MATÉRIAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du bois comme modèle aux néo-matériaux

Le bois – le premier d'entre eux – mérite pourtant un peu plus de crédit, en dépit de ses « veines » ou de ses « nœuds ». Un moderne, Roland Barthes, l'a célébré – de même qu'un poète, Francis Ponge, qui a également valorisé la pierre. Roland Barthes écrit : « Le bois ôte, de toute forme qu'il soutient, la blessure des ongles trop vifs, le froid chimique du métal. Lorsque l'enfant le manie et le cogne, il ne vibre ni ne grince, il a un son sourd et net à la fois. C'est une substance familière et poétique qui laisse l'enfant dans une continuité avec l'arbre, la table, le plancher. Le bois ne blesse ni ne se détraque. Il ne se casse pas. Il s'use, peut durer longtemps, vivre avec l'enfant, modifier peu à peu les rapports de l'objet et de la main. S'il meurt, c'est en diminuant, non en se gonflant comme ces jouets mécaniques qui disparaissent sous la hernie d'un ressort détraqué. Le bois fait des objets essentiels, des objets de toujours » (Mythologies, p. 60). Nous y insistons, parce que, pour nous, la culture (la technique, la science, l'art, la littérature) devrait nous réconcilier avec les divers constituants. Il importe surtout de mettre un terme à l'ancienne philosophie dépréciative des Grecs, d'autant plus que le monde moderne a renversé l'essentiel de sa théorie : les possibilités ou les exploits dépendent des « supports ». D'ailleurs, la civilisation – les âges du bois, de la pierre, du bronze, du fer, du cuivre, etc. – porte le nom des moyens qu'elle met en œuvre. Preuve que « ce ne sont pas les idées qui mènent le monde » !

Ainsi ce bois – même si on l'a dépassé et si on peut s'en dispenser – n'en demeure pas moins un « modèle ». N'allie-t-il pas à la fois la dureté et la possibilité d'être fendu ? N'est-il pas suffisamment tendre pour qu'on puisse l'évider, le tailler, le raboter, bref le façonner ? N'est-il pas également flexible ou déformable, en même temps que résistant ? On ne devrait d'ailleurs pas traiter du bois en général tant il varie selon les essences des arbres d'où on l'a extrait. On n'oubliera pas qu'il a été, avant ce qu'on nomme la civilisation ou la révolution industrielle (l'âge du fer), le constituant des machines : les roues des moulins, les engrenages des treuils, les poulies, les arbres porte-hélices des navires, voire la machine à filer d'Arkwright. On a noté que les gravures de l'Encyclopédie de Diderot ne le détrônent pas encore. On l'a même préféré, au début, aux métaux à cause du peu d'efficacité des lubrifiants dont on disposait (des graisses animales visqueuses). Les bois qu'on taillait – principalement le gaïac venu du Mexique – se caractérisaient par leur densité ainsi que par leur dureté. Ils semblaient ne pas céder à l'humidité, ne se fendaient pas. L'un des meilleurs connaisseurs des « systèmes techniques » et des matériaux le mentionne : « Longtemps on produisait du mauvais fer et même souvent du très mauvais fer, irrégulier, cassant, difficile à souder [...]. Le travail du métal, exécuté avec des outils à main, était en outre plus long et beaucoup plus coûteux que celui du bois » (Bertrand Gille, Histoire des techniques, Encyclopédie de la Pléiade, p. 693). Le même auteur déclare plus loin : « Il ne faut rien exagérer ; à la fin du xviiie siècle, le fer est encore peu apprécié par rapport au bois » (ibid., p. 715). C'est d'ailleurs la pénurie du bois qui obligera le plus à son remplacement : moins ses « manques » que son manque !

Enfin, il sera supplanté. La sidérurgie utilise la machine à vapeur et celle-ci ne peut – le système y oblige – se dispenser d'un métal de plus en plus résistant aux hautes pressions, à la surchauffe et à l'usure. Le bois appartient-il désormais au passé ou ne joue-t-il plus qu'un rôle folklorique (pour les petits appareils quotidiens comme les coffrets, les écuelles, les pipes, les jouets, les flûtes, etc.) ? Qu'on se garde d'une telle conclusion ! Aucun matériau ne meurt : ou bien il subit des transformations qui en effacent les inconvénients, ou bien il s'associe – faute de mieux – à des textures, étrangères à lui, qui le consolident et le sauvent.

