LEFORT CLAUDE (1924-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis son premier article, « L'analyse marxiste et le fascisme » (Les Temps modernes, 1945) jusqu'à La Complication (1999), l'œuvre de Claude Lefort est restée centrée autour de l'interrogation politique. « Le politique », pour Lefort, ne se réduit pas à un secteur de la vie sociale, pas plus que la tâche de la pensée politique ne se ramène à caractériser ou à évaluer les régimes selon les divers types de pouvoir. La question centrale est plutôt celle de la relation qui existe entre le mode d'exercice du pouvoir et la « configuration générale des rapports sociaux ».

Nombre d'articles de Claude Lefort, joignant volontiers la polémique à l'analyse, ont été écrits au rythme des événements. Réunis après coup, ils replongent le lecteur d'aujourd'hui dans des moments cruciaux de l'histoire européenne du xxe siècle, à commencer par les basculements qui eurent lieu entre démocraties et totalitarismes (Lefort s'étant surtout attaché à l'étude du régime soviétique et de ses rapports avec les démocraties après la Seconde Guerre mondiale.

C'est dans une autre temporalité qu'est emporté le lecteur du Travail de l'œuvre Machiavel (1972), où l'« œuvre » est à la fois celle de Machiavel et celle de son interprète. Non linéaire, revenant sur elle-même, l'œuvre s'écarte de la succession des événements. C'est d'ailleurs par un retrait comparable qu'il arrive à Claude Lefort, dans d'importantes études, de s'éloigner du politique pour écrire sur la phénoménologie de Merleau-Ponty, la peinture (Bitran) ou la poésie (Michaux).

Il reste que pour Claude Lefort expérience politique et œuvre sont constitutivement liées. Le « travail de l'œuvre », dit-il dans son Machiavel, n'est possible que « dans la dépendance de l'expérience que nous faisons, ici et maintenant, de notre mode d'existence politique ». Réciproquement, lorsque Lefort parle des événements, c'est en des interrogations qui, pour faire droit à la complexité de la réalité, ne renoncent pas à l'ampleur du savoir historique ou de la réflexion philosophique, sans hésiter pour autant à éclairer vivement des alternatives politiques et à trancher.

Une pensée politique en rupture

Né en 1924, Claude Lefort découvre la philosophie au lycée, avec son professeur Maurice Merleau-Ponty. La pensée et les ouvrages de ce dernier ne cesseront de l'accompagner. Après la mort brutale de l'auteur de la Phénoménologie de la perception, il assurera l'édition posthume de ses œuvres inachevées, et d'abord de Le Visible et l'Invisible (1964).

C'est très tôt que Claude Lefort entame son expérience politique. Il reviendra, dans sa préface de 1979 aux Éléments d'une critique de la bureaucratie, sur la précocité de son antistalinisme : « Dès 1942, je fréquentai des militants de la IVe Internationale, puis je rejoignis l'année suivante cette organisation. » Mais le voilà bientôt convaincu que « le trotskisme était impuissant à concevoir la nature des partis communistes ». Il commence donc à écrire dans Les Temps modernes et, en 1948, prend sur l'« affaire » Kravchenko, l'auteur de J'ai choisi la liberté, une position qui tranche avec les ambiguïtés de tant d'autres intellectuels.

Staline: le culte de la personnalité, affiche

Photographie : Staline: le culte de la personnalité, affiche

«Introduite par Khrouchtchev lors du XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique (P.C.U.S.) pour donner une explication des erreurs et des crimes de Staline, l'expression de culte de la personnalité est ambiguë, car elle permet de suggérer tout à la fois que celui-ci fut la... 

Crédits : AKG-images

Afficher

En 1949, avec Cornelius Castoriadis, il fonde Socialisme ou barbarie, dont l'un des objectifs est de mettre en évidence la « bureaucratisation » des mouvements ouvriers ainsi que la « nature » du régime soviétique, et par voie de conséquence de proposer de nouvelles orientations à l'action et à la pensée politiques. Amorcée en 1952, définitive en 1958, la rupture avec Socialisme ou barbarie coïncidera pour lui avec l'abandon du marxisme et de l'idée de révolution.

Après deux années d'enseignement au lycée, à Nîmes et à Reims, Claude Lefort part pour le Brésil. À son retour, il devient assistant à la Sorbonne, puis passe quelques années au C.N.R.S. En 1968, il enseigne à Caen. Enfin, après un nouveau passage au C.N.R.S., il enseigne, de 1974 à 1990, à l'E.H.E.S.S.

Au début des années 1970, il publie dans la revue Textures des essais décisifs sur la démocratie et sur l'idéologie. En 1977, il rédige le texte liminaire de la revue Libre : « Maintenant ». L'aventure de Libre, qui avait réuni, entre autres, Cornelius Castoriadis, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LEFORT CLAUDE (1924-2010)  » est également traité dans :

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Fortuna » »  : […] La nature des choses est neutre en ce qui touche l'organisation politique des groupes humains. Il n'existe évidemment que « la nature » – en ce sens précis que n'existe aucun « arrière-monde » –, mais cette nature ne décide ni ne prédétermine rien. La notion de fortune remplit donc dans le système une fonction complexe, destinée à dégager le champ de l'action. On peut essayer de la caractériser, m […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Marxisme et structuralisme »  : […] La seconde précision concerne cette bipolarité marxisme-structuralisme à partir de laquelle, dans les années 1970, se serait organisé le débat intellectuel à l'intérieur du champ disciplinaire. En ce qu'elle appelle l'image de deux bastions séparés par un no man's land , cette représentation apparaît comme notoirement réductrice, dans la mesure notamment où elle fait passer par profits et pertes d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MOUCHARD, « LEFORT CLAUDE - (1924-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lefort/