IONIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Couros Dionysermos, art grec

Couros Dionysermos, art grec
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Théâtre hellénistique, Priène

Théâtre hellénistique, Priène
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Partie centrale de la côte occidentale de l'Asie Mineure. Selon la tradition, elle aurait été colonisée par des Grecs fuyant devant l'invasion dorienne qui se seraient établis en Asie vers la fin du ~ IIe millénaire. Par ailleurs, dès le ~ vie siècle, les Athéniens revendiquaient la paternité de cette colonisation. Ce que l'on a longtemps pris pour l'effet de la propagande athénienne paraît aujourd'hui confirmé par l'archéologie. D'autre part, les Ioniens comme les Athéniens se répartissaient en quatre tribus, célébraient la fête des Apaturies et leur dialecte était très proche du dialecte attique. Enfin, ils vénéraient l'Apollon de Délos.

Cependant, les peuples qui vivaient en Ionie étaient loin d'être homogènes. Hérodote rapporte que les fondateurs de Milet, l'une des plus puissantes parmi les cités ioniennes, s'unirent à des femmes cariennes. En fait, l'unité des Grecs d'Ionie allait se forger sur place, au contact des populations indigènes (Cariens, Phrygiens, Lydiens), et donner naissance à une civilisation extrêmement brillante qui atteint son apogée au ~ vie siècle. Alors les cités ioniennes se lancent dans la colonisation tant orientale (Milet) qu'occidentale (Phocée). Alors aussi se développe et s'épanouit, singulièrement à Milet, à Éphèse et à Clazomènes, une pensée philosophique et scientifique que symbolisent les noms de Thalès, d'Héraclite et plus tard d'Anaxagore. Mais si les cités grecques d'Ionie avaient pu maintenir des relations fructueuses avec le royaume lydien, la conquête perse allait leur être fatale. Après la révolte de l'Ionie en ~ 499 et son échec, les cités grecques déclinent et, au ~ ve siècle, ne retrouvent leur liberté que pour passer sous la dépendance d'Athènes. C'est seulement au ive siècle que les cités ioniennes connaîtront, avant de tomber aux mains d'Alexandre et de ses successeurs, une renaissance spectaculaire, comme en témoignent les constructions monumentales à Priène, à Éphèse et à Milet.

Couros Dionysermos, art grec

Couros Dionysermos, art grec

photographie

Couros Dionysermos, Ionie. Période archaïque, 530 env. avant J.-C. Marbre. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Théâtre hellénistique, Priène

Théâtre hellénistique, Priène

photographie

Théâtre hellénistique, 300 av. J.-C., Priène, Turquie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Claude MOSSÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  IONIE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les guerres médiques »  : […] Ces systèmes d'alliance ne tardèrent pas à être mis à l'épreuve à l'aube du v e  siècle. La seconde période de l'histoire des cités grecques s'ouvre en effet par ce qu'on a coutume d'appeler la crise des guerres médiques, contre le roi des Perses. L'empire perse s'était constitué au cours de la seconde moitié du vi e  siècle, sous la conduite de Cyrus, de son fils Cambyse et du successeur de celui […] Lire la suite

GUERRES MÉDIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 289 mots

— 500-— 493 Révolte contre les Perses des cités grecques de l'Ionie (côte ouest de l'Asie Mineure) ; Milet est rasée. — 490 Première guerre médique : expédition décidée par Darius (520-486) pour châtier Erétrie (Eubée) et Athènes, qui avaient soutenu les cités révoltées d'Ionie. Septembre — 490 Les Athéniens, dirigés par Miltiade et aidés par un petit contingent de Platées (Béotie), rejettent à […] Lire la suite

PHOCÉE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 204 mots

Cité grecque d'Ionie qui a joué un rôle très original dans l'expansion grecque en Méditerranée. Alors que la plupart des cités grecques essaimaient en effet à la recherche de terres fertiles, les Phocéens, dont la cité avait un territoire exigu, se tournèrent très tôt vers l'activité commerçante, utilisant pour leur trafic leurs rapides pentécontores (navires à cinquante rames). C'est pour contrôl […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MOSSÉ, « IONIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ionie/