Quels défauts ce bois présenterait-il ? Au moins cinq, tous assez rédhibitoires : il brûle facilement ; il manque d'homogénéité ou de régularité, du fait d'une édification liée aux saisons et aux intempéries, et il n'évite pas l'alternance du fragile et du dur, sans compter les nœuds, les loupes et les gerçures ; il pâtit de son poids (lourd) et de son volume (encombrant) ; il pèche aussi par son excessive sensibilité à la sécheresse et à l'humidité, par le fait qu'il craque, se fend, gonfle, puis se rétracte – « il travaille » ; enfin, il est facilement attaqué par des parasites. Mais l'industrie moderne a effacé entièrement ce négatif. Contre-plaqués, lattés, agglomérés ont pris le relais. Le contre-plaqué est constitué de très minces feuilles de bois – désignées du nom de plis – obtenues par tranchages fins, solidement collées perpendiculairement les unes par rapport aux autres (panneaux de plusieurs plis), ce qui donne un matériau léger, stable et résistant. Le latté se contente de deux feuilles de placage extérieures et perpendiculaires à ce qu'elles enferment, des lattes collées côte à côte. Il va de soi que l'extérieur se caractérise par sa dureté, par opposition à l'intérieur plus tendre (bois blanc). L'aggloméré va plus loin : on assemble alors les déchets du bois qu'on a broyé, toutes les particules et grains, grâce à un collage et un pressage à haute température. On distingue encore le « dehors », constitué des fragments les plus fins, du « dedans », qui réunit des éléments un peu plus gros.

Revêtement, croisement, lamellage, multi-composition, on ne cesse pas de ré-aménager le ligneux. On l'extrude aussi, c'est-à-dire qu'on l'évide sur toute sa longueur, de telle manière qu'on l'allège ou qu'on modifie encore ses capacités (isolation). On l'imprègne à volonté, par exemple, de substances ignifuges. Le bois a perdu son ancienne lourdeur, son irrégularité, sa fragilité ; il se vend en feuilles et panneaux. On ne cesse pas – stratégie élémentaire – de l'associer à d'autres ingrédients. On le mixte. On le recouvre parfois d'un film plastique qui le protège ; on lui adjoint un liant à base de bitume, afin de le cuirasser contre une humidité ambiante ; on le lie avec une mince feuille de métal (aluminium) qui lui assure une plus nette robustesse (texturation).

Négligeons ici ses autres emplois (entre autres, la pâte à papier). On imagine les plaintes qui s'élèvent : s'effacent les meubles ventrus, pesants, triomphants. On leur préfère les cloisons démontables, les claires-voies, les tables, lits et buffets minimalisés, les plateaux minces, bref, des ensembles poreux, stables et éventuellement modulables. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MATÉRIAUX  » est également traité dans :

MATIÈRE ET MATÉRIAUX. DE QUOI EST FAIT LE MONDE ? (dir. É. Guyon)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 912 mots

À partir du moment où la matière est destinée à une utilisation précise, on parle de matériaux. Mais comment raconter cette matière qui sous des aspects si divers accompagne le quotidien de chacun d'entre nous, pour s'alimenter, se loger ou s'habiller, mais aussi aller à la rencontre des autres hommes ou exprimer sa sensibilité artistique ? Dans une entrep […] Lire la suite

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 172 mots
  •  • 10 médias

L'acier est un alliage de fer et de carbone renfermant au maximum 2 p. 100 de ce dernier élément. Il peut contenir de petites quantités d'autres éléments incorporés, volontairement ou non, au cours de son élaboration. On peut également y ajouter des quantités plus importantes d'éléments d'alliage ; il est considéré alors comme un acier allié . La teneur en carbone de certains de ces aciers alliés […] Lire la suite

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 352 mots
  •  • 5 médias

Les alliages représentent une illustration matérielle du vieux dicton « l'union fait la force ». L'homme a toujours cherché des matériaux plus performants à l'utilisation, plus faciles à fabriquer ou à mettre en œuvre et plus économiques. Les alliages métalliques sont particulièrement importants dans la société humaine, et ce depuis l'Âge du bronze. Les métaux de grande pureté (99,99 p. 100 en p […] Lire la suite

AMIANTE ou ASBESTE

  • Écrit par 
  • Laurence FOLLÉA, 
  • Henri PÉZERAT
  • , Universalis
  •  • 3 473 mots

Dans le chapitre « Minéraux et applications »  : […] L'amiante (ou asbeste) est un minéral fibreux de la famille des silicates, formé naturellement au cours du métamorphisme des roches. On distingue deux variétés principales d'amiante : la serpentine, représentée notamment par la chrysotile, ou « amiante blanc » (95 p. 100 de la production mondiale), et les amphiboles, qui comprennent cinq espèces distinctes : le crocidolite ou « amiante bleu », l' […] Lire la suite

AVIATION - Avions civils et militaires

  • Écrit par 
  • Yves BROCARD
  •  • 9 438 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Furtivité »  : […] Une nouvelle discipline est apparue dans les années 1960-1970 : la discrétion radar, encore appelée furtivité. Il s'agit de rester le plus longtemps possible invisible aux radars ennemis, au sol ou aéroportés, afin de pouvoir échapper aux défenses de l'adversaire, notamment à ses missiles antiaériens. On cherche alors à réduire la section équivalente radar (S.E.R.) qui est la mesure de l'écho émi […] Lire la suite

