MARSEILLAISE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chant de la résistance républicaine

Sous l’Empire (1804-1815), La Marseillaise est interdite, au profit du Chant du départ ou de Veillons au salut de l’Empire, un hymne révolutionnaire créé en 1791. La Marseillaise devient alors, et pour longtemps, un chant d’opposition. Sous la Restauration (1814-1830), conformément à la volonté de Louis XVIII de « renouer la chaîne des temps », elle est également proscrite. On lui préfère l’adaptation d’une vieille chanson intitulée Vive Henri IV, transformée en Le Retour des princes français à Paris, mais surtout Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ?, composé par André Modeste Grétry et écrit par Jean-François Marmontel.

Il faut attendre la révolution de 1830 pour voir La Marseillaise réapparaître dans un climat de romantisme politique : orchestrée par Berlioz, elle est chantée sur les barricades, non seulement en France, mais également dans d’autres villes insurgées d’Europe. Arrivé au pouvoir grâce à une révolution dont il redoute les excès, Louis-Philippe impose La Parisienne, qui célèbre le nouveau régime libéral et modéré plutôt que l’idéal de la nation en armes. Chantée par les républicains dont les révoltes de 1831 et 1834 ont été réprimées, La Marseillaise garde pourtant sa force de mobilisation. Plutôt que d’en être la cible, le pouvoir préfère donc finalement en capter l’énergie : en 1836, c’est une Marseillaise de pierre que sculpte François Rude sur l’Arc de triomphe pour brosser l’allégorie du peuple français, dans un contexte d’essor des nationalismes en Europe et de la colonisation algérienne. Marquées par un esprit fraternel et universaliste, les révolutions de 1848 se traduisent par un retour du chant de 1792. Pourtant, l’avènement de la IIe République ne rompt pas la méfiance envers sa radicalité : écrit en l’honneur des adversaires malheureux des Montagnards en 1793, Le Chant des Girondins lui est souvent préféré.

Une nouvelle fois interdite sous le second Empire, La Marseillaise fait pourtant sa réapparition à la fin des années 1860, lorsque le conflit avec la Prusse devient de plus en plus probable. Déclinée sous les noms de Fécampoise, de Lilloise ou de Lyonnaise, elle joue ainsi, comme en 1792, un rôle de mobilisation, mais dans une ambiance nationaliste bien plus exacerbée.

Officiellement promue après la déclaration de guerre (19 juillet 1870), elle est chantée à l’Opéra de Paris et fait son retour sur les champs de bataille. Opportunément stimulée par le pouvoir impérial, la mémoire sonore des républicains n’était qu’en sommeil : très vite, les chansonniers profitent de cette ouverture et rivalisent d’imagination dans chaque région. Après la proclamation de la IIIe République, le pouvoir versaillais la met rapidement à distance. Sous la Commune, au printemps de 1871, elle est entonnée par certains fédérés, dans le double sens qu’a pris l’hymne depuis le début du siècle : un chant de résistance à la fois contre le pouvoir intérieur (les Versaillais et leur répression) et contre le pouvoir extérieur (les occupants prussiens). La même année, le premier texte de L’Internationale est écrit sur l’air de La Marseillaise, bien avant que Pierre Degeyter n’en compose la musique définitive en 1888. Si les anarchistes et les internationalistes la critiquent pour ses accents nationalistes et guerriers, ainsi que pour son caractère propagandiste, La Marseillaise continue de constituer une référence politique et affective dans les milieux ouvriers. Mais, dans ses premières années, la IIIe République, dominée par les monarchistes, continue de se méfier de l’évocation des radicalités révolutionnaires. Pour l’Exposition universelle de 1878, le président Mac-Mahon, monarchiste, choisit de promouvoir Vive la France, composé par Charles Gounod sur des paroles de Paul Déroulède, dont le dernier couplet appelle à la revanche sur l’Allemagne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise, I. Pils
Crédits : De Agostini/ Dagli Orti/ Getty Images

photographie

Partition de La Marseillaise

Partition de La Marseillaise
Crédits : AKG-images

photographie

La Marseillaise, film de Jean Renoir

La Marseillaise, film de Jean Renoir
Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

photographie

Jessye Norman, 1989

Jessye Norman, 1989
Crédits : Yves Forestier/ Sygma via Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire moderne à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARSEILLAISE LA  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La guerre et la « seconde révolution » (été de 1791-septembre 1792) »  : […] Au cours de l'été de 1791, la politisation du pays s'est accélérée après la fuite du roi. Les journaux royalistes prêchent la résistance ouverte tandis que quatre mille lecteurs se proposent en otage à la place du roi et que l'émigration s'accroît (4 000 officiers partent au cours du second semestre de 1791). Tout le pays s'enfonce dans la guerre civile : dans la vallée du Rhône, partisans et adv […] Lire la suite

ROUGET DE LISLE CLAUDE (1760-1836)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 350 mots

Officier et compositeur français né à Lons-le-Saunier, mort à Choisy-le-Roi, Rouget de Lisle est en 1791 capitaine en garnison à Strasbourg. En avril de l'année suivante, il y écrit les vers et compose très probablement la mélodie d'un Chant de guerre de l'armée du Rhin , qui prendra le nom de Marseillaise après avoir été chanté par les volontaires de Marseille lors de leur entrée à Paris en juil […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-17 octobre 2008 France. Réaction des autorités après des sifflets contre « La Marseillaise » au Stade de France

Le 14, La Marseillaise est sifflée par une partie du public à l'occasion d'un match amical de football opposant les équipes de France et de Tunisie au Stade de France (Seine-Saint-Denis). Ces incidents provoquent de nombreuses réactions officielles. Le 15, le président Nicolas Sarkozy, qui juge ces événements « scandaleux », réunit à l'Élysée la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Roselyne Bachelot et le président de la Fédération française de football Jean-Pierre Escalettes. […] Lire la suite

1er-11 mai 2002 France. Réélection du président Jacques Chirac et formation du gouvernement

Le même jour, il juge « inadmissible et inacceptable » que les supporters corses sifflent La Marseillaise lors de la finale de la Coupe de France de football à laquelle il assiste au Stade de France, et demande des excuses au président de la Fédération française de football, Claude Simonet.  […] Lire la suite

18 mars 1991 France. Révocation de l'inspecteur Antoine Gaudino

marseillaise dévoilait les dessous de son investigation sur les fausses factures du Sud-Est et analysait le mode de financement du P.S. et de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1988.  […] Lire la suite

25-26 septembre 1985 France. Assassinat de quatre réfugiés basques

Deux hommes, membres de la pègre marseillaise, sont arrêtés. Le 26, le G.A.L. (Groupe antiterroriste de libération) revendique l'attentat. Cette organisation mystérieuse, qui pourrait bénéficier de l'assistance de membres de la police espagnole, est à l'origine d'une quinzaine d'actions meurtrières, commises au Pays basque français depuis décembre 1983, en représailles contre les attentats perpétrés en Espagne par l'E. […] Lire la suite

17 mai 1985 France. Verdict au procès de la tuerie d'Auriol

À Aix-en-Provence, la cour d'assises des Bouches-du-Rhône rend son verdict dans l'affaire de la tuerie d'Auriol : le 19 juillet 1981, à la bastide de la Douronne, près du village d'Auriol, dans la campagne marseillaise, six personnes, dont un enfant, avaient été sauvagement assassinées. Il s'agissait d'un règlement de compte qui visait le chef local du S. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « MARSEILLAISE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/