KRISHNA ou KṚṢṆA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De toutes les incarnations (avatāra) animales ou humaines par lesquelles Viṣṇu (Vishnou) accepta de se manifester sur la Terre pour la sauver, celle de Kṛṣṇa (Krishna), qui est la huitième, plus encore que celle de Rāma, constitue la plus populaire.

À la fois dieu et héros, sa légende qui constitue la geste de Kṛṣṇa se déroule longuement à travers le Mahābhārata, où il se manifeste comme l'allié et le conseiller des Pāṇḍava, et à travers plusieurs Purāṇa. Ainsi dans le Harivaṁśa-Purāṇa, comme dans le Bhāgavata-Purāṇa, destiné aux adorateurs de Viṣṇu, le Seigneur « Bhagavant », où la biographie mystique de Kṛṣṇa contient notamment le récit de ses aventures au milieu des bergères. Dans le Viṣṇu-Purāṇa, qui entre le iiie et le ve siècle constitua un important recueil de textes et de légendes où les sectes vishnouites trouvèrent leurs sources, il est relaté que la Terre, lasse de supporter le poids des désordres imposés par la domination des démons, supplia les dieux de rétablir l'équilibre des forces. Viṣṇu s'arrachant alors deux cheveux de la tête, un sombre et un clair, les envoya sur la Terre pour y devenir l'un Kṛṣṇa et l'autre Rāma. C'est ainsi que Kṛṣṇa exterminera le démon Kālanami, naguère anéanti par Viṣṇu et réincarné sous la forme du mauvais roi Kamsa. Mais, pour les théologiens, il est le souriant maître de sagesse, venu révéler aux hommes la supériorité de l'acte sans désir, chemin de la délivrance. Ainsi apparaît-il dans la Bhāgavad Gītā.

Figure dominante de l'hindouisme en laquelle l'Inde se reconnaît volontiers, Kṛṣṇa, révélation de l'Être suprême, sous les traits d'un enfant volant du beurre ou d'un pâtre jouant de la flûte, a son image présente dans chaque foyer hindou. Des temples où lui est rendu un culte, les plus sacrés se trouvent à Mathurā, ville particulièrement chère aux dévots de Kṛṣṇa, et à Puri, en Orissā.

Une princesse Kṛṣṇa, « la Noire », appelée encore Draupadī, héroïne du Mahābhārata, choisit Arjuna, qui seul de ses prétendants a réussi à tendre l'arc prodigieux, en atteignant par cinq fois le but assigné, et devint alors l'épouse commune aux Cinq frères Pānḍạva.

La naissance et l'adolescence du dieu-héros

D'après la tradition classique recueillie dans les Purāṇa, Kṛṣṇa « le Noir », ainsi nommé par suite de son teint sombre, naquit à Mathurā (Uttar Pradesh), un peu au nord d'Agra, à la fin du « troisième âge » du monde. Il se rattache au clan des Yādava, qui est cité dès le Veda et dont le nom deviendra celui d'une tribu rajpute. Il eut pour mère la très belle princesse Devakī, l'épouse de Vasudeva. En ce temps régnait sur Mathurā le cruel Kamsa, frère de Devakī, qui savait par une prédiction qu'il appartiendrait à son neveu, huitième enfant de sa sœur, de le faire périr. Il retint donc la princesse en captivité, et chaque fois qu'il lui naissait un fils, il le faisait tuer. Cependant le septième, Balarāma, « Rāma à la force » appelé encore Halāyudha « porte-soc », lui échappa ; il devint le compagnon de Kṛṣṇa et s'illustra par ses exploits. Il devait notamment châtier la rivière Yamunā pour lui avoir refusé de modifier son cours, la labourant d'un soc de charrue jusqu'à ce que, épuisée, elle demandât grâce.

