DE CHIRICO GIORGIO (1888-1978)

C'est à tort qu'on chercherait, pour l'œuvre déconcertante de De Chirico, une autre clef que celle que proposent ses propres écrits et certains détails de sa biographie. Non que ceux-ci rendent compte et totalement de l'évolution du peintre, mais ils en permettent une lecture chiffrée. À aucun degré, l'artiste n'a voulu être l'interprète de « l'angoisse de l'homme actuel ». Il s'agit d'un cas probablement unique de dédoublement de la personnalité, assumé par une sorte de lucidité pathétique dans une première carrière, puis nié sur le ton des sarcasmes ou des « omissions » tout au long d'une seconde et longue – on est tenté d'écrire trop longue – carrière.

Qu'écrivait en effet le jeune De Chirico découvrant son génie ? « Pour qu'une œuvre d'art soit vraiment immortelle, il faut qu'elle sorte complètement des limites de l'humain [...]. De cette façon elle s'approchera du rêve et de la mentalité enfantine. » L'œuvre s'inscrit d'emblée sous le signe de la transmission d'une voyance, comme celle de Rimbaud (avec lequel il présente une analogie psychanalytique, partielle certes, mais frappante).

Les ombres longues

Né à Volo, en Thessalie, où son père dirigeait la construction de chemins de fer, De Chirico fut initié de bonne heure au dessin et étudia la peinture à Athènes (1899), puis à Munich. Ce second et décisif apprentissage coïncide avec la mort du père (1906), gentilhomme sicilien qui a certainement beaucoup marqué son fils. Moins toutefois que sa mère, la baronne De Chirico, personnalité tyrannique qui décide tant de son séjour à Munich que du retour en Italie (1909) et du départ du jeune artiste pour Paris (1911).

À Munich, De Chirico s'est moins intéressé à l'enseignement officiel des Beaux-Arts qu'à la peinture d'Arnold Böcklin et de Max Klinger, et surtout qu'à la philosophie de Schopenhauer et de Nietzsche. Il a la révélation, à Turin, de la suspension du temps (écho possible de L'Éternel Retour) dans l'allongement insolite de l'ombre des statues à certaines saisons. « Pour [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  DE CHIRICO GIORGIO (1888-1978)  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 412 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les peintres du XVIIe siècle émilien »  : […] des blancs, ont les couleurs austères des collines de l'Apennin. Les Muses inquiétantes de Giorgio De Chirico (1888-1978) se meuvent dans des paysages abstraits inspirés par Ferrare, et derrière la transcription moderne se devine l'influence d'un Cosmè Tura ou d'un Roberti : le présent se relie ainsi de façon inattendue aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_11806

L'UNIVERS POÉTIQUE DE VILHELM HAMMERSHØI 1864-1916 (exposition)

  • Écrit par 
  • X.-Y. LANDER
  •  • 1 305 mots

Ainsi, au moment même où De Chirico, venu de Grèce, pressentait en termes méditerranéens la disparition de la figure humaine, Hammershøi, à Copenhague, réalisait une œuvre non moins métaphysique par le truchement de paysages et d'intérieurs désertés. La fin abrupte de cette ascèse suggère quelles tensions intimes en étaient l'aiguillon : un an et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-univers-poetique-de-vilhelm-hammershoi-1864-1916/#i_11806

PEINTURE MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 2 222 mots

Il est vrai que, pour ces artistes, l'expérience métaphysique ne représente qu'une période qui, d'un point de vue chronologique et iconographique, reste limitée dans leur œuvre. Il faut donc se demander pourquoi trois individualités aussi diverses que Giorgio de Chirico, Carlo Carrà et Giorgio Morandi se sont réclamées de cette esthétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-metaphysique/#i_11806

SAVINIO ALBERTO (1891-1952)

  • Écrit par 
  • Christian CHALMÉ
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] un ingénieur ferroviaire florentin ; d'où l'importance que prennent souvent les trains et les gares dans son œuvre. Son frère, le célèbre peintre, fut lui aussi fortement inspiré par l'activité de son père, puisqu'il est connu comme le peintre des gares. Et de la même manière que Giorgio créa la peinture métaphysique, Andrea créa l'écriture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-savinio/#i_11806

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art surréaliste est-il possible ? »  : […] phénomène passager, mais ressenti comme tout à fait égarant aussi bien par Apollinaire que par Picasso, qui encouragea Chirico à ses débuts, de la «  peinture métaphysique ». Celle-ci ne cessera de jouer un rôle fécondateur et révélateur dans le mouvement, rôle conforme à son ontologie, tout en trouvant chez les surréalistes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_11806

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « DE CHIRICO GIORGIO - (1888-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-de-chirico/