ARAGON LOUIS (1897-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'énigme Aragon

Quelles que soient les circonstances par lesquelles on éclaire les développements successifs de cette œuvre, son lecteur ne pourra que butter pour finir sur le sentiment lancinant d'une énigme. (« Moi le Sphinx d'au delà / Les Thèbes futures »). Lui-même rappelle, au seuil de son Œuvre poétique : « Que parole en grec est le radical d'énigme [...]. Et c'est l'injustice, la merveilleuse injustice d'autrui que je demande aujourd'hui. La parole, ainos, en réponse à l'énigme par moi à moi-même posée. »

La première énigme concerne l'exceptionnelle fidélité de son engagement politique (servons-nous de ce mot commode, même s'il le récuse), qui le poussa à défendre, à couvrir l'inexcusable, le stalinisme. À cet égard, quelques textes apologétiques ne se relisent pas sans malaise, comme sont gênants ses silences ou ses digressions, sa trop grande habileté dans l'esquive. Mais il convient toujours de dater les écrits ; cette obstination qui le mena plusieurs fois à nier ou à falsifier l'évidence, comme fit également Sartre, est l'envers de son désir passionné de servir, ou de ce que lui-même appelait son sens des responsabilités ; de toutes ses forces Aragon désira excéder la littérature pour agir sur l'Histoire, et il savait ne pouvoir le faire hors d'un appareil, ni par sa seule écriture. Au contraire d'intellectuels « engagés », mais qui pouvaient à tout moment reprendre leur signature au nom des droits imprescriptibles de l'individu, lui se voulut militant, c'est-à-dire soldat, solidaire d'un parti et d'un nous organique. À partir de son adhésion au P.C. en 1927, sa conviction la plus ancrée fut que l'individu n'est qu'une poussière dans l'œil ou le maelström de l'Histoire ; et s'il consacra une grande part de son activité des années 1930, comme journaliste et militant, en France et en Europe, à organiser les luttes antifascistes et à infléchir la politique (pas seulement culturelle) de son parti, le leitmotiv de la critique de l'individualisme inspire également, très directement, sa conception de la littérature, e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Grenoble-III-Stendhal, dirige l'édition des œuvres romanesques d'Aragon dans la Bibliothèque de la Pléiade

Classification

Autres références

«  ARAGON LOUIS (1897-1982)  » est également traité dans :

AURÉLIEN, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

Aurélien est sans doute une des œuvres où Aragon a mis le plus de lui-même. Rédigée durant les années d'Occupation et de Résistance, à un moment où Elsa Triolet songeait à le quitter, c'est aussi l'une des plus amères et des plus désenchantées. Le roman prend place dans le cycle du Monde réel, inauguré en 1933 par Les […] Lire la suite

ÉCRITS SUR L'ART MODERNE, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 091 mots

Écrits sur l'art moderne se présente comme un recueil hétérogène de 51 textes rédigés par l'écrivain Louis Aragon (1897-1982) entre 1918 et 1980. Le titre rétrospectif donné par l'éditeur donne une fausse impression d'unité ; il ne doit pas masquer le fait qu'il s'agit de textes éparpillés réunis pour la première fois. L'intérêt prim […] Lire la suite

LES YEUX D'ELSA, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 959 mots

À la suite du Crève-Cœur (avril 1941), qui avait marqué son retour à la poésie après dix ans d'interruption, Louis Aragon (1897-1982) publie en mars 1942 aux Cahiers du Rhône, à Neufchâtel, Les Yeux d'Elsa. Ce recueil, qui rassemble des poèmes parus en rev […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ

  • Écrit par 
  • Marguerite BONNET
  •  • 4 880 mots

Dans le chapitre « La naissance du surréalisme »  : […] Des prédilections communes, la foi dans les pouvoirs de la poésie ont rapproché de lui, dans les années 1917-1918, Louis Aragon et Philippe Soupault. En mars 1919, ils fondent une revue, Littérature , qui publie les Poésies de Ducasse, les Lettres de guerre de Jacques Vaché, mort (accident ou suicide ?) en janvier 1919, et les premiers textes obtenus par Breton et Soupault au moyen de l'écritur […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 683 mots

19 février 1896 Naissance de Breton à Tinchebray, dans l'Orne. 1914-1918 Première Guerre mondiale. 1916 Infirmier militaire à Nantes, Breton y fait la connaissance de Jacques Vaché. En mai, il rencontre Guillaume Apollinaire. 1917 Fait la connaissance de Philippe Soupault, puis de Louis Aragon. 1919 Fonde la revue Littérature avec Aragon et Soupault. Publie Mont de piété , son premier recuei […] Lire la suite

FERRAT JEAN (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 2 252 mots

« C'était un homme engagé mais il n'était pas hurleur de sentences. Il le faisait avec poésie. » C'est ainsi que Georges Moustaki dépeint son ami Jean Ferrat. Artiste porté par l'idéal communiste, depuis le début des années 1950, Ferrat a signé quelque deux cents chansons qui courent encore dans les rues, emportées par sa voix de velours. Ses colères et ses combats sont toujours enveloppés de ce […] Lire la suite

GRAND JEU LE

  • Écrit par 
  • Patrick KRÉMER
  •  • 1 932 mots

Dans le chapitre « Chronique d'une mort annoncée »  : […] Breton n'entend pas rester sur un tel échec. Non content de sommer Daumal de rejoindre le groupe surréaliste ( Second Manifeste du surréalisme ), il va, secondé par Aragon, tenter de débaucher un membre éminent du Grand Jeu : Rolland de Renéville. En dépit des mises en garde de Daumal et Gilbert-Lecomte, en dépit même de son premier geste de refus, Rolland de Renéville collabore à La Révolution s […] Lire la suite

LITTÉRATURE ENGAGÉE

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 420 mots

Dans le chapitre « « La littérature embarquée » »  : […] Pourtant, et contrairement à cette définition, la littérature engagée dans sa version sartrienne ne résulte pas d'un choix ou d'un acte mais d'un fait. Reprenant une image de Blaise Pascal, Sartre souligne que la littérature est toujours « embarquée ». Dès lors, l'alternative est soit d'en prendre acte et d'en tirer les conséquences, soit de fuir cette responsabilité : « Un écrivain est engagé lor […] Lire la suite

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite

SURRÉALISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 3 234 mots

I l en va du surréalisme comme du classicisme, du romantisme, ou du baroque dans une moindre mesure : ce terme couvre au moins trois espaces de langue et de pensée, qui vont de l'histoire des formes ou des idées (un groupe actif dans la période 1924-1969) à la caractérisation transhistorique (une tendance présente depuis la « bête de Lascaux », pour reprendre le titre de l'ouvrage de Maurice Blanc […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Mort de Louis Aragon. 24-28 décembre 1982

Le 24, l'écrivain Louis Aragon s'éteint à son domicile parisien. Il était âgé de quatre-vingt-cinq ans. Le 28, le P.C.F. rend un hommage public, devant son siège, place du Colonel-Fabien, au poète qui était membre du comité. Après les déclarations de Pierre Mauroy et de Georges Marchais, la dépouille de l'écrivain est transportée à Saint-Arnoult-en-Yvelines où elle est inhumée aux côtés d'Elsa Triolet. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel BOUGNOUX, « ARAGON LOUIS - (1897-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-aragon/