MADHVA (1238-1317)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Penseur hindou dont le nom reste attaché à une tentative pour instaurer une philosophie qui, tout en restant fidèle aux principes du vedānta, permette le plein exercice de la dévotion. L'une des propositions majeures du vedānta étant l'affirmation selon laquelle l'ātman (« âme ») est identique au brahman (l'« absolu », le « principe » de toutes choses), Shankara (viiie s.) en concluait à un monisme intégral (advaita-vedānta), de telle sorte que seule la connaissance, c'est-à-dire la prise de conscience par l'individu de l'équation ātman = brahman, pût assurer la délivrance des liens de la transmigration.

Cependant, Madhva, qui était brahmane et originaire du Maisūr (Mysore, État du sud de l'Inde), se voulait fidèle non seulement au Veda proprement dit, mais à d'autres textes tels que la Bhagavad Gītā et le Bhāgavata Purāna, fondements de la dévotion (bhakti) à Krishna (Kṛṣṇ). Des Écritures ainsi choisies par lui il déduisait que partout dans l'univers se manifeste le principe de distinction (bhidā) : par exemple, entre l'animé et l'inanimé, entre l'âme et le Seigneur, entre une âme et une autre, entre une chose et une autre. Or ces distinctions, qui paraissent de simple bon sens, allaient à l'encontre de la position de Śaṅkara, pour qui il ne pouvait y avoir de distinction entre l'ātman et le brahman et pour qui, si le brahman est unique, l'ātman l'est nécessairement aussi (puisqu'il lui est identique), de sorte qu'il ne puisse y avoir de distinction, par exemple, entre « une » âme et une « autre ». Cependant, une telle distinction est nécessaire pour que la délivrance soit possible (une âme identique à Dieu n'aurait pas, en bonne logique, à être sauvée).

Attentif à ce problème, Madhva enseigne, pour sa part, que le chemin conduisant au salut comprend plusieurs étapes : d'abord, une purification psychologique (élimination des passions, etc.) ; puis la pratique de l'adoration dévote du Seigneur, qui doit ensuite se muer en méditation parfaite (dhyāna) et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  MADHVA (1238-1317)  » est également traité dans :

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dans le chapitre « L'épanouissement de la bhakti »  : […] Au sud de l'Inde, la bhakti s'exprimera d'une manière caractéristique, entre le vi e et le ix e  siècle, dans les hymnes des āḷvār , poètes de langue tamoule, qui célèbrent tout particulièrement l' avatāra Kṛṣṇa. Cependant, vers la même époque – et déj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhakti/#i_13458

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant vishnouite »  : […] À l'époque où les textes de la tradition shivaïte signalaient la secte des pāśupata, en milieu vishnouite s'affirmaient les sectes bhāgavata et pāñcarātra , qui présentent entre elles de nombreuses similitudes, mais que les ouvrages vishnouites eux-mêmes distinguent les unes des autres. Les deux groupes adorent également Kṛṣṇa-Vāsudeva, mais les bhāgava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_13458

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Dvaita de Madhva »  : […] Aux doctrines qui rapprochent la nature de l'Être suprême et celle de l'homme s'oppose celle de Madhva (1238-1317), commentateur dualiste des Brahmasūtra et de la Bhagavadgītā et auteur, sous le nom d'Ānandatīrtha, de nombreux ouvrages, en particulier de l' Anuvyākhyāna , l'« Exégèse ». Cette dernière œuvre, qu'il composa sur la f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_13458

NIMBĀRKA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 335 mots

Brahmane orthodoxe qui, né dans l'Āndhra Pradesh (pays de Haydérabad) au xii e siècle, fut d'abord un dévot de Krishna avant de devenir célèbre comme interprète du Vedānta. Ce darśana (« système de pensée » concernant les doctrines brahmaniques traditionnelles) pose en principe l'unité de l'ātman (« âme » humaine) et du brahman (l'« absolu », le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nimbarka/#i_13458

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « Les trois grandes époques »  : […] On comprend néanmoins que la subtilité des rapports entre l'Absolu et le monde, le brahman et l'ātman, le doute sur le rôle exact que joue la māyā, l'incertitude à propos de la naissance du monde (a-t-il été créé ? si oui, par qui ? ou bien est-il coéternel au brahman ?) aient alimenté la controverse. On peut, en gros, diviser l'histoire du Vedānta en trois grandes époques. Le Vedānta le plus anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/#i_13458

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rāmānuja, Nimbārka et Madhva »  : […] Le groupe religieux où a vécu Rāmānuja ( xi e - xii e  s.) comptait déjà des maîtres réputés, en particulier Yamunācārya. Rāmānuja en fut cependant le véritable réformateur. Bien que vedântin et se réclamant de l'enseignement des upaniṣad, il entreprit, dans ses écrits, de réfuter la doctrine de n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visnu-vishnu-et-vichnouisme/#i_13458

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « MADHVA (1238-1317) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/madhva/