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

    • Écrit par Christian DELACROIX
    • 4 397 mots
    ...« outil cognitif » et forme spécifique de l'explication en histoire (« raconter, c'est expliquer »). On peut rattacher la réflexion épistémologique de Paul Veyne, isolée à l'époque, à ces positions « narrativistes », même si Comment on écrit l'histoire, paru en 1971, procède plutôt...
  • LES MYSTÈRES DU GYNÉCÉE (ouvrage collectif), LA GRANDE FRESQUE DE LA VILLA DES MYSTÈRES À POMPÉI (G. Sauron ) - Fiche de lecture

    • Écrit par Hervé DUCHÊNE
    • 1 073 mots

    Pour qui se rend à Pompéi, la visite de la villa des Mystères, explorée à partir de 1909, est comme un pèlerinage. À l'écart de la foule des touristes qui s'engage dans le périmètre des fouilles, il faut suivre une route empruntée par d'autres initiés. On atteint les vestiges d'une riche demeure...

  • LINGUISTIC TURN, histoire

    • Écrit par Bertrand MÜLLER
    • 1 838 mots
    La reconnaissance de l'appartenance du discours historique à la catégorie des récits n'était pas tout à fait nouvelle.En 1970, dans un essai provocateur (Comment on écrit l'histoire), Paul Veyne avait ironisé sur les prétentions de l'histoire à échapper aux catégories littéraires du récit...
  • PROPAGANDE

    • Écrit par Xavier LANDRIN
    • 7 633 mots
    • 10 médias
    Il faut sans doute être particulièrement attentif, comme l'a rappelé Paul Veyne, aux problèmes d'anachronisme et d'historicité lorsqu'on attribue rétrospectivement à certains monuments ou à certaines œuvres d'art une dimension propagandiste. L'exemple de la colonne Trajane (...

Voir aussi