MARSEILLAISE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un chant à la fois rassembleur et clivant

Pourtant, derrière le consensus de façade, les divisions persistent. La polysémie de La Marseillaise permet à beaucoup de s’y reconnaître, mais elle masque de profondes différences d’interprétation et de cultures politiques. Dans la seconde moitié du xxe siècle, ces différences se creusent et se complexifient, en particulier en raison des crises coloniales et postcoloniales.

Séduite par les accents martiaux de l’hymne et par une interprétation xénophobe du passage sur le « sang impur », l’extrême droite profite d’une certaine désaffection de la plupart des autres partis pour les symboles nationaux pour se l’approprier. Après la présidence de Charles de Gaulle, La Marseillaise est quelque peu délaissée par la droite modérée. En 1974, le président Valéry Giscard d’Estaing, soucieux de moderniser les rituels républicains, en fait ralentir le tempo, afin qu’elle ressemble moins à une marche militaire. Chantée en temps de paix sur un air martial, La Marseillaise semble en décalage avec son temps. Il faudra le scandale provoqué par la version reggae de Serge Gainsbourg en 1979 (Aux armes et cætera) pour mesurer la charge de solennité que beaucoup de Français investissent encore dans leur hymne national. Dix ans plus tard, lors du bicentenaire de la Révolution française et malgré une véritable patrimonialisation, l’interprétation de La Marseillaise par la chanteuse noire Jessye Norman est dénoncée par le Front national comme une déviance cosmopolite.

Jessye Norman, 1989

Photographie : Jessye Norman, 1989

Photographie

Revêtue du drapeau tricolore, la cantatrice noire américaine Jessye Norman livre une version spectaculaire de La Marseillaise, lors du bicentenaire de la Révolution française, le 14 juillet 1989, sur la place de la Concorde à Paris. 

Crédits : Yves Forestier/ Sygma via Getty Images

Afficher

La décomposition de l’empire colonial d’une part et les évolutions de la société française d’autre part font naître de nouvelles tensions : l’hymne est sifflé le 6 octobre 2001, lors d’un match de football France-Algérie disputé au Stade de France, puis le 11 mai 2002 par des supporters corses avant la finale de la Coupe de France, provoquant le départ et la colère du président de la République [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils
Crédits : De Agostini/ Dagli Orti/ Getty Images

photographie

Partition de La Marseillaise

Partition de La Marseillaise
Crédits : AKG-images

photographie

La Marseillaise, film de Jean Renoir

La Marseillaise, film de Jean Renoir
Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

photographie

Jessye Norman, 1989

Jessye Norman, 1989
Crédits : Yves Forestier/ Sygma via Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARSEILLAISE LA  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La guerre et la « seconde révolution » (été de 1791-septembre 1792) »  : […] Au cours de l'été de 1791, la politisation du pays s'est accélérée après la fuite du roi. Les journaux royalistes prêchent la résistance ouverte tandis que quatre mille lecteurs se proposent en otage à la place du roi et que l'émigration s'accroît (4 000 officiers partent au cours du second semestre de 1791). Tout le pays s'enfonce dans la guerre civile : dans la vallée du Rhône, partisans et adv […] Lire la suite

ROUGET DE LISLE CLAUDE (1760-1836)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 350 mots

Officier et compositeur français né à Lons-le-Saunier, mort à Choisy-le-Roi, Rouget de Lisle est en 1791 capitaine en garnison à Strasbourg. En avril de l'année suivante, il y écrit les vers et compose très probablement la mélodie d'un Chant de guerre de l'armée du Rhin , qui prendra le nom de Marseillaise après avoir été chanté par les volontaires de Marseille lors de leur entrée à Paris en juil […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Réaction des autorités après des sifflets contre « La Marseillaise » au Stade de France. 14-17 octobre 2008

Le 14, La Marseillaise est sifflée par une partie du public à l'occasion d'un match amical de football opposant les équipes de France et de Tunisie au Stade de France (Seine-Saint-Denis). Ces incidents provoquent de nombreuses réactions officielles. Le 15, le président Nicolas […] Lire la suite

France. Réélection du président Jacques Chirac et formation du gouvernement. 1er-11 mai 2002

, il juge « inadmissible et inacceptable » que les supporters corses sifflent La Marseillaise lors de la finale de la Coupe de France de football à laquelle il assiste au Stade de France, et demande des excuses au président de la Fédération française de football, Claude Simonet. […] Lire la suite

France. Révocation de l'inspecteur Antoine Gaudino. 18 mars 1991

L'Enquête impossible, vendu à deux cent cinquante mille exemplaires, dans lequel l'inspecteur de la brigade financière de la P.J. marseillaise dévoilait les dessous de son investigation sur les fausses factures du Sud-Est et analysait le mode de financement du P.S. et de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1988. […] Lire la suite

France. Assassinat de quatre réfugiés basques. 25-26 septembre 1985

Le 25, quatre réfugiés basques espagnols sont assassinés à la sortie d'un bar à Bayonne. Deux hommes, membres de la pègre marseillaise, sont arrêtés. Le 26, le G.A.L. (Groupe antiterroriste de libération) revendique l'attentat. Cette organisation mystérieuse, qui pourrait bénéficier […] Lire la suite

France. Verdict au procès de la tuerie d'Auriol. 17 mai 1985

À Aix-en-Provence, la cour d'assises des Bouches-du-Rhône rend son verdict dans l'affaire de la tuerie d'Auriol : le 19 juillet 1981, à la bastide de la Douronne, près du village d'Auriol, dans la campagne marseillaise, six personnes, dont un enfant, avaient été sauvagement assassinées […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « MARSEILLAISE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/