L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig FeuerbachFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus connue, notamment à cause des critiques que lui adresse Marx dans ses Thèses sur Feuerbach (1845), que véritablement lue, L'Essence du christianisme marque un jalon important, tant théologiquement que philosophiquement, dans l'élaboration d'une anthropologie qui voit le jour au xixe siècle dans la postérité de Hegel. Contrairement aux réductions de Dieu et de la religion opérées par certains représentants des Lumières, Ludwig Feuerbach (1804-1872) cherche à comprendre le sens du phénomène religieux. L'athéisme est un humanisme. Plus exactement, le véritable humanisme se fonde sur la réappropriation de ce que l'homme avait imaginairement projeté en Dieu. La philosophie est une théologie déguisée. L'absolu n'est rien d'autre que l'homme, et ce dernier ne pourra trouver son salut que s'il consent à faire de lui-même l'idéal qu'il cherche.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « De Hegel à Marx »  : […] Ce qui a préparé de loin cette greffe, c'est le caractère éminemment créateur de l'aliénation ; dans le système hégélien, l' Entäusserung , avec sa négativité propre, est un instrument de rationalité ; à tous les niveaux du système elle assure le passage de l'immédiat au médiat ; elle introduit dans l'indivision et la confusion initiales les média […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_31326

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/