AMORRITES ou AMORRHÉENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Amorrites, ou Amorrhéen, est un nom de peuple que les orientalistes ont tiré du mot akkadien Amourrou, par lequel les Mésopotamiens désignaient la région située à l'ouest de leur pays et aussi ses habitants.

Comme les Amorrites n'ont pas écrit leur langue, nous ne les connaissons que par les scribes mésopotamiens, qui ont laissé, à ce sujet, des écrits de deux genres : d'une part, des éléments de chroniques, des lettres et des documents officiels ou privés en sumérien ou en akkadien ; d'autre part, quelque six mille noms propres issus de listes, vestiges de langues amorrites, appartenant au groupe des langues sémitiques du Nord-Ouest.

Le peuple amorrite est resté organisé, suivant la tradition sémitique, en tribus, en clans et en familles. Ces groupes de pasteurs de petit bétail, refoulés dans la steppe et la montagne qui séparent le désert de la zone des cultures mésopotamiennes, disputent la frange des oasis à leurs voisins sédentaires, pratiquent la razzia à leurs dépens et sont capables de ruiner les villes si les rois mésopotamiens ne les arrêtent pas. Mais, plus souvent, les groupes faméliques de la steppe viennent se louer comme bergers, travailleurs de force ou soldats, avant d'adopter la vie sédentaire en Mésopotamie.

Les relations entre les deux cultures sont fort anciennes, mais n'ont laissé que peu de traces dans les premiers siècles : une liste d'Amorrites, à Fara (Sumer), xxvie siècle ; la campagne d'un roi d'Akkad dans la montagne amorrite, xxiie siècle. On connaît mieux, par contre, l'expédition menée chez les Amorrites, aux pays de Tidanou et de Martou, par Goudéa, le Seigneur de Lagash (en basse Mésopotamie), vers 2140. Ce prince ne parlant que de l'extraction des pierres qui ont orné ensuite le temple de Girsou, près de Lagash, on peut en conclure à des rapports commerciaux entre les deux pays. Puis, brusquement, le déclin du grand royaume de la IIIe dynastie d'Our provoque les attaques des gens d'Amourrou, contre qui le roi d'Our élève une muraille au nord de la basse Més [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AMORRITES ou AMORRHÉENS  » est également traité dans :

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La prédominance commerciale d'Assour (XXe-XVIIIe s.) »  : […] Assour, dont la terre est peu fertile, a renoncé à développer son agriculture et, dès le III e millénaire, s'est adonnée au commerce. Après la chute de la troisième dynastie d'Our (2002), elle tend à remplacer les villes sumériennes comme organisatrice des échanges avec la partie nord du Zagros, le Kurdistan et l'Anatolie, régions destinées à fournir des matières premièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assyrie/#i_19511

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Ire dynastie de Babylone (1894-1595) »  : […] La I re  dynastie de Babylone est aussi appelée la dynastie amorrite, car elle est fondée par un de ces Sémites qui parcourent la steppe pastorale de l'Amourrou (l'Ouest en langue sémitique). La basse Mésopotamie a subi, vers la fin du xx e  siècle, une nouvelle invasion de ces groupes nomades, et un de leurs chefs, Sou-ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_19511

HAPIRU ou HABIRU

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 896 mots

Le terme Hapiru (ou, plus fréquemment, le vocable, de valeur équivalente, Sa.gaz ) apparaît dans les textes cunéiformes, depuis le début du ~ II e millénaire et sur des sites disséminés à travers tout le Proche-Orient pour désigner des hommes, auxquels il faut identifier aussi les ‘prm d'Ugarit et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hapiru-habiru/#i_19511

LARSA

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 537 mots
  •  • 2 médias

Ville du sud de la Babylonie, proche de la rive occidentale de l'Euphrate. Sous le règne d'Ibbi-Sīn (~ 2027-~ 2003), dernier roi de la dynastie d'Ur III, tandis que l'empire sumérien est aux prises avec les Martou, ou Amorites, Ishbi-Erra (~ 2017-~ 1985), un haut officier, au nom étranger, auquel Ibbi-Sīn a confié la charge de défendre les régions menacées, entre en dissidence et se constitue en r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larsa/#i_19511

MARI, site archéologique

  • Écrit par 
  • Pascal BUTTERLIN
  •  • 4 488 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire de la ville »  : […] L' histoire de cette cité mésopotamienne s'inscrit dans la longue durée, près de mille deux cents ans. Trois villes successives se sont développées à Mari sur les bords de l'Euphrate : la première, ou ville I, de 2900 à 2550 av. J-C. ; la deuxième, ou ville II, de 2550 à 2300 av. J-C. ; la troisième, ou ville III, de 2250 à 1759 av. J-C. C'est le résultat d'une histoire discontinue, ponctuée par d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mari-site-archeologique/#i_19511

MÉSOPOTAMIE - L'art

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 3 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'art babylonien »  : […] L'histoire du II e  millénaire mésopotamien est celle d'un rééquilibrage des centres politiques au profit des régions septentrionales. L'empire de la III e  dynastie d'Ur avait été fondé au début du xxi e  siècle sur l'idée d'une renaissance du pays sumérien ; pendant un siècle, il brilla de tous s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-art/#i_19511

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « À la charnière des IIIe et IIe millénaires : le Bronze intermédiaire et une nouvelle poussée des nomades ; le Bronze moyen I et l'absorption des nomades »  : […] Alors que l'Égypte de la Première Période intermédiaire et du début du Moyen Empire n'est plus en état, provisoirement, d'intervenir en Palestine, l'influence culturelle de la Mésopotamie s'y fait toujours sentir, par l'intermédiaire de la Syrie. Peut-être comme contrecoup de l'établissement des Amorrites en Mésopotamie, des populations semi-nomades, franchissant le Jourdain, pénètrent de nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_19511

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

Dans le chapitre « La Mésopotamie »  : […] Les seules traces certaines des plus anciens Sémites sont des documents rédigés en un idiome sémitique ou des noms propres explicables par cette langue. C'est la Mésopotamie, où l' écriture cunéiforme inventée par les Sumériens apparaît dès le milieu du IV e  millénaire, qui fournit les premiers témoignages. À partir de 2600, des tablettes cunéiformes présentent des anthro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/#i_19511

UR ou OUR

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 425 mots
  •  • 5 médias

Ville du sud de la Mésopotamie . L'époque préhistorique et protohistorique d'Ur remonte au ~ V e  millénaire. On la divise en trois périodes : celle d'El-Obeid, à laquelle succèdent celles d'Uruk et de Jemdet-Nasr. À l'époque sumérienne archaïque, entre ~ 2800 et ~ 2500, la dynastie de Kish et celle d'Uruk font place à la première dynastie d'Ur, dont le caractère historiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ur-our/#i_19511

YAHVÉ ou YAHWEH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 358 mots

Le Dieu d'Israël, Yahvé, était connu avant Moïse chez d'autres peuples que les Hébreux : les anciens Phéniciens semblent avoir adoré un dieu Yo. Dans la Bible hébraïque, on trouve les formes abrégées Yahu, Yo ou Yah, la plupart du temps en composition, préposées ou postposées, dans des noms théophores (Yoiakin, Abia) ou dans des formules liturgiques (alléluia). Dans les papyrus juifs d'Éléphantine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yahve-yahweh/#i_19511

Pour citer l’article

Gilbert LAFFORGUE, « AMORRITES ou AMORRHÉENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amorrites-amorrheens/