CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écoute des voix

Le type d'épistémologie mis en œuvre par Michel de Certeau pour rendre compte des mystiques aux xvie et xviie siècles s'articule très expressément avec une réflexion et une pratique insérées dans l'univers contemporain. Dans son travail historique, il met en effet l'accent sur la solidarité que l'expérience mystique a entretenue avec la régression des institutions du sens dans une chrétienté éclatée à la suite des Réformes : le présent est exilé d'une tradition reçue, d'un ordre sacral qui s'est décomposé. En même temps, une place centrale est accordée dans l'analyse à l'énonciation, distincte de l'organisation objective des énoncés : d'où l'insistance sur l'acte de parole, les conventions et les règles qui « déterminent l'usage relationnel d'une langue devenue incertaine du réel » (« L'Énonciation mystique », in Recherches de sciences religieuses, 1976).

Si l'historien contemporain, quand il écrit sur les discours mystiques, est lui aussi « exilé de ce qu'il traite » (La Fable mystique, XVIe-XVIIe siècle, 1982), 1'altération qu'inscrivent en lui ces textes lus et relus n'est pas sans effets. D'avoir fréquenté tant de temps non seulement les grands mystiques canonisés par une orthodoxie, mais aussi tous les « petits saints » pourchassés pour leurs « dévotions extraordinaires », rendait Michel de Certeau plus sensible à la fragilité qui affecte les contrats langagiers, au soupçon qui atteint aujourd'hui discours et institutions. De là, sans doute, l'extraordinaire acuité du regard porté sur là crise de Mai-68 dans La Prise de parole (1968). Il ne s'agit pas de caser à tout prix les « événements » dans une région particulière du savoir déjà constitué ou dans des codes préétablis pour recouvrir rapidement la faille ouverte, mais d'écouter des voix, de méditer la surprise que ce qui advient a constitué pour tous les savoirs, de respecter la nouveauté qui ne s'exprime que par un usage neuf de mots reçus : « Un rapport est devenu problématique, dont l'évidence assurait jusqu'ici le fonctionnement du langage. Il fondait les échanges sur la valeur des mots, monnaie solide ; l'or de la réalité garantissait la représentativité des structures, des autorités et d'une culture commune. Or voici qu'une dévaluation s'est produite. Là où le représenté et le représentant s'articulent, un vice fondamental est dénoncé » (La Prise de parole).

De là aussi l'attention précise portée aux « arts de faire », à cette pratique troglodytique de « l'homme sans qualités » qui, par ses opérations créatrices, creuse d'innombrables grottes sous le théâtre des discours et des institutions visibles. Dans les interstices des codes imposés, toute une série de tactiques souterraines, de braconnages, de détournements s'insinuent et jouent par rapport aux dispositifs de pouvoir, aux directives politiques et technocratiques qui, par le contrôle strict qu'elles exercent, entendent fabriquer de la conformité. Ces inventions transgressives, ces ruses, ces « arts du faible » sont une manière de se réapproprier l'espace et l'ordre institué par le fort, d'effectuer des traversées qui restaurent une communication dans une société qui multiplie les opérations sans auteur et les sujets sans action.

Par sa dispersion même dans des centaines d'articles, qui furent souvent d'abord des interlocutions, toute l'œuvre de Michel de Certeau participe de ce mouvement qu'il analyse : « Sur le terrain de la recherche scientifique (qui définit l'ordre actuel du savoir), avec ses machines et grâce à ses restes, on peut détourner le temps dû à l'institution, fabriquer des objets textuels qui signifient un art et des solidarités, jouer ce jeu de l'échange gratuit, même s'il est pénalisé par des patrons et des collègues [...] ; inventer les tracés de connivences et de tours de main ; répondre par des cadeaux à des dons ; subvertir ainsi la loi qui, dans l'usine scientifique, met le travail au service de la machine, et, d'une même logique, annihile progressivement l'exigence de créer et l'obligation de donner. » Cette pratique du détournement « est un retour de l'éthique, du plaisir et de l'invention dans l'institution scientifique » (L'Invention du quotidien, t. I : Arts de faire, 1980). Pour Michel de Certeau, l'écriture n'est pas un produit destiné à maximiser un profit : « Pratique de la perte de parole, elle n'a de sens que hors d'elle-même dans une place autre, celle du lecteu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L 'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suivent entendent montrer l'état de la discipline aujourd'hui. À l'heure du règne de l'expertise et de l'interdisciplinarité, il import […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Sortir de l'opposition entre histoire et littérature »  : […] Hayden White propose en effet d'analyser l'histoire comme un « artifice littéraire » et développe une « métahistoire » qui considère les récits historiques comme des « fictions verbales » ( verbal fictions ) dont le régime de vérité ne diffère pas de celui des récits de fiction du roman. Selon lui, préalablement à toute interprétation et à toute écriture, une opération poétique de « préfiguration  […] Lire la suite

LE SANG ET LE CIEL. LES SAINTES MYSTIQUES DANS LE MONDE CHRÉTIEN (J.-P. Albert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 103 mots

En histoire du catholicisme, les travaux se multiplient dans le domaine de la spiritualité et de la mystique, notamment à propos de la place spécifique qu'y occupent les femmes, figures éminentes d'un christianisme dont l'appareil ecclésiastique reste monopolisé par des hommes. Les recherches universitaires mettent en général l'accent sur la diversité des époques et des modèles, tout en cherchant […] Lire la suite

LINGUISTIC TURN, histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre «  L'histoire comme activité purement rhétorique ? »  : […] Le linguistic turn sépare radicalement texte et réalité et considère le langage comme un système fermé et autosuffisant de signes dont le sens est gouverné par leurs relations réciproques, impersonnelles et échappant au contrôle des acteurs sociaux, réduisant ainsi le monde social aux seuls principes qui commandent les discours. Dans ce remue-ménage tonitruant, les travaux de l'historien américai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique JULIA, Claude RABANT, « CERTEAU MICHEL DE - (1925-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-certeau/