MANIÉRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecture et la sculpture

L'architecture pose un problème particulier, car elle doit tenir compte des réalités et des considérations pratiques avant de donner lieu à de pures recherches de style. Cependant, on a pu déceler des caractères maniéristes dans l'architecture du xvie siècle, un des plus remarquables étant la « tension », pour M. Tafuri (1966) qui montre comment l'architecture maniériste s'insère dans le processus général de laïcisation de l'art européen : le recherché, le monstrueux ou le démoniaque s'y justifient comme l'expression de la vie universelle. Pour d'autres historiens, l'architecture de cette époque se rattache en réalité soit au maniérisme, soit au premier baroque (Pevsner, Chastel). En fait, les difficultés rencontrées pour la peinture du xvie siècle existent aussi pour l'architecture, dont les manifestations sont parfois opposées. C'est pourquoi il faudrait, selon Lotz (1963), exclure du courant maniériste Palladio et Vignole dont les structures sont en réalité classiques.

Les modèles

En architecture, comme en peinture, l'exemple de Raphaël et de Michel-Ange fut décisif. Le premier crée une architecture avant tout picturale, d'une symétrie élégante et harmonieuse, où la variété des motifs a pour fonction d'animer les façades (palais Branconio dell'Aquila, élevé à l'emplacement de la colonnade du Bernin, aujourd'hui détruit). La richesse d'inventions y était accentuée par l'emploi de marbres colorés, de stucs (probablement peints), de fresques (sans doute en grisaille). C'est, par excellence, le style que l'on croit « antique », mais dont les références classiques, évidentes, sont employées, toutefois, avec une recherche et un raffinement constants. Autre exemple de ce style, le palais Madame, élevé pour le futur Clément VII, Jules II de Médicis : les allusions antiques, empruntées à la Domus Aurea y sont encore plus explicites.

Les mêmes caractères marquent l'œuvre « imaginative » de Baldassare Peruzzi (1481-1536 ; La Farnésine (1508-1511), d'une élégance encore toute raphaélesque, est une synthèse précieuse de tous les éléments « antiques » à la mode mis à la disposition d'un bourgeois romain du xvie siècle. Au palais Massimo (1530), les effets de contrastes (galerie d'entrée) et la virtuosité qui l'emporte sur les nécessités architectoniques diffèrent profondément du « classicisme » de la Farnésine. Ce parti, qui choisit la puissance plutôt que la grâce, rappelle l'évolution analogue également poursuivie, à partir d'exemples raphaélesques et antiques, par Jules Romain au palais du Té (1532-1534), « véritable modèle de l'architecture et de la peinture » (Serlio) où il se montre aussi disciple de Michel-Ange. Cependant, sous l'influence de Raphaël, l'ornement domine encore au palais Spada, au palais Negroni (édifié à Gênes vers 1560, attribué à Giambattista Castello) dont la façade disparaît sous un manteau de fresques, de stucs et de pierres.

Palais du Té

Photographie : Palais du Té

Le cortile d'honneur, abritant la loggia delle Muse, du palais du Té, dessiné par l'architecte italien Jules Romain (1499-1546), à Mantoue, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La contribution majeure de Michel-Ange à l'architecture maniériste apparaît à San Lorenzo de Florence dans la chapelle Médicis (vers 1521) et au vestibule de la Laurentienne (1525). Dans la première, d'une conception toute cérébrale, la froide stylisation, fortement scandée, oppose en une tension contenue le rythme des verticales et des horizontales. Dans la seconde, l'escalier posé par Ammanati, en 1559, introduit, dans un ensemble qui se veut étrange et déconcerte par sa grandeur, une notion de mouvement inharmonique dont les intentions sont soulignées par l'accentuation volontaire des rythmes courbes. Tous les éléments du décor paraissent utilisés sans tenir compte de leur vocation première ; les colonnes ne portent pas et les fausses fenêtres flottent sur les parois aveugles.

Nouvelle sacristie, Saint-Laurent , Florence

Photographie : Nouvelle sacristie, Saint-Laurent , Florence

Nouvelle sacristie ou chapelle des Médicis, Saint-Laurent , Florence. À gauche, tombeau de Laurent, duc d'Urbin; à droite, tombeau de Julien, duc de Nemours; au fond, tombeau inachevé de Laurent le Magnifique et de son frère Julien. Architecte : Michel-Ange. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Vestibule de la bibliothèque Laurentienne, Florence

Photographie : Vestibule de la bibliothèque Laurentienne, Florence

Bibliothèque Laurentienne, Florence. Vestibule. Architecte : Michel-Ange. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Tous ces traits de l'architecture de Michel-Ange (tension, utilisation anticlassique des motifs classiques) sont autant de nouveautés qui vont frapper définitivement et caractériseront le style maniériste ; dans l'aménagement de la place du Capitole à Rome, Michel-Ange donna un magnifique exemple de son génie synthétique, très éloigné du raffinement et des « coquetteries » de l'art de Raphaël, de la tension dynamique intense d'un art où revit la grande manière antique romaine.

