CASTORIADIS CORNELIUS (1922-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis son installation en France, à la fin de 1945, Cornelius Castoriadis, né en 1922 à Constantinople, de parents grecs, n'aura eu de cesse de déployer une intense activité d'analyste critique des faits humains et d'intellectuel engagé dans les luttes contre toutes les barbaries que connut la seconde moitié du xxe siècle. Redoutable polémiste, insensible aux compromis, il a su mener de front recherches théoriques inventives et interventions pratiques perspicaces. Son nom reste attaché à l'aventure du groupe et de la revue Socialisme ou barbarie qu'il avait fondée et dirigée, avec Claude Lefort, de 1948 à 1965. L'ensemble de ses contributions devait reparaître par la suite, accompagné d'inédits en huit volumes, de 1973 à 1979.

La passion pour la philosophie, qu'il dit avoir contractée dès son adolescence, ne s'épanouit vraiment qu'au milieu des années 1960, lorsqu'il entreprend une lecture critique de la philosophie marxiste de l'histoire, dont les résultats, amplifiés, nourriront en 1975 son maître livre L'Institution imaginaire de la société. En 1978 paraît sous le titre Les Carrefours du labyrinthe un premier volume rassemblant études – dont de nombreuses inédites –, entretiens, essais, textes d'interventions à de multiples colloques auxquels il participa. Ce recueil est suivi de quatre autres : Domaines de l'homme (1986), Le Monde morcelé (1990), La Montée de l'insignifiance (1996), Fait et à faire (1997). À partir de 1980, après avoir pris sa retraite de l'O.C.D.E., où il travaillait depuis 1948 en tant qu'expert en économie, Castoriadis devient directeur de recherches à l'École des hautes études en sciences sociales et peut consacrer plus de temps à ses activités de psychanalyste (commencées en 1973). En 1977, toujours avec Claude Lefort, Pierre Clastres, Marcel Gauchet et Miguel Abensour, il fonde une nouvelle revue, Libre, qui ne connaîtra que six numéros.

Tant par sa formati [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CASTORIADIS CORNELIUS (1922-1997)  » est également traité dans :

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 804 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'écologie : science subversive ? »  : […] Dans son ouvrage sur l'histoire de l'écologie en Amérique, publié en 2005, Sharon E. Kingsland s'interroge sur l'écologie et son statut éventuel de science subversive. Elle évoque les implications sociétales des recherches sur les écosystèmes, qu'il s'agisse des orientations « énergie et société », portées notamment par les frères Odum ( Environnement, Power and Society , de Howard Odum paru en 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/#i_2239

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « La société comme totalité »  : […] Le mystère que représente l'unité du social a été exposé par Cornélius Castoriadis dans L'Institution imaginaire de la société . « Qu'est-ce qui fait, se demande-t-il, que la société « tient ensemble », que les règles (juridiques ou morales) qui ordonnent le comportement des adultes sont cohérentes avec les motivations de ceux-ci, qu'elles sont non seulement compatibles, mais profondément et mysté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_2239

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « CASTORIADIS CORNELIUS - (1922-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cornelius-castoriadis/