MARSEILLAISE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un hymne national disputé

Malgré les oppositions monarchistes, La Marseillaise devient officiellement hymne national le 14 février 1879. C’est le bon moment : le chant s’installe dans le paysage sonore officiel d’une République qui, dans son décorum et ses nombreux rituels, rêve de s’enraciner dans le quotidien, en particulier à partir de 1880, lorsque le 14 juillet est choisi comme jour de fête nationale. En 1882, la ville natale de Rouget de Lisle érige une statue en son honneur. La version officielle de l’hymne est adoptée en 1887 par le ministère de la Guerre et, en 1889, lors du centenaire de la Révolution puis lors de l’Exposition universelle de 1900, La Marseillaise devient le chant par excellence de la République française telle qu’elle se présente au monde.

Outil du consensus républicain, La Marseillaise doit perdre ses connotations révolutionnaires, mais être interprétée avec ferveur et obéissance. Chanter le refrain devient une forme de prestation de serment au régime. De plus en plus considérée comme le chant officiel d’une citoyenneté inculquée par le biais d’un roman national, La Marseillaise est certes encore souvent chantée dans les mouvements ouvriers, mais ceux-ci cherchent d’autres sons fédérateurs. Ils ressuscitent la Carmagnole avant de trouver dans L’Internationale les paroles de la radicalité et du ralliement universel : au début du xxe siècle, celle-ci s’impose réellement dans les organisations ouvrières et les congrès socialistes. Délestée de sa charge critique, La Marseillaise devient un élément central de la pédagogie républicaine : en 1911, le ministre de l’Instruction publique rend son apprentissage obligatoire à l’école.

Pendant la Première Guerre mondiale, elle est un des instruments privilégiés de l’« Union sacrée » et de la propagande qui l’entoure. Le 14 juillet 1915, les cendres de Rouget de Lisle sont transférées aux Invalides. La dimension émancipatrice de La Marseillaise s’efface complètement derrière les accents combattants : le président Raymond Poincaré célèbre ainsi le « cri de vengeance et d’indignation d’un peuple qui non plus qu’il y a cent vingt-cinq ans ne pliera le genou devant l’étranger ». Au lendemain de la guerre, la radicalisation politique et l’essor du communisme mettent une nouvelle fois La Marseillaise sous le feu des critiques, même si en Russie, lors de la révolution d’octobre 1917, les bolcheviks en ont fait un de leurs hymnes, avant d’adopter L’Internationale. En 1931, c’est en partie au son de La Marseillaise que la IIe République est proclamée en Espagne. En France, s’il est honoré par les anciens combattants et par la Chambre « bleu horizon », l’hymne est de plus en plus revendiqué par les ligues patriotiques et par la droite nationaliste, qui le chante lors de l’émeute du 6 février 1934. Les communistes français s’en détournent alors avec encore plus de force.

Mais en 1936, le Front populaire incite ces derniers à refuser désormais que les symboles venus de la Révolution française soient ainsi détournés. Le 27 juin 1936, Maurice Thorez affirme : « La Marseillaise a exprimé et exprimera toujours, comme L’Internationale, la grande cause de l’émancipation humaine. » Un des symboles de cette renaissance, c’est le film La Marseillaise de Jean Renoir (1938), relatant les débuts de la Révolution française du point de vue de modestes Marseillais. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les antagonismes anciens ressurgissent : l’hymne est prohibé par le régime de Vichy, dont la « révolution nationale » préfère Maréchal, nous voilà !… même si, en zone Sud, les deux chants cohabitent de fait. Si le Chant des partisans, composé en 1943, deviendra par la suite l’hymne des résistants, La Marseillaise est régulièrement chantée dans le maquis, avant de s’imposer lors de la libération de Paris. En 1958, l’article 2 de la Constitution de la Ve République rappelle son statut d’hymne national.

