CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une catastrophe écologique est un événement dont les conséquences sont considérables sur la structure et le fonctionnement des écosystèmes affectés, provoquant une dégradation importante, parfois irréversible, des ressources naturelles biologiques.

En règle générale et quelle que soit l'origine exacte des catastrophes écologiques, l'homme est responsable de la grande majorité de celles-ci. Il peut néanmoins arriver que de graves conséquences écologiques résultent de catastrophes proprement naturelles qui sont liées, le plus souvent, à des phénomènes géophysiques (séismes, éruptions volcaniques). Ainsi, des surfaces importantes de zones cultivées sont détruites lors d'éruptions volcaniques (par exemple, quelques milliers d'hectares de cultures ont été recouverts par plusieurs mètres de pouzzolanes et de cendres volcaniques lors de l'éruption du Pinatubo aux Philippines en 1990-1991). Mais peut-on parler véritablement de « catastrophe naturelle » lorsque les hommes, poussés par la surpopulation, s'installent sur les pentes de volcans actifs ?

Une confusion est souvent faite entre catastrophe écologique et catastrophe technologique. Cette dernière, provoquée par une technologie mal maîtrisée, se traduit habituellement par une forte mortalité chez les populations affectées et n'induit, en règle générale, aucun dommage pour la nature et ses ressources. Ainsi, la catastrophe de Bhopal (Inde), en 1984, malgré les milliers de morts qu'elle causa, ne fut pas une catastrophe écologique car elle n'a présenté aucun impact environnemental, ayant uniquement concerné un milieu urbain fortement peuplé et contaminé par une substance extrêmement fugace. Il en est de même de l'accident de Seveso, en Italie (1976). Ces deux exemples illustrent bien les catastrophes technologiques.

L'importance d'une catastrophe écologique n'est pas liée au nombre de victimes humaines qu'elle provoque, très souvent inexistant, mais à l'ampleur des dommages subis par les écosystèmes, plus particulièrement par leur biodiversité et leur productivité. Ainsi, la marée noire de l'Erika (1999), qui pollua les côtes atlantiques françaises et provoqua, en moins d'un mois, la mort d'au moins 100 000 oiseaux de mer – sans omettre les redoutables conséquences écotoxicologiques qui seront observées à plus long terme –, constitue un bel exemple de catastrophe écologique. Plus récemment, celle du Prestige (2002) a causé quelque 5 milliards d'euros de dommages, en particulier aux pêcheries de la côte de Galice (Espagne). De même, la marée noire de l'Exxon Valdez (Alaska), en 1989, qui contamina 1 500 kilomètres de côtes, a représenté une catastrophe écologique d'ampleur considérable bien qu'elle n'ait fait aucune victime humaine.

Marée noire : l'Exxon Valdez, 1989

Photographie : Marée noire : l'Exxon Valdez, 1989

La marée noire provoquée par le naufrage du pétrolier Exxon Valdez, en mars 1989, dans la baie du Prince-Guillaume, en Alaska (États-Unis). 

Crédits : Ken Graham, Getty Images

Afficher

On distingue plusieurs catégories de catastrophes écologiques qui résultent toutes, de façon directe ou indirecte, de l'action de l'homme :

– les catastrophes géophysiques qui, bien qu'elles soient d'origine naturelle, présentent un impact sur les populations humaines venues s'établir dans ces zones à risque ;

– la déforestation et le surpâturage dont découlent toute une série de catastrophes dites, à tort, naturelles (inondations, glissements de terrain, avalanches) ;

– l'érosion des sols ;

– la désertification qui, elle-même, résulte souvent de la conjonction du surpâturage et du défrichement de terres situées sous des climats semi-arides, ainsi que de l'érosion éolienne consécutive aux actions anthropiques précédentes ;

– les pollutions chimiques, qu'elles soient accidentelles, comme les marées noires, ou issues de rejets permanents de contaminants (pluies acides, pollutions diffuses par des polluants organiques persistants) ;

– les pollutions nucléaires, provoquées essentiellement par les essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, mais aussi par des accidents survenus dans la chaîne de l'industrie nucléaire (catastrophe de Kychtym en Russie en 1958 et, surtout de Tchernobyl en Ukraine en 1986).