Quant à Kṛṣṇa, selon le Bhāgavata-Purāṇa, il confirma la prédiction et naquit le huitième mais secrètement « tandis que minuit sortait des ténèbres... du sein de Devakī divinement belle... Enfant merveilleux, avec ses yeux de lotus, ses quatre bras, ses armes – la conque, la massue et le disque –,... vêtu de jaune, beau comme un nuage sombre, les mille boucles de ses cheveux nimbées par l'éclat du diadème et des pendants d'oreilles en précieux lazuli, étincelant sous les bracelets, les anneaux et la ceinture lâche. »

Cependant, pour le soustraire à la cruauté de Kamsa et le sauver de la mort, la fille du pâtre Nanda et de sa femme Yaśodā, née au même moment, lui est immédiatement substituée. Aussi est-ce au milieu des bergers et des bergères accourus de partout et chargés de dons que de grandes réjouissances célèbrent la naissance de Kṛṣṇa. Et dès cette naissance, à maintes reprises, il manifeste sa divinité par des interventions d'ordre surnaturel. Ainsi lorsque Pūtanā, pour le tuer, lui présente son sein d'où s'écoule un lait empoisonné, il boit, mais jusqu'à ce que s'épuise la substance même de la vie de la démone ; il extermine Trnāvarta qui voulait l'emporter dans les airs... Kamsa, pour l'atteindre, ordonna l'extermination de tous les enfants doués d'une grande force. Nanda prit alors avec lui Kṛṣṇa et Balarāma, et ils s'enfuirent jusqu'aux environs de Mathurā, à Gokula ou Vraja, « l'enclos », où ils se dissimulèrent pendant sept ans avant de gagner la forêt du « basilic sacré », qui devait devenir un lieu saint.

Durant cet exil, les prodiges se multiplièrent. Kṛṣṇa réduira tour à tour, en se jouant de leurs ruses ou de leurs métamorphoses, le monstre Baka sous l'aspect d'une grue, le serpent Agha, Pralamba qui cherchait à l'enlever, Ariṣṭa et Keśin, qui, pour le tromper, avaient pris l'un la forme d'un buffle, l'autre celle d'un cheval. Afin d'anéantir le Mal, il se mesura avec bien d'autres encore, et notamment avec le roi des serpents, Kāliya, dont le souffle impur empoisonnait les eaux de la Yamunā. Le piétinant, il dansa sur sa tête une danse démesurée, mais lui accorda sa grâce, car Kāliya n'avait fait qu'obéir aux lois propres à son espèce. Il se contenta de lui enjoindre de demeurer dans l'immensité de l'Océan, lui interdisant à jamais la Yamunā.

Ayant invité les bergers à remplacer une traditionnelle fête d'Indra par un sacrifice aux divinités des montagnes et des forêts, il dut les protéger, eux et leurs troupeaux, de la colère du dieu qui s'exprima par le déchaînement d'un formidable orage. Durant sept jours, il tint le mont Govardhana soulevé au-dessus de leurs têtes, à la manière d'un immense parapluie. Indra le reconnaît alors pour Viṣṇu.

Devenu adolescent, tandis que les bergers l'adorent comme leur dieu, il prend plaisir aux danses des gopī, « les bergères », dont il accompagne de sa flûte la ronde ardente. Un épisode très populaire conte qu'un jour où elles se baignaient, il cacha leurs vêtements, les obligeant ainsi à se présenter nues devant lui pour venir reprendre ceux-ci. Mille d'entre elles deviendront ses épouses ; et des huit qui sont spécialement mentionnées se détache Radhā, « celle qui plaît », la favorite. Elle est décrite dans le Gītagovinda, chant d'amour d'un poète bengali du xiie siècle, dont se réclament toutes les sectes krishnaïtes. Son thème, d'apparence érotique, prend une valeur mystique, comparable à celle du Cantique des cantiques, pour exprimer l'état de l'âme envahie par le désir d'amour divin, sa recherche de son Seigneur, sa souffrance, sa solitude avant d'atteindre la plénitude de l'union divine. C'est le chemin de la bhakti, participa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  KRISHNA ou KRSNA  » est également traité dans :

JANMASHTAMĪ ou FÊTE DE LA NAISSANCE DE KRISHNA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 342 mots

La fête hindoue de Janmashtamī célèbre la naissance (janma en sanskrit) du dieu Kṛṣṇa (Krishna), le huitième (aśtami) jour de la quinzaine sombre du mois de bhadrapada (août-septembre). Ce chiffre est symbolique dans la légende du dieu Kṛṣṇa, […] Lire la suite

AVATĀRA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 853 mots

Le terme avatāra (formé du préfixe ava , qui marque un mouvement de haut en bas, et de la racine tṛ « traverser »), en son sens originel et restreint, désigne une descente , c'est-à-dire une incarnation du dieu Viṣṇu, dans le dessein de rétablir l'ordre cosmique et moral troublé par des puissances démoniaques. Cette notion s'est étendue par la suite à Lakṣmī, la parèdre du dieu, ainsi qu'à d'autr […] Lire la suite