Place du Capitole, Rome

Photographie : Place du Capitole, Rome

Place du Capitole, Rome. Architecte : Michel-Ange. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Thèmes de l'architecture

L'escalier

Certains thèmes, comme celui de l'escalier, ont donné lieu à des variations pleines d'imagination. À l'intérieur de l'église de Santa Trinità de Florence (1574-1576), [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

La Circoncision, F. Barocci

La Circoncision, F. Barocci
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Déposition de Croix, J. Pontormo

La Déposition de Croix, J. Pontormo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Villa Farnésine, Rome

Villa Farnésine, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 28 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre
  • : conférencière à l'École du Louvre, chargée de mission au département des Peintures

Classification

Autres références

«  MANIÉRISME  » est également traité dans :

ALESSI GALEAZZO (1512-1572)

  • Écrit par 
  • Catherine CHAGNEAU
  •  • 105 mots

Formé à Pérouse, puis à Rome dans l'entourage de Michel-Ange, Alessi introduisit l'architecture maniériste à Gênes et à Milan. Il donna une interprétation du plan central de Saint-Pierre de Rome en élevant Santa Maria di Carignano (1549). En construisant la sévère et monumentale Villa Cambiaso (1541-1548), il définit le style du palais génois pour la nouvelle rue (Strada Nuova) qu'il devait créer […] Lire la suite

AMMANNATI BARTOLOMEO (1511-1592)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 318 mots
  •  • 3 médias

Après avoir été l'élève du sculpteur Baccio Bandinelli à Florence, Ammannati rejoint Jacopo Sansovino à Venise ; entre 1537 et 1540, il travaille avec lui à la Libreria Vecchia (reliefs de l'attique). Puis il part pour Padoue, où il sculpte notamment une statue colossale d' Hercule (1544), un portail avec Apollon et Jupiter et le mausolée de B. Benavides aux Eremitani (1546). Il se rend ensuit […] Lire la suite

BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 1 312 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baldung et le maniérisme »  : […] En 1517, de retour à Strasbourg qu'il ne quitte plus jusqu'à sa mort, les recherches artistiques de Baldung prennent une nouvelle orientation. Déjà, Le Déluge (Bamberg) de 1516 montre la dualité de son tempérament qui s'exprime dans une composition très animée, avec des couleurs dissonantes. Baldung peint de plus en plus des thèmes allégoriques et mythologiques où son imagination exaltée et violen […] Lire la suite

BANDINELLI BARTOLOMEO dit BACCIO (1493-1560)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

Sculpteur italien né le 12 novembre 1493 à Florence, mort le 7 février 1560 à Florence. Bartolomeo Brandini suit une formation d'orfèvre auprès de son père, Michele di Viviano de Brandini, qui bénéficie du mécénat des Médicis. Attiré par la sculpture , il travaille dans l'atelier de Giovanni Francesco Rustici et devient l'un des principaux artistes de la cour du grand-duc de Toscane, Côme I er […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les binômes « Renaissance-maniérisme » et « baroque-classicisme » »  : […] Pour comprendre la formation simultanée des styles baroque et classique, il convient de s'appuyer sur le complexe culturel appelé Renaissance. Ce mouvement, qui se manifeste en Italie à partir du Trecento ( xiv e  siècle), y atteint son point d'intensité maximale au xv e  siècle et se prolonge jusqu'au début du xvi e . Sa diffusion s'opère dans le reste de l'Europe à partir de la fin du xv e  siè […] Lire la suite

BELLANGE JACQUES (1575 env.-1616)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 358 mots

Alors qu'au début du xvii e siècle la peinture parisienne traverse une phase de relative éclipse, Nancy et la Lorraine connaissent au contraire une période faste. Jacques Bellange (ou de Bellange) est avec Callot et Deruet l'un des artisans de cet heureux temps. On ne sait pas grand-chose de la personnalité ni de la carrière de Bellange, sinon qu'il exerçait son activité en Lorraine, entre 1600 e […] Lire la suite

BLANCHET THOMAS (1614?-1689)

  • Écrit par 
  • Lucie GALACTEROS-DE BOISSIER
  •  • 839 mots

Peintre, architecte et sculpteur ayant joué à Lyon un rôle semblable à celui de Le Brun à Paris, Blanchet fut vite oublié car son œuvre avait été rapidement mutilé et la critique fut longtemps déroutée par un style paradoxal. Depuis les années 1980, dessins et modelli ont permis de restituer des décors disparus, tandis que d'anciens textes expliquaient leurs sujets incompris (L. Galactéros de Boi […] Lire la suite

BLONDEEL LANCELOT (1498-1561)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 440 mots

Comme Coecke à Anvers et Lambert Lombard à Liège ou Van Orley à Bruxelles, Blondeel est le principal représentant de la première Renaissance dans la peinture brugeoise du xvi e  siècle. Franc-maître à Bruges en 1519, il travaille à la décoration de la ville dès l'année suivante, à l'occasion de la « Joyeuse Entrée » de Charles Quint. De fait, la partie décorative tient une grande place dans son œu […] Lire la suite

BRACELLI GIOVANNI BATTISTA (1re moitié XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 524 mots

On ignore tout de la vie de cet artiste florentin qui est devenu subitement célèbre vers 1930, quand nombre d'artistes de l'avant-garde découvrirent en lui un étonnant précurseur. Les quelques gravures que l'on connaît de lui situent son activité entre 1624 et 1649, principalement à Rome, semble-t-il. Mais seul son très curieux recueil qu'il intitula Bizarrie di varie figure mérite de retenir l'a […] Lire la suite

BRONZINO ANGELO DI COSIMO DI MARIANO dit (1503-1572)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 819 mots
  •  • 2 médias

Le style de Bronzino diffère assez vite de Pontormo, dont il fréquente l'atelier dès 1518-1519. Ce dernier s'étant réfugié à la chartreuse de Galuzzo pendant la peste, Angelo l'accompagne pour l'aider et s'initie (gauchement) à l'art de la fresque. Ce n'est pourtant qu'après avoir participé de près à l'ensemble célèbre de la chapelle Capponi, à Santa Felicità (Florence, 1526-1528) — on lui attribu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, Marie-Alice DEBOUT, « MANIÉRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/