LEFORT CLAUDE (1924-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis son premier article, « L'analyse marxiste et le fascisme » (Les Temps modernes, 1945) jusqu'à La Complication (1999), l'œuvre de Claude Lefort est restée centrée autour de l'interrogation politique. « Le politique », pour Lefort, ne se réduit pas à un secteur de la vie sociale, pas plus que la tâche de la pensée politique ne se ramène à caractériser ou à évaluer les régimes selon les divers types de pouvoir. La question centrale est plutôt celle de la relation qui existe entre le mode d'exercice du pouvoir et la « configuration générale des rapports sociaux ».

Nombre d'articles de Claude Lefort, joignant volontiers la polémique à l'analyse, ont été écrits au rythme des événements. Réunis après coup, ils replongent le lecteur d'aujourd'hui dans des moments cruciaux de l'histoire européenne du xxe siècle, à commencer par les basculements qui eurent lieu entre démocraties et totalitarismes (Lefort s'étant surtout attaché à l'étude du régime soviétique et de ses rapports avec les démocraties après la Seconde Guerre mondiale.

C'est dans une autre temporalité qu'est emporté le lecteur du Travail de l'œuvre Machiavel (1972), où l'« œuvre » est à la fois celle de Machiavel et celle de son interprète. Non linéaire, revenant sur elle-même, l'œuvre s'écarte de la succession des événements. C'est d'ailleurs par un retrait comparable qu'il arrive à Claude Lefort, dans d'importantes études, de s'éloigner du politique pour écrire sur la phénoménologie de Merleau-Ponty, la peinture (Bitran) ou la poésie (Michaux).

Il reste que pour Claude Lefort expérience politique et œuvre sont constitutivement liées. Le « travail de l'œuvre », dit-il dans son Machiavel, n'est possible que « dans la dépendance de l'expérience que nous faisons, ici et maintenant, de notre mode d'existence politique ». Réciproquement, lorsque Lefort parle des événements, c'est en des interrogations qui, pour faire droit à la complexité de la réalité, ne renoncent pas à l'ampleur du savoir historique ou de la réf [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEFORT CLAUDE (1924-2010)  » est également traité dans :

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Fortuna » »  : […] on doit penser que ce qui s'est produit peut être intégré dans la somme du pensable. Claude Lefort dans Le Travail de l'œuvre, Machiavel exprime ainsi l'abîme qui sépare l'intellectuel machiavélien de l'homme d'action : « d'un premier point de vue, le théoricien paraît embrasser l'histoire dans toute son étendue [...]. Mais, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machiavel/#i_85958

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Marxisme et structuralisme »  : […] marxiste – autant minoritaire qu'hétérogène –, puisqu'elle date du début des années 1950, avec la publication par Claude Lefort de deux articles dont les titres révèlent le contenu : « L'échange et la lutte des hommes » (1951), « Société „sans histoire“ et historicité » (1952), articles repris en 1978 dans son livre Les Formes de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_85958

Pour citer l’article

Claude MOUCHARD, « LEFORT CLAUDE - (1924-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lefort/