MARSEILLE ANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'appel à Rome

L'affrontement entre Rome et Carthage provoqua au milieu du iiie siècle avant notre ère une rupture des équilibres politiques en Méditerranée. Les guerres puniques troubleront indirectement le destin de Marseille. Son domaine en proie à une constante agitation tend à devenir indépendant. Marseille se trouve ainsi contrainte d'abandonner en partie son exploitation agricole. De même, la cité phocéenne limite ses échanges commerciaux avec la partie occidentale du bassin méditerranéen, avec l'Italie. Les peuples autochtones, soutenus par la puissance punique, mènent en effet sans relâche une lutte armée contre Marseille qui soutient Rome. Toutes deux ont conclu un traité d'alliance qui implique une réciprocité de services. Rome a besoin de la puissance militaire marseillaise, en particulier dans le domaine maritime. Les deux cités ont le même intérêt à réduire Carthage, à l'empêcher de s'étendre en Sicile, puis de s'implanter en Espagne.

C'est pendant la deuxième guerre punique que Marseille s'engage le plus fortement au côté de Rome. La cité phocéenne est alors devenue un centre de renseignements pour ses alliés romains. Elle les informe de la situation en Espagne et les avertit du passage d'Hasdrubal en Gaule et des espoirs que ce dernier fait naître. Les Marseillais jouent aussi un rôle actif en guidant les troupes de Publius Cornelius Scipio dans le delta du Rhône ou en escortant son escadre jusqu'à Tarragone. En 217, dans un combat à l'embouchure de l'Èbre contre Himilcon, le soutien de la flotte marseillaise a permis aux Romains d'emporter la victoire. Si Marseille a bénéficié de la paix entre Rome et Carthage en 201, elle a profité davantage encore de la destruction en 146 de la cité ennemie. Mais les Marseillais n'en ont pas pour autant fini avec les menaces indigènes. Les remparts de la cité sont consolidés et agrandis ; ils englobent vers 140 avant J.-C. la butte des Carmes. Il [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire ancienne à l'université de Bourgogne, Dijon

Classification


Autres références

«  MARSEILLE ANTIQUE  » est également traité dans :

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les murailles (de l'Antiquité au XVe siècle) »  : […] L'homme a toujours éprouvé le besoin de dresser un obstacle entre lui et une quelconque menace : les sociétés primitives se réfugient derrière un fossé, des abattis, des pieux fichés en terre. L'obstacle est alors passif ; pour être efficace, il doit être renforcé par une défense active, mais protégée. Fortifier, c'est combiner l'obstacle et le couvert que réclament les défenseurs. Pendant des siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortifications/#i_27327

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le second âge du fer »  : […] Le second âge du fer, ou période de La Tène, est marqué en Gaule par d'importants bouleversements : les peuples celtiques continentaux se mettent de nouveau en marche afin de conquérir le reste du territoire gaulois et d'essaimer en Italie du Nord, en Europe centrale, dans les Balkans et jusqu'en Asie Mineure. La civilisation celtique se transforme profondément, prend un caractère national, s'éte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_27327

LES GRECS EN OCCIDENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 1 365 mots

Après Les Phéniciens en 1988 et Les Celtes en 1991, Les Grecs en Occident (du 23 mars au 8 décembre 1996) a constitué la troisième exposition archéologique du Palazzo Grassi – la fondation culturelle de Fiat à Venise. Le thème avait été choisi plusieurs années auparavant ; des aléas divers, humains et financiers, ont retardé l'achèvement du projet, rendu possible grâce à une collaboration origi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-grecs-en-occident/#i_27327

PHOCÉE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 204 mots

Cité grecque d'Ionie qui a joué un rôle très original dans l'expansion grecque en Méditerranée. Alors que la plupart des cités grecques essaimaient en effet à la recherche de terres fertiles, les Phocéens, dont la cité avait un territoire exigu, se tournèrent très tôt vers l'activité commerçante, utilisant pour leur trafic leurs rapides pentécontores (navires à cinquante rames). C'est pour contrôl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phocee/#i_27327

VIX TOMBE DE

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 2 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tombe de Vix et la fin des résidences princières »  : […] En 1960, François Villard pensait que l'abandon du mont Lassois coïncidait avec la fin de la première période de prospérité de Marseille, vers 500 ou peu après. Les choses semblent aujourd'hui plus complexes. Marseille continue à envoyer des amphores vers le Nord jusqu'après le milieu du v e  siècle, alors que la fin du mont Lassois, au plus tard vers 480, est brutale et totale, la région active é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tombe-de-vix/#i_27327

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé DUCHÊNE, « MARSEILLE ANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseille-antique/