MARSEILLE ANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une emprise croissante sur des territoires indigènes

Silencieuses sur l'histoire de Marseille à l'époque classique, les sources littéraires mentionnent le siège de la ville par le chef gaulois Catumandus, vers 390 avant J.-C. Les Marseillais repousseront l'attaque, mais il est clair que la colonie phocéenne, implantée en pays barbare, dut faire face aux menaces d'un environnement hostile. Silius Italicus, à la fin du iiie siècle avant J.-C., montre la cité grecque « entourée de tribus arrogantes et terrifiée par les rituels sauvages de leurs voisins barbares ». Par besoin de sécurité, pour protéger son commerce et favoriser son développement, Marseille, au moment où Pythéas visite les pays nordiques vers la fin du ive siècle, se constitue lentement un domaine par la force. Son territoire primitif était limité à la plaine située dans le voisinage de la cité, surveillé par des postes fortifiés, dont le plus important était celui de Saint-Marcel, à 8 kilomètres de la ville. Poussée par un réflexe de sécurité, plus que guidée par une volonté d'expansion, Marseille contrôla au cours du ive siècle la côte de l'Estaque, l'étang de Berre, avant de s'étendre au-delà vers Saint-Blaise. Elle fit ensuite la conquête des chaînes de Vitrolles et de l'Étoile.

À la fin du iiie siècle avant J.-C., elle étend encore son emprise en contrôlant jusqu'à la plaine du bas Rhône. Son influence sur les territoires qui l'entourent va ainsi croissant. Elle procure à ses voisins de nombreux biens de consommation et exporte en Méditerranée près de 10 000 hectolitres de vin par an au cours du ive siècle avant J.-C. Bien que manifestant une certaine résistance, les milieux indigènes s'ouvrent peu à peu à la culture grecque. Comme le montre une inscription gravée sur une coupe du iiie siècle avant J.-C. trouvée à Martigues (musée municipal de la ville), on commence à noter la langue gauloise en lettres grecques.

Dès la fin du vie siècle, Marseille s'inscrit dans un vaste périmètre urbain dont les limites se trouvent à l'est dans le secteur du quartier [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire ancienne, université de Bourgogne, Dijon

Classification

Autres références

«  MARSEILLE ANTIQUE  » est également traité dans :

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les murailles (de l'Antiquité au XVe siècle) »  : […] L'homme a toujours éprouvé le besoin de dresser un obstacle entre lui et une quelconque menace : les sociétés primitives se réfugient derrière un fossé, des abattis, des pieux fichés en terre. L'obstacle est alors passif ; pour être efficace, il doit être renforcé par une défense active, mais protégée. Fortifier, c'est combiner l'obstacle et le couvert que réclament les défenseurs. Pendant des siè […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le second âge du fer »  : […] Le second âge du fer, ou période de La Tène, est marqué en Gaule par d'importants bouleversements : les peuples celtiques continentaux se mettent de nouveau en marche afin de conquérir le reste du territoire gaulois et d'essaimer en Italie du Nord, en Europe centrale, dans les Balkans et jusqu'en Asie Mineure. La civilisation celtique se transforme profondément, prend un caractère national, s'éte […] Lire la suite

LES GRECS EN OCCIDENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 1 365 mots

Après Les Phéniciens en 1988 et Les Celtes en 1991, Les Grecs en Occident (du 23 mars au 8 décembre 1996) a constitué la troisième exposition archéologique du Palazzo Grassi – la fondation culturelle de Fiat à Venise. Le thème avait été choisi plusieurs années auparavant ; des aléas divers, humains et financiers, ont retardé l'achèvement du projet, rendu possible grâce à une collaboration origi […] Lire la suite

PHOCÉE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 204 mots

Cité grecque d'Ionie qui a joué un rôle très original dans l'expansion grecque en Méditerranée. Alors que la plupart des cités grecques essaimaient en effet à la recherche de terres fertiles, les Phocéens, dont la cité avait un territoire exigu, se tournèrent très tôt vers l'activité commerçante, utilisant pour leur trafic leurs rapides pentécontores (navires à cinquante rames). C'est pour contrôl […] Lire la suite

VIX TOMBE DE

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 2 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tombe de Vix et la fin des résidences princières »  : […] En 1960, François Villard pensait que l'abandon du mont Lassois coïncidait avec la fin de la première période de prospérité de Marseille, vers 500 ou peu après. Les choses semblent aujourd'hui plus complexes. Marseille continue à envoyer des amphores vers le Nord jusqu'après le milieu du v e  siècle, alors que la fin du mont Lassois, au plus tard vers 480, est brutale et totale, la région active é […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé DUCHÊNE, « MARSEILLE ANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marseille-antique/