ARAL MER D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire contemporaine

Située au cœur de l'Asie centrale, dans une région au climat hostile, la « mer » d'Aral inquiète de plus en plus en raison de la diminution considérable de sa superficie et de son volume depuis une cinquantaine d'année. Cette évolution est principalement due au détournement à des fins d'irrigation (principalement pour la culture du coton) des eaux du Syr-Daria et de l'Amou-Daria, qui se jettent dans la mer d'Aral.

La mer d'Aral se trouve sous un climat continental désertique, marqué par une forte amplitude thermique, des hivers froids, des étés chauds et de rares précipitations. La faiblesse des précipitations (en moyenne 100 millimètres par an) ne renouvelle qu'une infime partie des quantités habituellement évaporées, le niveau des eaux reposa surtout sur le débit fluvial. En 1960, la surface de la mer d'Aral s'élevait à 53 mètres au-dessus du niveau de la mer et couvrait une superficie de près de 68 000 kilomètres carrés. Dans ses plus grandes dimensions, le lac mesurait près de 435 kilomètres du nord au sud et 290 kilomètres d'est en ouest. La profondeur moyenne ne dépassait pas 16 mètres, mais la profondeur maximale atteignait 69 mètres au large de la rive ouest.

Au nord, la rive du lac, tantôt élevée, tantôt basse, était découpée par plusieurs larges baies. Peu élevée et irrégulière à l'est, elle était interrompue par le vaste delta du Syr-Daria au nord et bordée par une large étendue d'eau peu profonde au sud. Le delta de l'Amou-Daria, aussi étalé que celui du Syr-Daria, s'étendait sur la rive sud du lac, tandis qu'à l'ouest ce dernier était longé sans interruption par la limite orientale du plateau d'Oust Ourt, qui s'élève à 250 mètres d'altitude.

Depuis 1960 environ, le niveau de la mer d'Aral n'a ainsi cessé de baisser de façon alarmante suite au détournement des eaux fluviatiles. À mesure que le gouvernement soviétique transformait, en Ouzbékistan, au Kazakhstan, au Turkménistan et dans d'autres régions, de vastes hectares de pâturages ou de terr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  ARAL MER D'  » est également traité dans :

AMOU-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 1 052 mots

L'Amou-Daria draine la plus étendue des cuvettes hydrologiques de l'Asie moyenne ex-soviétique ; son bassin d'alimentation proprement dit s'étend en territoire fortement montagneux sur 227 800 kilomètres carrés, ce qui vaut au fleuve de rouler annuellement à son entrée dans la plaine 79 kilomètres cubes d'eau : le module est alors de 2 500 mètres cubes par seconde et le débit spécifique s'élève à […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fleuves, eaux cachées, eaux perdues, montagnes-refuges »  : […] La présence de très hautes montagnes (pic Samani, ex-pic du Communisme, 7 495 m) souvent enneigées et possédant notamment les glaciers les plus longs du monde (glacier Fedchenko, 77 km) assure à toute l'Asie centrale d'abondantes ressources en eau. Certains fleuves majeurs (Tigre, Euphrate, Indus) s'écoulent vers l'extérieur de la région, mais la plupart se perdent dans des lacs et mers intérieur […] Lire la suite

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un pays vaste, écartelé et enclavé »  : […] Au cœur du continent asiatique, le Kazakhstan s'étend sur 2 717 000 kilomètres carrés, superficie qui le classe au huitième rang mondial ; 3 000 kilomètres séparent les rives de la mer Caspienne, à l'ouest, de l'Altaï, à l'est ; 1 600 kilomètres, les montagnes du Tianshan et les oasis du Turkestan, au sud, de la Sibérie méridionale, au nord. Ce territoire a été délimité dans les années 1920 et 19 […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots

Dans le chapitre « Oasis, déserts et montagnes »  : […] Bordé par le Turkménistan, au sud-ouest, le Kazakhstan, au nord, le Kirghizstan et le Tadjikistan, à l'est, et par l'Afghanistan, au sud, l'Ouzbékistan est un pays enclavé au cœur du continent asiatique. Son territoire, délimité dans les années 1920 et 1930 dans le cadre de l'URSS, s'étend sur 447 400 kilomètres carrés. Sa forme est allongée – 1 400 kilomètres d'ouest en est contre 900 kilomètres […] Lire la suite

SYR-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 779 mots

Des montagnes du Tian Shan, au Kirghizstan, à la mer d'Aral, le plus long des fleuves de l'Asie centrale, le Syr-Daria, mesure 3 020 kilomètres, s'il est tenu compte de la plus longue des deux branches maîtresses qui lui donnent naissance, la Naryn ; la longueur du cours est ramenée à 2 212 kilomètres lorsqu'elle n'est comptée qu'à partir de la confluence de la Naryn et du Kara-Daria. Le Syr-Daria […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « ARAL MER D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-d-aral/