LÉON IX saint, BRUNON ou BRUNO D'EGISHEIM-DAGSBURG (1002-1054) pape (1049-1054)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Alsace, Brunon (ou Bruno), fils du comte d'Eguisheim, étudie à Toul, dont il devient évêque en 1026. Il soutient les monastères de son vaste diocèse et celui de Sainte-Odile en Alsace. Tenu pour l'un des meilleurs évêques, il se voit offrir la papauté par l'empereur Henri III. Brunon hésite, puis se rend à Rome. Il est acclamé par les Romains et intronisé le 12 février 1049 sous le nom de Léon IX. Aussitôt il s'attaque aux deux grands fléaux de l'époque, la simonie (commerce des charges ecclésiastiques) et l'incontinence du clergé. Pour appliquer les décrets de réforme, il voyage. En 1049, il se rend à Pavie, à Aix-la-Chapelle et à Toul. Il tient des conciles à Reims et à Mayence, exige la démission des évêques qui n'ont pas été élus régulièrement. En 1050, il parcourt l'Italie, la Bourgogne, la Lorraine, l'Alsace, la Rhénanie. L'occupation par les Normands du sud de l'Italie trouble Léon IX qui, après y avoir séjourné en 1051, va en 1052 chercher des renforts auprès de l'empereur. En mai 1053, il se met à la tête des troupes. Il est battu à Civitella et emmené à Bénévent. Ce désastre compromet sérieusement la réforme entreprise. C'est alors que le patriarche de Constantinople, Michel Cérulaire, s'attaque aux religieux latins établis en Orient. Léon IX envoie en janvier 1054 une ambassade dirigée par le cardinal Humbert de Moyenmoutier pour tenter d'apaiser le différend et même d'obtenir l'aide des Grecs contre les Normands. Malade, il ne peut suivre le déroulement de cette affaire. Il rentre à Rome le 3 avril 1054 et y meurt le 19 avril. Le 15 juillet suivant, le cardinal Humbert déposait sur l'autel de Sainte-Sophie de Constantinople la bulle d'excommunication contre le patriarche, ce qui provoqua le schisme entre l'Orient et l'Occident. Léon IX reste le pape qui inaugura la grande rénovation de l'Église, connue sous le nom de réforme grégorienne.

—  Jacques DUBOIS

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  LÉON IX saint, BRUNON ou BRUNO D' EGISHEIM-DAGSBURG (1002-1054) pape (1049-1054)  » est également traité dans :

CÉRULAIRE MICHEL (1000-1058) patriarche de Constantinople (1043-1058)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 706 mots

Issu d'une famille de la classe sénatoriale, Cérulaire est attiré par la politique. On lui prête même des visées impériales. À la suite de l'échec d'un complot contre Michel IV (1040), il se fait moine. En 1043, par la faveur de Constantin IX Monomaque, il est élu patriarche, tenant ainsi la revanche de ses premières ambitions. Porté par une suite d'événements propices, il se conduira en seul maît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-cerulaire/#i_35360

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la fin de l'âge patristique à la Réforme »  : […] La papauté ancienne n'a pas exercé partout de la même manière sa sollicitude universelle. Elle a, sur l'Italie, au moins sur les régions suburbicaires, un pouvoir métropolitain. Pour l'Occident, elle est un centre de communion et une cour d'appel. Pour l'Orient, qui veut être sui juris et déterminer lui-même synodalement sa vie, elle est, comme premier siège, un recours en ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papaute/#i_35360

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « LÉON IX saint, BRUNON ou BRUNO D'EGISHEIM-DAGSBURG (1002-1054) - pape (1049-1054) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-ix-saint-brunon-ou-bruno-d-egisheim-dagsburg-pape/