La Marseillaise, film de Jean Renoir

Photographie : La Marseillaise, film de Jean Renoir

Financé en partie par une souscription publique de la CGT, le film La Marseillaise relate les aventures d'un groupe de volontaires qui quittent Marseille et vont participer à la prise des Tuileries, le 10 août 1792. Sous couvert de réaliser un film historique, Jean Renoir, alors proche du... 

Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils
Crédits : De Agostini/ Dagli Orti/ Getty Images

photographie

Partition de La Marseillaise

Partition de La Marseillaise
Crédits : AKG-images

photographie

La Marseillaise, film de Jean Renoir

La Marseillaise, film de Jean Renoir
Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

photographie

Jessye Norman, 1989

Jessye Norman, 1989
Crédits : Yves Forestier/ Sygma via Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARSEILLAISE LA  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La guerre et la « seconde révolution » (été de 1791-septembre 1792) »  : […] Au cours de l'été de 1791, la politisation du pays s'est accélérée après la fuite du roi. Les journaux royalistes prêchent la résistance ouverte tandis que quatre mille lecteurs se proposent en otage à la place du roi et que l'émigration s'accroît (4 000 officiers partent au cours du second semestre de 1791). Tout le pays s'enfonce dans la guerre civile : dans la vallée du Rhône, partisans et adv […] Lire la suite

ROUGET DE LISLE CLAUDE (1760-1836)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 350 mots

Officier et compositeur français né à Lons-le-Saunier, mort à Choisy-le-Roi, Rouget de Lisle est en 1791 capitaine en garnison à Strasbourg. En avril de l'année suivante, il y écrit les vers et compose très probablement la mélodie d'un Chant de guerre de l'armée du Rhin , qui prendra le nom de Marseillaise après avoir été chanté par les volontaires de Marseille lors de leur entrée à Paris en juil […] Lire la suite

Les derniers événements

14-17 octobre 2008 France. Réaction des autorités après des sifflets contre « La Marseillaise » au Stade de France

Le 14, La Marseillaise est sifflée par une partie du public à l'occasion d'un match amical de football opposant les équipes de France et de Tunisie au Stade de France (Seine-Saint-Denis). Ces incidents provoquent de nombreuses réactions officielles. Le 15, le président Nicolas Sarkozy, qui juge ces événements « scandaleux », réunit à l'Élysée la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Roselyne Bachelot et le président de la Fédération française de football Jean-Pierre Escalettes. […] Lire la suite

1er-11 mai 2002 France. Réélection du président Jacques Chirac et formation du gouvernement

Le même jour, il juge « inadmissible et inacceptable » que les supporters corses sifflent La Marseillaise lors de la finale de la Coupe de France de football à laquelle il assiste au Stade de France, et demande des excuses au président de la Fédération française de football, Claude Simonet.  […] Lire la suite

18 mars 1991 France. Révocation de l'inspecteur Antoine Gaudino

marseillaise dévoilait les dessous de son investigation sur les fausses factures du Sud-Est et analysait le mode de financement du P.S. et de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1988.  […] Lire la suite

25-26 septembre 1985 France. Assassinat de quatre réfugiés basques

Deux hommes, membres de la pègre marseillaise, sont arrêtés. Le 26, le G.A.L. (Groupe antiterroriste de libération) revendique l'attentat. Cette organisation mystérieuse, qui pourrait bénéficier de l'assistance de membres de la police espagnole, est à l'origine d'une quinzaine d'actions meurtrières, commises au Pays basque français depuis décembre 1983, en représailles contre les attentats perpétrés en Espagne par l'E. […] Lire la suite

17 mai 1985 France. Verdict au procès de la tuerie d'Auriol

À Aix-en-Provence, la cour d'assises des Bouches-du-Rhône rend son verdict dans l'affaire de la tuerie d'Auriol : le 19 juillet 1981, à la bastide de la Douronne, près du village d'Auriol, dans la campagne marseillaise, six personnes, dont un enfant, avaient été sauvagement assassinées. Il s'agissait d'un règlement de compte qui visait le chef local du S. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « MARSEILLAISE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/