BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort, H. Baldung Grien

Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort, H. Baldung Grien
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Portrait d'homme jeune, H. Baldung Grien

Portrait d'homme jeune, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Ève, H. Baldung Grien

Ève, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Adam, H. Baldung Grien

Adam, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


En peinture, la figure centrale de la Renaissance allemande est Albrecht Dürer. Son élève le plus important fut Hans Baldung Grien dont l'art appartient à la fois à la Renaissance et au maniérisme. Son œuvre, qui groupe un catalogue abondant de tableaux, de gravures et de dessins, est l'expression d'une personnalité tout à fait particulière. Baldung Grien, sensible aux orientations intellectuelles de l'humanisme et de la Réforme, révèle dans des œuvres religieuses, profanes, mythologiques et allégoriques, remarquables par la finesse du dessin et le raffinement du coloris, un tempérament violent en même temps qu'une spiritualité très sereine.

Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort, H. Baldung Grien

Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort, H. Baldung Grien

Photographie

Hans Baldung Grien (1484 env.- 1545), Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort. Huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Portrait d'homme jeune, H. Baldung Grien

Portrait d'homme jeune, H. Baldung Grien

Photographie

Hans Baldung Grien (1484 env.- 1545), Portrait d'homme jeune, 1515. Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Baldung et Dürer

Hans Baldung est né à Schwäbisch Gmünd en Souabe. Il appartient à une famille d'érudits. Après un apprentissage dans sa ville natale chez un peintre qui venait probablement de l'école de Martin Schongauer (on admet qu'il reçut le surnom de Grien, vert, à cette époque), il se rendit vers 1503 à Nuremberg où il entra dans l'atelier d'Albrecht Dürer. Les années passées chez ce peintre furent décisives pour le développement du jeune artiste que Dürer semble avoir occupé surtout comme dessinateur de vitraux. Les dessins des années 1503-1504 révèlent ses dons et annoncent ses talents de graveur. En 1505, il réalisa, aux côtés de Dürer, la partie la plus considérable des gravures sur bois du livre d'Ulrich Pinder, le Beschlossen Gart, et, après le départ du maître pour l'Italie en 1505, les illustrations du Speculum Passionis du même auteur.

Ève, H. Baldung Grien

Ève, H. Baldung Grien

Photographie

Hans Baldung Grien (1484 env.- 1545), Ève. Galleria degli Uffizi, Florence. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Adam, H. Baldung Grien

Adam, H. Baldung Grien

Photographie

Hans Baldung Grien (1484 env.- 1545), Adam. Galleria degli Uffizi, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Il est possible que le jeune peintre ait dirigé pendant quelque temps l'atelier de Dürer, ce qui prouverait qu'il était estimé du maître. Au printemps de l'année 1507 au plus tard, Baldung quitte Nuremberg, et on le trouve dans le nord de l'Allemagne à Halle (Saxe) où il entreprend deux grands triptyques.

Bien que la composition [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)  » est également traité dans :

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le fantastique insinué »  : […] Les récits des mythologies et les mystères des religions ne sont pas en eux-mêmes sources suffisantes de l'intrusion fantastique, et cela précisément parce que le merveilleux y est installé de droit divin et que tout y est par principe prodige ou miracle. Il semble pourtant injuste et, en fait, inexact de ne pas admettre qu'un élément étranger ou r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_18331

HOLBEIN LES

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 606 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'un style »  : […] Hans Holbein le Jeune a certainement reçu sa formation initiale auprès de son père. L'abondance des éléments d'architecture italienne dans ses premières œuvres a fait supposer un voyage à Côme ou à Milan, mais il aurait pu se familiariser avec ces motifs à Augsbourg, un voyage en Italie plus tardif restant toutefois probable. Par le rôle qu'il leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-holbein/#i_18331

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les artistes et la physiognomonie »  : […] La physiognomonie s'est constituée à l'origine en dehors de tout rapport avec les arts plastiques. Mais à partir du moment où les auteurs décidèrent d'illustrer leurs traités, ils devinrent étroitement tributaires des artistes. Certaines des têtes de Cocles et d'Indagine sont manifestement tirées de tableaux et de gravures. Della Porta a reproduit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_18331

Voir aussi

Pour citer l’article

Thomas Wolfgang GAEHTGENS, « BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-baldung-grien/