BAKÉLITE

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 208 mots

En 1907, le chimiste américain d'origine belge Leo Hendrik Baekeland met au point la Bakélite, nom commercial de la résine synthétique à base de phénols et de formaldéhyde. Résistante à la chaleur et à de nombreux produits chimiques, isolant électrique, légère et semi-transparente, la Bakélite peut se substituer à de nombreux matériaux tels que la porcelaine ou encore le celluloïd, premier plasti […] Lire la suite

BÉTON

  • Écrit par 
  • Jean-Michel TORRENTI
  •  • 8 162 mots
  •  • 5 médias

Le béton est un mélange, en proportions diverses, de granulats de ciment, d'eau, d'additions minérales (remplaçant parfois le ciment), souvent d'adjuvants et parfois de fibres. C'est le matériau de construction le plus utilisé au monde : on estime que sa production annuelle correspond à environ une tonne par habitant de notre planète (en France, c'est environ trois fois plus). Ce succès est dû à […] Lire la suite

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 117 mots
  •  • 11 médias

Le bois est un tissu végétal –  xylème – dont le rôle a toujours été capital dans l'histoire de l'humanité. C'est, dans la plante vivante, un tissu conducteur de sève brute, dont les membranes incrustées de lignine jouent un rôle de soutien. La lignine est, de toutes les substances que crée la vie, la plus répandue sur le globe. Le bois en tant que tissu conducteur ne se rencontre que dans des p […] Lire la suite

BOROPHÈNE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un matériau bidimensionnel »  : […] Depuis la découverte en 2004 du graphène, les physiciens sont parvenus à réaliser différents matériaux constitués d’une seule couche d’atomes : le graphène est un matériau planaire où les atomes de carbone sont arrangés selon une structure hexagonale ; le silicène et le phosphorène sont ses équivalents à base de silicium ou de phosphore. Depuis 2008, cette famille s’est enrichie des dichalcogénur […] Lire la suite

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 167 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les outils et les méthodes de la chimie »  : […] L'une des révolutions les plus importantes du xx e  siècle, et surtout de sa seconde moitié, a été l'introduction dans les laboratoires de chimie de méthodes instrumentales d'analyse et de détermination de structures très performantes. Grâce aux progrès de ces techniques, il est devenu courant d'obtenir, en un temps raisonnable, l'isolement et la détermination complète de la structure des molécu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 mars 2017 Suisse. Aveu de LafargeHolcim sur des « arrangements » avec des groupes armés en Syrie.

matériaux de construction LafargeHolcim reconnaît que Lafarge, société française avant sa fusion avec Holcim, a conclu des « arrangements » indirects « inacceptables » avec des groupes armés, « dont des tiers visés par des sanctions », pour maintenir l’activité d’une cimenterie à Jalabiya, dans le nord-est de la Syrie, en 2013 et 2014. En juin 2016 […] Lire la suite

9-31 mai 2010 Israël – Autorité palestinienne. Arraisonnement violent d'un convoi maritime humanitaire à destination de Gaza

matériaux de construction et de nourriture. À son bord se trouvent près de sept cents personnes originaires de quarante-deux pays, dont des personnalités politiques, des militants d'O.N.G. et des journalistes. L'opération, qui est soutenue par le gouvernement turc, est principalement organisée par la Fondation pour les droits de l'homme, les libertés […] Lire la suite

11-27 décembre 2006 Iran. Adoption de sanctions internationales à l'encontre de Téhéran

matériaux et technologies sensibles et le gel partiel des avoirs de personnalités et d'organismes iraniens impliqués dans les activités nucléaires. Le 24, les autorités iraniennes annoncent aussitôt leur intention d'aller « de l'avant à toute vitesse » en installant trois mille centrifugeuses sur le site nucléaire de Natanz. Le président Ahmadinejad […] Lire la suite

6-24 septembre 2005 Iran. Poursuite des pressions internationales sur le dossier nucléaire

matériaux fissiles non déclarés [à usage militaire] ». La menace de l'arme nucléaire fabriquée par l'Iran n'est donc pas imminente. Le 11, l'Iran rejette la résolution de l'Agence internationale de l'énergie atomique (A.I.E.A.) du 11 août, qui lui demandait de suspendre à nouveau ses activités de transformation d'uranium, que Téhéran avait décidé de […] Lire la suite

2-14 juillet 1996 France. Interdiction de l'amiante

matériaux contenant de l'amiante seront interdites à compter du 1er janvier 1997. Les entreprises chargées du déflocage devront faire l'objet d'une habilitation. Les normes d'exposition aux produits contenant de l'amiante doivent être renforcées. Un dispositif de veille sanitaire doit être mis en place. Le 14, lors de l'allocution télévisée prononcée […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DAGOGNET, « MATÉRIAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/materiaux/