On constate, depuis plusieurs décennies, une augmentation de la fréquence des catastrophes écologiques. Ce phénomène résulte de deux causes fondamentales. La première est liée à l'explosion démographique qui conduit à surexploiter les ressources naturelles biologiques avec, pour conséquence, le surpâturage, la déforestation et toutes les perturbations écologiques qui leur sont associées. La seconde résulte de l'industrialisation croissante et anarchique qui s'effectue, souvent, en quasi-absence de contrôle de l'impact environnemental potentiel de technologies pas toujours bien maîtrisées.

Au cours des années 1990, la moyenne annuelle des inondations, des cyclones, des séismes et des sécheresses ayant eu des conséquences catastrophiques a atteint une valeur record depuis que les organisations internationales répertorient ces sinistres, la prévalence de tels désastres ayant – à impact moyen égal – plus que doublé par rapport à la décennie précédente. Plus de 700 événements désastreux ont été dénombrés en 1998, contre 530 en 1995 et moins de 200 par an à la fin des années 1970.

Il s'impose donc de porter remède au plus vite à la dégradation des écosystèmes naturels et de mettre en œuvre, à l'échelle globale, une stratégie de préservation des processus écologiques fondamentaux et de contrôle des pollutions majeures. En effet, l'accroissement de la fréquence des catastrophes écologiques constitue les prémices d'une banqueroute générale de l'environnement planétaire dont l'espèce humaine sera l'unique responsable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite d'écologie à la faculté des sciences d'Orsay, université de Paris-Sud-Orsay

Classification

Autres références

«  CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE  » est également traité dans :

AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 469 mots

Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000 et 37 000 oiseaux morts ainsi que des centaines de millions d'invertébrés et de poissons. Sur une surface tot […] Lire la suite

ARAL MER D'

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  • , Universalis
  •  • 2 362 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire contemporaine »  : […] Située au cœur de l'Asie centrale, dans une région au climat hostile, la « mer » d'Aral inquiète de plus en plus en raison de la diminution considérable de sa superficie et de son volume depuis une cinquantaine d'année. Cette évolution est principalement due au détournement à des fins d'irrigation (principalement pour la culture du coton) des eaux du Syr-Daria et de l'Amou-Daria, qui se jettent […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Un pays de haute montagne  »  : […] Citadelle perchée dans le sud du Caucase, l'Arménie a une altitude moyenne de 1 800 mètres et 90 p. 100 du territoire se situent à plus de 1 000 mètres. Le massif arménien culmine à 4 090 mètres au mont Aragatz, constituant l'ensemble volcanique central. Sa richesse géologique le définit comme le karastan , ou « pays des pierres », caractérisé par un ancien volcanisme et l'instabilité tectonique, […] Lire la suite

BRAER MARÉE NOIRE DU (janv. 1993)

  • Écrit par 
  • Christophe ROUSSEAU
  •  • 529 mots
  •  • 1 média

Dans la nuit du 4 au 5 janvier 1993, ayant choisi la route la plus courte, mais aussi la plus dangereuse, pour se rendre de la Norvège au Canada, le pétrolier libérien Braer est pris dans une violente tempête au nord de l'Écosse. Il subit une panne totale du moteur principal à la suite d'une infiltration d'eau dans les soutes à combustibles. L'équipage est évacué le 5 janvier au matin et, après […] Lire la suite

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une typologie des catastrophes »  : […] La diversité des catastrophes entraîne la complexité de leur classement par types. Certes, des catastrophes présentent des caractères spécifiques que d'autres n'ont pas ; mais, si certains peuvent permettre dans une première approche de faire des regroupements, il faut se garder d'en faire des critères absolus. Parmi eux, la soudaineté d'un événement surprend toujours, mais la connaissance de sa c […] Lire la suite

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le « ni-ni » des années Waechter (1986-1994) »  : […] Le 26 avril, la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, explose. La plus grande catastrophe écologique de l'histoire irradie toute l'Europe, sauf l'Hexagone si l'on en croit le gouvernement Chirac. Ce double scandale (écologique et démocratique) stimule l'écologie partout. Les environnementalistes ont le vent en poupe, pas la gauche. Lors de l'assemblée générale des Verts, à Paris en novemb […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Catastrophisme environnemental