BHAGAVAD GĪTĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 183 mots

La Bhagavad Gītā , « Chant du Bienheureux Seigneur », est un des longs passages spéculatifs insérés dans le Mahābhārata , la grande Épopée indienne, mais sa composition et son inspiration en font un tout autonome. Elle expose l'enseignement métaphysique et mystique donné par Viṣṇu, sous la forme de Kṛṣṇạ, à l'un des princes, héros de la guerre qui va mettre aux prises deux clans rivaux et apparen […] Lire la suite

BHĀGAVATA PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 328 mots

Ouvrage qui compte parmi les plus illustres des textes sacrés hindous de langue sanskrite, connus sous le nom de Purānas. C'est le livre sacré des Bhāgavatas, dévots de Vishnu, qui est vénéré sous le nom de Bhagavant, le « Gracieux Seigneur ». Le Bhāgavata Purāṇa (« Histoires anciennes du Seigneur »), peut-être le plus récent des Purānas, est vraisemblablement postérieur au x e  siècle ; on situe […] Lire la suite

GĪTA-GOVINDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 477 mots

L'un des plus célèbres poèmes lyriques de la littérature sanskrite. Attribué avec la plus grande vraisemblance à un brahmane bengali du xii e  siècle, nommé Jayadéva, le Gīta-Govinda (« célébration du bouvier Krishna ») est, en fait, un petit drame à deux personnages, Krishna et Rādhā, auxquels s'ajoutent quelques comparses. Avatāra (« incarnation ») du dieu Vishnu, le jeune prince Krishna parcour […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Gujarātī médiéval (XVe-XIXe siècle) »  : […] Née avec le début du règne des sultans indépendants du Gujarāt (1411-1573), la littérature en gujarātī médiéval est presque exclusivement hindoue, peut-être patronnée par les féodaux rājpūts des suzerains musulmans d'Ahmedabad. Elle se regroupe autour de deux thèmes : l'expression d'une dévotion personnelle à Dieu ( bhakti ) en de courts hymnes ( pada ), et la transmission de la culture hindoue p […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 800 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'univers épique »  : […] Le contenu de cette tradition épique est un tissu de mythologie et d'histoire inscrites dans des conceptions définies des êtres, de l'espace et du temps. Les êtres qui animent les récits sont d'espèces très diverses. Les dieux sont les principaux protagonistes. Ils sont hiérarchisés en classes et en fonction de leur personnalité. Il y a un être suprême, Śiva, Viṣṇu ou Devī, etc., selon la religio […] Lire la suite

HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Nicole BALBIR, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 8 338 mots

Dans le chapitre « Sūr-Dās et les poètes de langue braj »  : […] « Si une langue indo-aryenne peut être appelée „langue royale“, écrit le savant linguiste bengali S. K. Chatterji, ce fut certainement la langue braj. » Les empereurs moghols eux-mêmes la cultivèrent et la tradition a conservé plusieurs distiques en braj composés par Akbar et ses successeurs. Mais c'est probablement le lien particulier de la langue braj, d'une part avec la dévotion krishnaïte, d' […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 182 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant vishnouite »  : […] À l'époque où les textes de la tradition shivaïte signalaient la secte des pāśupata, en milieu vishnouite s'affirmaient les sectes bhāgavata et pāñcarātra , qui présentent entre elles de nombreuses similitudes, mais que les ouvrages vishnouites eux-mêmes distinguent les unes des autres. Les deux groupes adorent également Kṛṣṇa-Vāsudeva, mais les bhāgavata semblent appartenir à la filiation direct […] Lire la suite

HOLI ou FÊTE DES COULEURS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 422 mots

La fête des couleurs, Holi, est une journée fériée en Inde ; elle est célébrée massivement par les hindouistes dans l’Inde du Nord au printemps, le jour de la pleine lune du mois de ph ā lguna (en février-mars). Elle partage de nombreuses caractéristiques avec l’antique fête romaine des saturnales, à l’instar du carnaval dans certains pays chrétiens. Les participants se jettent de l’eau et des po […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Simone RENOU, « KRISHNA ou KṚṢṆA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/krishna-krsna/