MARSEILLE ANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cité des origines et fouilles récentes

Sans contredire la tradition littéraire, les fouilles des années 1980 invitent à distinguer dans l'histoire des premiers temps de Marseille trois grands moments. La présence grecque remonte à la fin du viie siècle avant notre ère – ce qui confirme la datation donnée par les textes pour la fondation de Massalia : en 600 ou vers 600. Les importations de céramique forment dès le début des séries cohérentes et continues. Cela tend à prouver que la colonie phocéenne a débuté brusquement. Elle s'est en outre installée sur un site vierge, dont seul auparavant le rivage avait été fréquenté. Les Phocéens se sont établis, les premiers, à l'entrée du Vieux Port, sur le promontoire occupé aujourd'hui par le fort Saint-Jean et dans ses environs immédiats. Près de l'église Saint-Laurent, sur la colline du même nom, quelques traces de l'habitat grec offrent le plus ancien exemple d'architecture domestique, vers 590 avant notre ère. On y a ainsi découvert un pot modelé indigène, avec un couvercle en céramique à pâte claire fabriqué au tour selon une technique grecque. Cette association de techniques témoigne d'une cohabitation pacifique entre les nouveaux venus et leurs voisins ligures.

Cette période de démarrage s'arrête un quart de siècle plus tard. Une phase étrusque – un moment où les apports d'Étrurie sont plus conséquents que les importations grecques – lui succède jusqu'en 550. Une troisième phase commence alors. Marseille n'est plus un emporion, une place de commerce ouverte à différentes influences et aux marins de toute la Méditerranée. Elle est devenue une cité prospère contrôlant un territoire et produisant un vin réputé.

Dès le deuxième quart du vie siècle, la ville s'est développée vers le nord et à l'est, le long du Vieux Port, jusqu'aux docks romains. Les pentes de la butte Saint-Laurent reçoivent un habitat en terrasses. Au troisième quart du même siècle, une production d'amphores a commencé, comme en témoignent les restes de fours de potiers sous l'ancienne rue Négrel, au pied de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages






Écrit par :

  • : professeur d'histoire ancienne, université de Bourgogne, Dijon

Classification


Autres références

«  MARSEILLE ANTIQUE  » est également traité dans :

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les murailles (de l'Antiquité au XVe siècle) »  : […] L'homme a toujours éprouvé le besoin de dresser un obstacle entre lui et une quelconque menace : les sociétés primitives se réfugient derrière un fossé, des abattis, des pieux fichés en terre. L'obstacle est alors passif ; pour être efficace, il doit être renforcé par une défense active, mais protégée. Fortifier, c'est combiner l'obstacle et le couvert que réclament les défenseurs. Pendant des siè […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le second âge du fer »  : […] Le second âge du fer, ou période de La Tène, est marqué en Gaule par d'importants bouleversements : les peuples celtiques continentaux se mettent de nouveau en marche afin de conquérir le reste du territoire gaulois et d'essaimer en Italie du Nord, en Europe centrale, dans les Balkans et jusqu'en Asie Mineure. La civilisation celtique se transforme profondément, prend un caractère national, s'éte […] Lire la suite

LES GRECS EN OCCIDENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 1 365 mots

Après Les Phéniciens en 1988 et Les Celtes en 1991, Les Grecs en Occident (du 23 mars au 8 décembre 1996) a constitué la troisième exposition archéologique du Palazzo Grassi – la fondation culturelle de Fiat à Venise. Le thème avait été choisi plusieurs années auparavant ; des aléas divers, humains et financiers, ont retardé l'achèvement du projet, rendu possible grâce à une collaboration origi […] Lire la suite

PHOCÉE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 204 mots

Cité grecque d'Ionie qui a joué un rôle très original dans l'expansion grecque en Méditerranée. Alors que la plupart des cités grecques essaimaient en effet à la recherche de terres fertiles, les Phocéens, dont la cité avait un territoire exigu, se tournèrent très tôt vers l'activité commerçante, utilisant pour leur trafic leurs rapides pentécontores (navires à cinquante rames). C'est pour contrôl […] Lire la suite

VIX TOMBE DE

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 2 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tombe de Vix et la fin des résidences princières »  : […] En 1960, François Villard pensait que l'abandon du mont Lassois coïncidait avec la fin de la première période de prospérité de Marseille, vers 500 ou peu après. Les choses semblent aujourd'hui plus complexes. Marseille continue à envoyer des amphores vers le Nord jusqu'après le milieu du v e  siècle, alors que la fin du mont Lassois, au plus tard vers 480, est brutale et totale, la région active é […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé DUCHÊNE, « MARSEILLE ANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseille-antique/