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les questions environnementales ne s'inscrivent pas dans l'immédiateté »  : […] L'inscription dans le temps est l'un des points forts communs à la majeure partie des textes traitant de la conservation de la nature ou de l'environnement. Dans tous les cas, les analyses s'inscrivent dans une même perspective narrative : les dégradations commises dans le passé sont incontestables et nombreuses, elles se multiplient aujourd'hui et provoqueront, demain, diverses catastrophes. La […] Lire la suite

ERIKA MARÉE NOIRE DE L' (déc. 1999)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 978 mots

Le 12 décembre 1999, vers 6 heures, le Centre régional opérationnel de surveillance et de secours (CROSS) reçoit un appel de détresse de l' Erika . Ce pétrolier de moyen tonnage, alors à une trentaine de milles (50 km) de la pointe de Penmarc'h (Finistère), demande l'évacuation de ses vingt-six hommes d'équipage. Parti trois jours plus tôt de Dunkerque à destination de Livourne (Italie), il compor […] Lire la suite

EXXON VALDEZ MARÉE NOIRE DE L' (24 mars 1989)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 459 mots
  •  • 1 média

Par suite d'une inexplicable erreur, le 24 mars 1989, le tanker américain Exxon Valdez s'échouait sur un récif dans la baie du Prince-Guillaume (Alaska) et déversait 40 000 tonnes de pétrole brut qui polluèrent des centaines de kilomètres de côtes . Cette marée noire, la plus importante des États-Unis, s'est produite dans une zone sensible, peuplée d'orques, d'otaries, de loutres et d'aigles, fra […] Lire la suite

GOLFE DU MEXIQUE MARÉE NOIRE DANS LE (2010)

  • Écrit par 
  • CEDRE, 
  • Loïc KERAMBRUN
  •  • 1 241 mots

Le 20 avril 2010, à 80 kilomètres au large de la Louisiane (États-Unis), la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, appartenant à TransOcean Ltd et exploitée par la compagnie B.P., explose puis prend feu. Elle sombre deux jours plus tard, entraînant la rupture de la conduite en sortie de puits. Le drame humain des premières heures (11 disparus) prend très vite l'allure d'une catastrophe région […] Lire la suite

Les derniers événements

4-12 octobre 2010 Hongrie. Catastrophe écologique

catastrophe écologique. Ces boues rouges, qui rendent stérile le sol qu'elles recouvrent, se répandent dans la Marcal, affluent de la Raab, elle-même affluent du Danube. Le 5, le gouvernement décrète l'état d'urgence dans trois départements et ordonne l'arrêt de la production de l'usine. Le 7, alors que la pollution du Danube semble sous contrôle, […] Lire la suite

13-27 novembre 2005 Chine. Pollution chimique du fleuve Soungari

catastrophe écologique. Le 18, les autorités de la province de Jilin informent celles de la province voisine du Heilongjiang de l'accident. Le 23, les 3,8 millions d'habitants de Harbin, capitale du Heilongjiang située en aval de Jilin, sont officiellement informés de la catastrophe après que l'information eut filtré via Internet et alors que la nappe […] Lire la suite

1er-14 décembre 2002 Espagne. Conséquences de la marée noire du « Prestige »

catastrophe écologique » de l'histoire de son pays, répondant aux critiques adressées à son gouvernement. Le 14, il se rend à La Corogne, en Galice, où il annonce des mesures et « demande pardon » pour les « erreurs » commises par les autorités, notamment pour l'insuffisance, provisoire, des moyens de lutte antipollution.  […] Lire la suite

10-14 avril 1991 Italie. Double catastrophe maritime

catastrophe écologique, du pétrole s'eacute ;chappant en flambant des flancs du tanker. Le 14, le navire sombre sans se briser, par soixante-dix mètres de fond. Si l'incendie est stoppé, il s'agit désormais de pomper les quatre-vingt mille à cent mille tonnes de brut restant dans les cales, ainsi que de contrôler la dérive d'une nappe de pétrole d'une […] Lire la suite

30 mars 1983 France. Inculpation d'un gérant de société après l'entrée irrégulière en France de dioxine provenant de Seveso

catastrophe écologique. Le gérant de la Spelidec refuse de révéler le lieu où ont été entreposés les fûts. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François RAMADE, « CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-ecologique/