MARSEILLAISE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chant patriotique composé pendant la période révolutionnaire au moment où la France déclarait la guerre à l’Autriche (1792), La Marseillaise divisa les Français au xixe siècle avant de devenir l’hymne national en 1879.

Un chant de guerre révolutionnaire

Le 26 avril 1792, le jeune officier et musicien Claude Rouget de Lisle présente sa nouvelle composition à Philippe-Frédéric de Dietrich, le maire de Strasbourg. Le rythme soutenu, les paroles enthousiastes et martiales envahissent le salon du riche industriel. Le « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » n’est alors qu’un chant militaire parmi d’autres, mais il est marqué par le contexte du printemps de 1792 : six jours plus tôt, la France a déclaré la guerre au roi de Bohême et de Hongrie, c’est-à-dire à l’Autriche, alliée à la Prusse.

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils

Photographie : Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils

Photographie

Ce tableau réalisé en 1849 par Isidore Pils et conservé au musée historique de Strasbourg montre Claude Rouget de Lisle chantant La Marseillaise pour la première fois devant le maire de Strasbourg, Dietrich, le 26 avril 1792. La veille, celui-ci lui a déclaré : « Monsieur de Lisle,... 

Crédits : De Agostini/ Dagli Orti/ Getty Images

Afficher

La France, pays le plus peuplé d’Europe, doit compter sur des volontaires pour défendre les premiers acquis de la Révolution : il faut s’appuyer sur cette richesse humaine et surtout galvaniser ces soldats non professionnels, pour leur insuffler du courage et donner du sens à leur engagement.

Rouget de Lisle l’a bien compris. Au début de la Révolution, ce capitaine du génie avait entamé une carrière de compositeur, tentant déjà d’être en phase avec l’actualité : en 1791, au moment de la proclamation de la nouvelle Constitution, il avait livré un Hymne à la Liberté. En 1792, il reprend du service et se rend à Strasbourg. Proche de la frontière, la ville vit sous la menace. Sensible à l’idée d’encourager les volontaires, le maire passe commande d’un hymne au jeune officier, qui le compose en une nuit. Le chant de guerre fonde le mythe d’une nation en armes.

Destiné à l’armée du Rhin, dédié à son commandant le maréchal Luckner, le chant est joué dès le 29 avril par la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils
Crédits : De Agostini/ Dagli Orti/ Getty Images

photographie

Partition de La Marseillaise

Partition de La Marseillaise
Crédits : AKG-images

photographie

La Marseillaise, film de Jean Renoir

La Marseillaise, film de Jean Renoir
Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

photographie

Jessye Norman, 1989

Jessye Norman, 1989
Crédits : Yves Forestier/ Sygma via Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARSEILLAISE LA  » est également traité dans :

ROUGET DE LISLE CLAUDE (1760-1836)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 350 mots

Officier et compositeur français né à Lons-le-Saunier, mort à Choisy-le-Roi, Rouget de Lisle est en 1791 capitaine en garnison à Strasbourg. En avril de l'année suivante, il y écrit les vers et compose très probablement la mélodie d'un Chant de guerre de l'armée du Rhin , qui prendra le nom de Marseillaise après avoir été chanté par les volontaires de Marseille lors de leur entrée à Paris en juil […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La guerre et la « seconde révolution » (été de 1791-septembre 1792) »  : […] Au cours de l'été de 1791, la politisation du pays s'est accélérée après la fuite du roi. Les journaux royalistes prêchent la résistance ouverte tandis que quatre mille lecteurs se proposent en otage à la place du roi et que l'émigration s'accroît (4 000 officiers partent au cours du second semestre de 1791). Tout le pays s'enfonce dans la guerre civile : dans la vallée du Rhône, partisans et adv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Réaction des autorités après des sifflets contre « La Marseillaise » au Stade de France. 14-17 octobre 2008

Le 14, La Marseillaise est sifflée par une partie du public à l'occasion d'un match amical de football opposant les équipes de France et de Tunisie au Stade de France (Seine-Saint-Denis). Ces incidents provoquent de nombreuses réactions officielles. Le 15, le président Nicolas […] Lire la suite

France. Réélection du président Jacques Chirac et formation du gouvernement. 1er-11 mai 2002

, il juge « inadmissible et inacceptable » que les supporters corses sifflent La Marseillaise lors de la finale de la Coupe de France de football à laquelle il assiste au Stade de France, et demande des excuses au président de la Fédération française de football, Claude Simonet. […] Lire la suite

France. Révocation de l'inspecteur Antoine Gaudino. 18 mars 1991

L'Enquête impossible, vendu à deux cent cinquante mille exemplaires, dans lequel l'inspecteur de la brigade financière de la P.J. marseillaise dévoilait les dessous de son investigation sur les fausses factures du Sud-Est et analysait le mode de financement du P.S. et de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1988. […] Lire la suite

France. Assassinat de quatre réfugiés basques. 25-26 septembre 1985

Le 25, quatre réfugiés basques espagnols sont assassinés à la sortie d'un bar à Bayonne. Deux hommes, membres de la pègre marseillaise, sont arrêtés. Le 26, le G.A.L. (Groupe antiterroriste de libération) revendique l'attentat. Cette organisation mystérieuse, qui pourrait bénéficier […] Lire la suite

France. Verdict au procès de la tuerie d'Auriol. 17 mai 1985

À Aix-en-Provence, la cour d'assises des Bouches-du-Rhône rend son verdict dans l'affaire de la tuerie d'Auriol : le 19 juillet 1981, à la bastide de la Douronne, près du village d'Auriol, dans la campagne marseillaise, six personnes, dont un enfant, avaient été sauvagement assassinées […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « MARSEILLAISE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/