BANDINELLI BARTOLOMEO dit BACCIO (1493-1560)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur italien né le 12 novembre 1493 à Florence, mort le 7 février 1560 à Florence.

Bartolomeo Brandini suit une formation d'orfèvre auprès de son père, Michele di Viviano de Brandini, qui bénéficie du mécénat des Médicis. Attiré par la sculpture, il travaille dans l'atelier de Giovanni Francesco Rustici et devient l'un des principaux artistes de la cour du grand-duc de Toscane, Côme Ier de Médicis. Il fonde une académie d'artistes au Vatican (1531) et une autre à Florence (vers 1550). Il prend le surnom de Baccio Bandinelli en 1530. Dans les Vies de Giorgio Vasari et dans l'autobiographie de Benvenuto Cellini, il est décrit comme un artiste jaloux, malveillant et dénué de talent.

Faune riant, B. Bandinelli

Faune riant, B. Bandinelli

photographie

Baccio Bandinelli, «Faune riant», 1550. Marbre. Hauteur: 57 cm, largeur: 42 cm, profondeur: 24,5 cm. Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg. 

Crédits : AKG

Afficher

Les œuvres qui subsistent de ce sculpteur maniériste, émule de Michel-Ange, prouvent qu'il était plus doué que ne le prétendent ses contemporains. Sa copie du groupe du Laocoon (Offices, Florence), son Hercule et Cacus (1534, place de la Seigneurie) et ses reliefs pour la clôture de chœur de la cathédrale de Florence expliquent l'engouement que connaît sa sculpture, austère et plutôt aride, à la cour des Médicis dans le second quart du xvie siècle. Bandinelli sera par la suite supplanté par les sculpteurs Benvenuto Cellini et Bartolomeo Ammannati. Vers la fin de sa vie, il sculpte avec son fils Clemente son propre tombeau (1554, église Santissima Annunziata, Florence), remarqué pour son groupe de la Lamentation sur le Christ mort.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BANDINELLI BARTOLOMEO dit BACCIO (1493-1560)  » est également traité dans :

DESSINS DE LA RENAISSANCE ITALIENNE (expositions)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 956 mots

Dans divers espaces du musée du Louvre se sont tenues, durant le printemps de 2003, trois expositions de dessins de la Renaissance italienne : Michel-Ange, les dessins du Louvre  ; Léonard de Vinci, dessins et manuscrits et Savoir-faire, la variante dans le dessin italien au XVI e   siècle . Chacune des trois expositions proposait une visite comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessins-de-la-renaissance-italienne/#i_6732

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Comme pour la peinture et l'architecture, les chefs-d'œuvre de Michel-Ange, spécialement la Victoire (1506, Palazzo Vecchio, Florence), les tombeaux des Médicis (1521-1526), la Pietà (1550-1553, Dôme, Florence), le Christ (Santa Maria sopra Minerva), fournirent aux jeunes artistes des modèles parfaits de la figura serpentinata , de la variété, de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_6732

Pour citer l’article

« BANDINELLI BARTOLOMEO dit BACCIO - (1493-1560) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bandinelli-bartolomeo-dit-baccio/