GALA ELENA DIMITROVNIE DIAKONOVA dite (1892 env.-1982)

Gala existe surtout comme figure tutélaire du surréalisme, à l'interférence des œuvres de Paul Eluard, de Max Ernst et de Salvador Dalí.

Née vers 1892, Elena Dimitrovnie Diakonova, fille d'un avocat russe, étudiante, soigne une affection pulmonaire (ou psychique, selon La Vie secrète de Salvador Dalí) au sanatorium de Clavadel, près de Davos. Elle y rencontre en décembre 1912 Paul-Eugène Grindel, le futur Eluard, alors âgé de dix-sept ans, qui soigne une hémoptysie, et se déclare vite son « disciple ». La sympathie débouche sur une exaltation passionnée et sur un engagement qui persistera après que Paul eut regagné Paris et Gala la Russie, en 1914. Le poète devenu soldat finit par vaincre l'opposition de ses parents : Gala arrive à Paris en septembre 1916 pour épouser son fiancé le 21 février 1917. Elle met au monde une fille, Cécile, le 11 mai 1918. Elle communique à son mari son amour de Dostoïevski, traduit avec lui les Petits Tréteaux d'Alexandre Blok (le texte en est perdu), participe aux saisons dada, joue un rôle dans S'il vous plaît de Breton et Soupault en 1920, assiste aux « séances de sommeil » de 1922. En novembre 1921, le couple Eluard rencontre Max Ernst à Cologne, et c'est un coup de foudre réciproque. Une vie à trois s'ensuivra, au Tyrol puis à Paris où Ernst arrive en septembre 1922. En mars 1924, une crise complexe met fin à cette situation : Eluard disparaît pour une fugue qui le mènera autour du monde ; Max Ernst et Gala le rejoignent à Saigon et les Eluard rentrent seuls. Leur mariage tiendra encore cinq ans. L'été de 1929, au cours de vacances à Cadaquès, le jeune Salvador Dalí est fasciné par Gala, qui prend en main sa destinée ; elle divorce, et sa fille est confiée aux grands-parents Grindel.

À compter de cette date, la vie de Gala se confond avec celle de Dalí, qu'elle épouse civilement en 1942 et religieusement en 1958. Elle réalise des objets surréalistes (no 3 du Surréalisme au service de la révolution, déc. 1931), aménage le domaine de Port-Ll [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur d'État, assistant agrégé de littérature française à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  GALA ELENA DIMITROVNIE DIAKONOVA dite (1892 env.-1982)  » est également traité dans :

DALÍ SALVADOR (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 2 752 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « La différence entre un fou et moi... » »  : […] Séjournant à Cadaquès, il est rejoint par Magritte, Camille Goemans, Eluard et sa femme Gala, dont il tombe amoureux. Elle le guérira de ses violentes crises nerveuses et deviendra pour le reste de sa vie son modèle et son inspiratrice. Alors s'amorce la période la plus féconde et la plus inventive de la carrière de Dalí qui se déroulera, sous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-dali/#i_51784

Pour citer l’article

Jean-Charles GATEAU, « GALA ELENA DIMITROVNIE DIAKONOVA dite (1892 env.-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elena-dimitrovnie-gala/