MÉROVINGIENS(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 481 Clovis, fils de Childéric Ier et petit-fils de Mérovée, devient roi des Francs Saliens.

  • 486 Annexion par Clovis du royaume de Syagrius, entre Somme et Loire.

  • 496 Victoire de Clovis à Tolbiac contre les Alamans. Date supposée de son adhésion au christianisme romain, solennisée par son baptême à Reims.

  • 507 Victoire franque à Vouillé et annexion de la majeure partie du royaume wisigoth de Toulouse.

  • 511 Mort de Clovis et partage du royaume entre ses quatre fils Thierry Ier, Clodomir, Childebert Ier et Clotaire Ier.

  • 534 Conquête du royaume des Burgondes.

  • 537 La Provence est cédée aux Francs par les Ostrogoths.

  • 558 Réunification éphémère du royaume franc sous Clotaire Ier.

  • 614 Édit de Clotaire II. Unification théorique du royaume, subdivisé en trois provinces (Austrasie, Neustrie, Bourgogne) gérées par des maires du palais.

  • 639 Mort de Dagobert Ier. Déclin du pouvoir mérovingien face aux maires du palais.

  • 687 Victoire à Tertry de Pépin de Herstal, maire du palais d'Austrasie, sur celui de Neustrie-Bourgogne.

  • 732 Défaite des Arabes d'Abd-al-Rhaman à Poitiers contre Charles Martel, fils de Pépin de Herstal. Les rois mérovingiens sont bientôt réduits à n'exercer qu'un pouvoir virtuel.

  • 751 Déposition avec l'accord du pape Zacharie, du dernier mérovingien, Childéric III, au profit de Pépin le Bref. Celui-ci, fils de Charles Martel et père de Charlemagne, ouvre la période carolingienne.

—  Vincent GOURDON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉROVINGIENS  » est également traité dans :

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 048 mots
  •  • 4 médias

Placée entre deux événements parfaitement datés – l'avènement de Clovis en 481 et celui de Pépin le Bref en 751 –, l'époque mérovingienne apparaît avant tout comme une période de transition qui devait préparer le Moyen Âge. En effet, l'invasion barbare a été le fait initial de ce Moyen Âge et jamais depuis aucun fait de cette importance n'a eu lieu. La […] Lire la suite

DES FRANCS AUX MÉROVINGIENS (expositions)

  • Écrit par 
  • Claude SEILLIER
  •  • 1 301 mots

Après les querelles souvent dépassées qui ont marqué, en 1996, l'« année Clovis », deux expositions fondées sur les acquis de l'archéologie ont fait très opportunément le point des connaissances : Les Francs. Précurseurs de l'Europe, au musée du Petit Palais à Paris, pour le demi-mil […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roi, représentant de Dieu »  : […] Au début de l'époque franque (Mérovingiens) , le roi considère le royaume comme son bien ; cette conception patrimoniale a pour conséquence, à la mort du monarque, le partage du royaume entre ses fils, les filles étant exclues comme elles le sont de la succession à la terre des ancêtres ( terra salica ). De son vivant, le souverain, chef militaire, jouit de l'autorité que lui confère son pouvoir p […] Lire la suite

MAISON DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 2 500 mots

La famille des rois de France est composée des descendants d'Hugues Capet par filiation mâle et mariages catholiques. Cet ensemble de dynastes, dont les titulatures ont considérablement varié à travers les siècles, s'est nommé « famille » ou « lignage du roi », puis « maison de France ». Ce terme de maison pour désigner une famille apparaît au xii e  siècle dans les traductions de la Vulgate qui é […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 949 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les invasions »  : […] C'est une Gaule où les Romains avaient déjà introduit de nombreux Barbares à titre de « fédérés » qui subit les deux grandes ruées de 407 (Germains : Vandales, Suèves, Alains, Alamans) et de 451 (Huns d'Attila arrêtés aux champs Catalauniques) ; les Wisigoths s'installent dans le Midi à partir de 412, les Burgondes dans l'Est après 457 ; la branche salienne des Francs, établie à Tournai dans le t […] Lire la suite

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La capitale mérovingienne »  : […] L'essor de la monarchie mérovingienne fit jouer à Paris, pendant nombre de décennies du vi e et du vii e  siècle, un rôle de capitale. La ville recouvra alors une part notable de l'extension qu'elle avait avant les désastres de la fin du iii e  siècle. Dès 508, Clovis, ayant accru notablement ses territoires vers le sud, fixe à Paris « le siège de son royaume ». Son fils Childebert I er est « ro […] Lire la suite

ABEILLES IMPÉRIALES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 433 mots

Mouches et cigales font partie du mobilier funéraire mérovingien ; dans la civilisation de la steppe, la cigale est symbole de résurrection du fait de ses métamorphoses et, selon Édouard Salin : « La cigale mérovingienne évoque l'idée d'immortalité et elle est, plus ou moins indirectement, un héritage de traditions venues d'Extrême-Orient et apportées par le monde des steppes. » Lors de la découve […] Lire la suite

ARNOUL saint (582 env.-640)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 147 mots

D'une grande famille apparentée aux rois mérovingiens, Arnoul naquit à Lay-Saint-Christophe, près de Nancy. De sa femme Doda, fille du comte de Boulogne, il eut deux fils, Anségisel et Cloud. Le premier épousa une fille de Pépin de Landen, et de leur descendance naquit Charlemagne. Personnage en vue comme administrateur de domaines royaux, Arnoul fut, bien que laïc, élu en 614 évêque de Metz. Dod […] Lire la suite

AUSTRASIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 260 mots

Royaume des Francs orientaux à l'époque mérovingienne ( vi e - viii e  siècle), l'Austrasie est souvent opposée à la Neustrie, royaume franc occidental. Les maires du palais d'Austrasie, intendants de la maison du roi mérovingien, puis chefs de l'administration royale, furent les ancêtres de la dynastie carolingienne. Couvrant l'actuel nord-est de la France, entre la Meuse, le Rhin et la Moselle, […] Lire la suite

AUSTRASIE, LE ROYAUME MÉROVINGIEN OUBLIÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Longtemps, les débuts du Moyen Âge ont eu mauvaise presse. C’était la période des « invasions barbares », des « rois fainéants » et de leurs sanglantes querelles de famille : « le despotisme tempéré par l’assassinat », écrivait Fustel de Coulanges. Il est vrai qu’il s’agissait de dynasties germaniques, un fait difficile à enseigner dans une école républicaine née de la défaite de 1870 face à l’Al […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les Mérovingiens »  : […] Dans la nuit de la Saint-Sylvestre (406-407), Vandales, Suèves et Alains firent irruption sur le Rhin et le Danube et chassèrent les légions romaines. Les Francs Saliens défendirent leur territoire contre ces « barbares », mais ils en profitèrent pour remplir le vide laissé par les Romains. Ils s'emparèrent de Tournai, en firent leur capitale, et sous Clovis ils commencèrent, à partir de 481, la […] Lire la suite

BRUNEHAUT (543 env.-613) reine d'Austrasie

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 287 mots

Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths, Brunehaut épousa vers 566-568 un petit-fils de Clovis, Sigebert I er , qui régnait sur l'Austrasie. Vers le même moment sa sœur Galswinthe épousa le roi de Neustrie Chilpéric I er mais celui-ci ne tarda pas à l'assassiner à l'instigation de sa concubine Frédégonde. La vengeance que Brunehaut exigea de ce meurtre entraîna pendant près d'un demi-siècle un con […] Lire la suite

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Architecture et décor monumental »  : […] Dans l'état actuel des connaissances, on ne saurait parler d'une architecture ou d'un décor monumental spécifiquement burgondes (au sens strict, c'est-à-dire avant la conquête franque, et au sens géographique). En effet, c'est l'art provincial romain qui s'est prolongé dans le royaume burgonde, puis dans la province franque de Burgondie au cours des premiers siècles du Haut Moyen Âge. Les témoins […] Lire la suite

CARIBERT Ier (mort en 567) roi franc (561-567)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 129 mots

Fils aîné de Clotaire I er et d'Ingonde. Lors du partage du royaume de son père en 561, Caribert I er reçut les anciennes terres de Childebert I er , dont la capitale se trouvait à Paris. Ce souverain éloquent et érudit dans le domaine du droit n'en menait pas moins une vie dissolue et mourut excommunié, en 567, à Paris. Ses frères Gontran, Sigebert I er et Chilpéric I er se partagèrent alors […] Lire la suite

CARLOMAN (715-754)

  • Écrit par 
  • Pierre RICHÉ
  •  • 521 mots

Fils aîné de Charles Martel et de Rotrude, Carloman a été élevé, comme son frère Pépin, à Saint-Denis. À la mort de son père, en 741, il reçut la mairie du palais d'Austrasie, tandis que son frère Pépin reçut celle de Neustrie. Dans son lot, outre l'Austrasie, figurent les pays alamans et la Thuringe. Dès le début de leur règne, les deux princes durent faire face à différents problèmes : soulèveme […] Lire la suite

CHARLES MARTEL (688 env.-741)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 341 mots
  •  • 1 média

Fils de Pépin d'Herstal, Charles Martel apparaît dans l'histoire au lendemain de la mort de son père (déc. 714), qui déclencha des troubles violents dans le royaume franc : Neustriens et Aquitains alliés aux Frisons et aux Saxons tentèrent d'abattre la puissance austrasienne. Au bout de six ans, Charles Martel réussit à défaire ses adversaires et à s'imposer avec les titres de maire du palais, duc […] Lire la suite

CHILDEBERT Ier (495 env.-558) roi des Francs (511-558)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 255 mots

Troisième fils de Clovis, Childebert devint, après la mort de son père en 511, roi d'une part du royaume franc qui s'étendait au bord de la Manche depuis la Somme jusqu'à l'Armorique et englobait à l'est Paris et peut-être Meaux ; en Aquitaine il tenait les cités de Bordeaux et de Saintes. Aux Wisigoths qui se maintenaient encore au sud de la Garonne, il réussit à arracher la plus grande partie de […] Lire la suite

CHILDEBERT II (570-595) roi d'Austrasie (575-595) et roi de Bourgogne (592 ou 593-595)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 266 mots

Fils de Sigebert I er et de Brunehaut. Encore très jeune à la mort de son père, en 575, Childebert II demeura sous la tutelle de sa mère, laquelle était en conflit avec son oncle, le roi de Neustrie Chilpéric I er . En 575, un deuxième oncle, Gontran, roi de Bourgogne, intervint pour protéger les terres méridionales de Childebert contre Chilpéric. Deux ans plus tard, Gontran adopta son jeune nev […] Lire la suite

CHILDÉRIC Ier (436 env.-481) roi des Francs Saliens (457-481)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

Fils présumé de Mérovée et père de Clovis, Childéric I er fut l'un des premiers rois mérovingiens. Les Francs Saliens, ayant signé un traité d'alliance avec l'Empire romain, s'étaient installés en Belgique Seconde, dans le nord-ouest de la Gaule Belgique, entre la Meuse et la Somme, et avaient fait de Tournai leur capitale. Childéric I er , chassé par le peuple en révolte, passa quelques années e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vincent GOURDON, « MÉROVINGIENS - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens-reperes-chronologiques/