ERNST MAX (1891-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les frottages

Toujours à la recherche de moyens propres à réduire la part active du « créateur », Ernst découvre en 1925 le frottage. Saisi un jour par l'aspect hallucinatoire d'un plancher en bois aux rainures très apparentes, il y pose des feuilles de papier qu'il frotte avec de la mine de plomb. Un paysage sous-jacent paraît. Ainsi, Max Ernst parvient à libérer les structures secrètes des matériaux, des plantes et des feuillages. L'intervention du peintre leur confère une direction, une forme allusive. Max Ernst codifie le procédé dans son Histoire naturelle (1926). Grattées dans la couleur, ces structures frottées lui permettent désormais de faire surgir de ces toiles monstres, oiseaux, forêts nocturnes, Hordes, Villes entières attaquées par une végétation luxuriante. Ce bestiaire, ces barbares, ces acropoles dévastées, les cruels Jardins gobe-avions annoncent la catastrophe qui menace l'Europe. L'Ange du foyer (1937) est le symbole du fléau totalitaire. Max Ernst exprime dans ces frottages ses propres visions. « Il faut transcrire ce que l'on voit à l'intérieur », dit-il avec Caspar David Friedrich, son peintre préféré. Les tableaux de cette époque contiennent en outre des renvois précis à la peinture du Moyen Âge tardif – des maîtres de Cologne à Jérôme Bosch et Grünewald. La décomposition de l'ancien monde est rendue par l'aspect spongieux obtenu par la décalcomanie que pratiquait alors le peintre. L'Europe après la pluie (1940-1942) résume cette période.

Tandis que sa liberté d'attaque – il pratique le « dripping » sur la toile posée à plat sur le sol – impressionne les jeunes peintres new-yorkais, surtout Jackson Pollock, Max Ernst abandonne les paysages tragiques et touffus pour retourner à un art plus construit, plus léger aussi. L'ironie, qui anime toujours son œuvre, y brille de multiples facettes. Tout y est allusion, signe, jeu d'esprit. Les toiles se peuplent de lutins, de « drôles », sortis directement de l'humour inquiétant de Lewis Carroll. À la fois profondes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ERNST MAX (1891-1976)  » est également traité dans :

CARRINGTON LEONORA (1917-2011)

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 837 mots

Leonora Carrington, née en 1917 à Clayton Green, dans le Lancashire (Grande-Bretagne) et décédée en 2011 à Mexico, est une artiste et écrivain associée au groupe surréaliste. Issue d'une famille de riches industriels du textile et rétive à l'éducation des pensionnats religieux, Leonora Carrington poursuit ses études à Florence, où elle découvre l'art de la Renaissance italienne. En 1935, elle est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonora-carrington/#i_11076

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] Qu 'il soit collage, assemblage, sculpture, ou ready-made, l'objet dada sape la notion d'œuvre d'art en premier lieu par son apparente trivialité. Ce sabotage repose sur l'adoption de procédés – recyclage, abandon de la conception au profit du hasard, accumulation anarchique – qui n'exclut cependant pas la sophistication, que celle-ci tende à l'épure ou au chaos. Peu après le retour de Huelsenbeck […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_11076

ÉCRITS SUR L'ART MODERNE, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 091 mots

Dans le chapitre « Le collage comme défi à la peinture »  : […] Aragon, qui a été l'un des premiers théoriciens du collage, consacre à cette notion ses premiers textes de critique d'art. Cette pratique devient ainsi le pivot de son analyse de la modernité dans la création artistique. En 1926, il consacre un texte au maître de l'illusion et de l'erreur : Max Ernst. Contrairement aux cubistes, qui utilisaient des papiers de couleur dans une optique chromatique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-sur-l-art-moderne/#i_11076

GALA ELENA DIMITROVNIE DIAKONOVA dite (1892 env.-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles GATEAU
  •  • 918 mots

Gala existe surtout comme figure tutélaire du surréalisme, à l'interférence des œuvres de Paul Eluard, de Max Ernst et de Salvador Dalí. Née vers 1892, Elena Dimitrovnie Diakonova, fille d'un avocat russe, étudiante, soigne une affection pulmonaire (ou psychique, selon La Vie secrète de Salvador Dalí ) au sanatorium de Clavadel, près de Davos. Elle y rencontre en décembre 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elena-dimitrovnie-gala/#i_11076

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Angoisse, désirs et monstres »  : […] Mais les liens qui unissent le monstre de l'art aux affects sont plus importants que ceux qui le relient aux savoirs. Plus qu'à notre volonté de savoir, c'est à nos désirs, à notre angoisse que le monstre a affaire. Bien des monstres naissent de l'angoisse et la suscitent. Henri Michaux ( Plume ) écrit : « Avec simplicité, les animaux fantastiques sortent des angoisses et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_11076

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement de l'art surréaliste »  : […] Les deux impulsions fondamentales sont fournies au mouvement surréaliste par Masson et Ernst. Le premier, qui débute presque dans la peinture (il n'a jamais participé au dadaïsme), croit pouvoir fournir d'emblée un équivalent de l'enregistrement écrit de l'«   automatisme psychique pur » par des dessins automatiques et des « peintures au sable » exécutées rapidement. Malgré leur liberté expressio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_11076

TANNING DOROTHEA (1910-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 484 mots

P eintre et femme de lettres américaine, Dorothea Tanning fut une figure importante du surréalisme, bien que sa carrière artistique fût éclipsée par celle de son époux, le peintre et sculpteur Max Ernst. Dorothea Margaret Tanning est née le 25 août 1910 à Galesburg (Illinois). Après un très court passage par l'Academy of Art de Chicago, elle s'installe à New York en 1936. Elle y ouvre un studio, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dorothea-tanning/#i_11076

Voir aussi

Pour citer l’article

Günter METKEN, « ERNST MAX - (1891-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-ernst/