LINGUISTIC TURN, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le linguistic turn (ou « tournant linguistique », mais l'expression est surtout utilisée en anglais) n'est assurément réductible ni à une école ni à un courant de pensée. Une école de pensée se reconnaît à ses maîtres, à ses fondateurs : ici il n'y en pas vraiment. L'expression apparaît pour la première fois dans le titre d'un ouvrage (The Linguistic Turn. Recent Essays in Philosophical Method), dirigé par le philosophe américain Richard Rorty, dans lequel ce dernier insiste sur l'importance du langage dans la formulation des questions philosophiques. Paru en 1967, il n'a pourtant pas eu une place explicite dans le débat concernant les disciplines littéraires et l'histoire qui marquera les années 1980. Une école se reconnaît également à un programme et à des œuvres canoniques, mais ici, pour seul programme, une proposition forte : l'expérience et son rapport à la réalité ne peuvent être pensés en dehors de la médiation du langage. De manière plus radicale, la réalité demeure hors de toute prise, le langage seul peut l'exprimer et le langage seul constitue une réalité.

Généralement, le linguistic turn est associé à la crise de l'histoire intellectuelle américaine, dans les années 1970-1980, mais il a également touché l'histoire sociale anglaise. C'est pourtant dans la philosophie poststructuraliste française des années 1970, importée sur les campus américains, que ses animateurs ont puisé leurs premières inspirations théoriques. Donc, pas non plus de lieu unique d'inspiration ni même de diffusion.

La remise en cause des paradigmes des sciences sociales

Le linguistic turn n'aura-t-il été qu'une illusion discursive ? un jeu rhétorique ? Pas tout à fait. S'il échappe à toute reconstruction rétrospective, c'est bien parce qu'il ne s'est cristallisé dans aucune tradition. Il se perçoit d'abord dans sa dispersion, son effervescence, sa radicalité, ses contradictions, comme un moment fort, parfois véhément, bravant les grands paradigmes des sciences sociales (tels que le structuralisme, les approches quantitatives) et, au-delà, contestant de manière virulente la modernité dans ses fondements économiques, industriels et technologiques, dans ses valeurs issues des Lumières (le progrès, la raison, l'humanisme, l'universalisme, l'optimisme).

Toute la science, mais aussi l'histoire et, en particulier, l'histoire « professionnelle » et « scientifique », sur lesquelles se sont établis les « grands récits » de la modernité, ont été spécialement visées. Indistinctement et non sans contradiction, ce sont les conceptions de l'objectivité, de la vérité, de l'universalisme de la connaissance historique qui ont été systématiquement remises en cause.

La radicalité et la violence des controverses qui ont caractérisé le linguistic turn témoignent également de la transformation des formations et des recrutements universitaires dans un contexte de forte concurrence et de rareté des postes. Elles expriment les désillusions et les désaccords d'une nouvelle génération d'historiens à l'égard des réalisations du monde moderne (industrialisation, progrès techniques, etc.) et des grands paradigmes explicatifs produits dans les années 1960. La critique de ces modèles explicatifs dominants d'une histoire articulée sur une séparation entre les activités sociales, économiques et matérielles, d'un côté, et, de l'autre, les pensées, représentations et symboles proposant une grille de lecture et d'explication fondée sur une approche rationnelle, quantifiée et hiérarchisée des phénomènes historiques, a provisoirement servi de point de ralliement (Gareth Stedman Jones, Languages of Class, 1983).

Enfin, tant aux États-Unis qu'en Grande-Bretagne, le linguistic turn a exprimé une résistance politique dans les milieux de gauche, et surtout dans les milieux féministes et antiracistes face à une idéologie dominante réactionnaire. Ainsi, pour l'historienne américaine Joan W. Scott, l'histoire du féminisme, qui est certes une histoire en soi, ne peut être comprise hors d'une analyse critique des discours et des représentations démocratiques (La Citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l'homme, 1998).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LINGUISTIC TURN, histoire  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « Nouvelles crises de l'historisme »  : […] Au milieu des années 1970 s'effrite l'optimisme concernant l'expansion infinie du monde industriel, dopée par les sciences et les techniques. La foi dans le progrès, la croissance et la rationalité scientifique est remise en cause ; les valeurs que partageaient les courants historiographiques institués au lendemain de la guerre dans l'optimisme des Trente glorieuses sont ébranlées. Un peu partout, […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « L'écriture de l'histoire au risque du relativisme »  : […] Les aspects proprement poétiques ou stylistiques des approches textualistes ou rhétoriques ne sont que très rarement – au moins jusqu'à la fin des années 1980 – pris en compte par les historiens dans leurs pratiques d'écriture. Mais une majorité d'entre eux vont dénoncer la dimension relativiste des approches « textualistes » et « fictionnalistes » qui, selon eux, remettent en cause la visée de vé […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique

  • Écrit par 
  • Michel MARGAIRAZ
  •  • 4 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déclin des années 1970-1980 »  : […] Plusieurs facteurs se combinent pour rendre compte du déclin de l'histoire de type labroussien. Tout d'abord, on constate le retour de balancier idéologique des années 1970-1990, marqué par le reflux du structuralisme et du marxisme dans l'univers intellectuel des sciences sociales. Ensuite, l'histoire globale est remise en cause même par des historiens proches des Annales , au profit d'un quasi-é […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 3 164 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de l'histoire quantitative »  : […] Deux historiens ont joué un rôle essentiel dans ce développement. Dans La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II (1949), Fernand Braudel poursuit un projet d'histoire totale. Il cherche à montrer avec assez d'ampleur comment interagissent différents niveaux de la réalité historique et surtout différents types de temporalité pour comprendre le mouvement de l'histoire dan […] Lire la suite

RORTY RICHARD (1931-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 536 mots

Dans le chapitre « De la philosophie analytique au pragmatisme »  : […] Richard Rorty est né à New York en 1931. Professeur au sein du département de littérature comparée à Stanford University durant les dernières années de sa carrière universitaire, Richard Rorty a étudié à l'université de Chicago et à Yale. Il a ensuite enseigné la philosophie à Princeton, l'un des pôles majeurs de la philosophie analytique, avant de rejoindre le département des humanités à l'univer […] Lire la suite

SOCIAL HISTORY

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 742 mots

Dans le chapitre « L'influence des études féministes et des approches du discours »  : […] Cependant, dans les années 1970, cette history from below est contestée. Les interprétations en termes de classes sont remises en cause par le développement des études féministes et de nouvelles recherches ébranlent le mythe d'une élite ouvrière plus conservatrice que révolutionnaire et révèlent l'importance des conflits intraclassistes, plus virulents que ceux entre ouvriers et patrons. Ces tra […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand MÜLLER, « LINGUISTIC TURN, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistic-turn-histoire/