BARNABÉ saint

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure importante de l'Église primitive dont l'activité fut liée de très près à celle de saint Paul. Barnabé (en grec : Barnabas) apparaît pour la première fois dans les Actes des Apôtres (iv, 36-37) : « C'était un lévite originaire de Chypre. Il vendit son champ, en apporta le montant et le déposa aux pieds des Apôtres. » On le retrouve dans le même livre : en ix, 27 (à Jérusalem, il prend Saul avec lui et l'introduit auprès des Apôtres) ; en xi, 22-30 (délégué à Antioche, il s'y rend après être allé chercher Saul à Tarse ; puis il apporte les dons de la communauté à Jérusalem) ; en xii, 25 (il quitte Jérusalem en compagnie de Saul) ; en xiii-xv (à Antioche, où il était compté parmi les « prophètes et les docteurs », il accompagne Paul dans son premier voyage missionnaire, puis au concile de Jérusalem ; retourné à Antioche, il se brouille avec Paul et part pour Chypre avec Jean Marc, son cousin, au sujet de qui s'était produite la rupture avec l'Apôtre ; on perd ensuite sa trace). On parle encore de Barnabé dans la Ire Épître aux Corinthiens (ix, 6), où il est mentionné comme collaborateur de Paul, ce qui laisse entendre qu'ils se sont réconciliés, à Corinthe, et dans l'Épître aux Galates (ii) en un passage qui est en liaison avec l'évocation du concile de Jérusalem.

Selon les Actes (iv, 36), Barnabé était un surnom (« Joseph, surnommé Barnabé par les Apôtres ») qui aurait signifié « l'homme de la consolation ».

Cette explication est erronée, ce qui prouverait que Luc, l'auteur des Actes, n'était qu'un assez modeste sémitisant. Le nom de Barnabé dérive, en effet, soit de Bar nebuah (ou nabi), « fils de la prophétie » (ou de « prophète »), soit de Bar Nébo (« fils du dieu Nébo »).

Tertullien voyait en Barnabé l'auteur de l'Épître aux Hébreux.

—  André PAUL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARNABÉ saint  » est également traité dans :

MARC saint (mort en 67 env.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 575 mots

Selon la tradition, l'auteur du deuxième Évangile synoptique, serait né à Jérusalem à une date inconnue et mort vers l'an 67 à Alexandrie. Le Nouveau Testament nous renseigne sur la vie de Marc de manière fragmentaire et l’historicité des données fournies se trouve largement mise en cause par la critique exégétique. L’unique élément incontestablement digne de foi figure dans l’Épître à Philémon ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc/#i_9176

PAUL saint (entre 5 et 15-67)

  • Écrit par 
  • Pierre BONNARD
  •  • 6 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conversion »  : […] La conversion de Paul ne fut donc pas préparée par un temps d'inquiétude religieuse. Les témoignages de l'apôtre et ceux des Actes déjà cités s'accordent à en faire un événement inattendu et même brutal. Le persécuteur fut interpellé sur le chemin de Damas par le Ressuscité, convaincu de son erreur et immédiatement mobilisé pour la mission chrétienne chez les païens. Paul rangera lui-même cet évé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-saint-entre-5-et-15-67/#i_9176

Pour citer l’article

André PAUL, « BARNABÉ saint », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barnabe/