MOUSTAKI GEORGES (1934-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chanteur de langue française s'il en est, l'auteur-compositeur d'origine grecque Georges Moustaki a écrit de nombreuses chansons inspirées de ses racines méditerranéennes et de ses voyages à travers le monde. Dans Petit Abécédaire d'un amoureux de la chanson française (2012), cet homme, épris de liberté et d'indolence, se présentait ainsi : « Il est gentil, il est tendre, un peu trop nonchalant, il prend le temps de vivre, il est exotique, charmant, souvent avec de belles filles... C'est un démocrate, un homme de gauche, mais non violent... ses chansons sont engagées, un peu écolo, sa porte est toujours ouverte, pourtant il semble souvent seul. »

Georges Moustaki

Photographie : Georges Moustaki

Si les plus grands, comme Piaf, Reggiani et Barbara, ont interprété ses chansons, l'auteur-compositeur Georges Moustaki se révéla être également, à partir de 1969, avec Le Métèque un chanteur libertaire à l'écoute du monde et à la voix chargée d'émotion. 

Crédits : Jacques Haillot/ Sygma/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Né à Alexandrie, en Égypte, le 3 mai 1934, Giuseppe, pour ses parents, ou Youssef, pour l'état civil, ou encore Jo, pour ses amis, est le fils de Sarah et Nessim Mustacchi, des Juifs grecs originaires de Corfou. Bien qu'à la maison on parle l'italien et dans la rue l'arabe, c'est le français, appris à l'école, qui va devenir sa langue de prédilection. Son père tient La Cité du livre, une des plus importantes librairies du Moyen-Orient. Giuseppe grandit dans un environnement cosmopolite, entouré de livres, pour la plupart en français, langue de culture par excellence dans cette partie du monde. À dix-sept ans, il s'installe à Paris où son beau-frère est également libraire. Dans le Paris des années 1950 où règne l'esprit de Saint-Germain-des-Prés, de nouveaux chanteurs, dits « à texte », se produisent dans les cabarets et les petits théâtres. C'est ainsi qu'aux Trois Baudets Giuseppe assiste au tour de chant du débutant Georges Brassens, dont il fait la connaissance. La rencontre est si marquante pour le jeune homme que par la suite, quand il deviendra chanteur, il changera son prénom en Georges.

En attendant, il gagne sa vie comme barman, fait du porte-à-porte pour vendre des livres de poésie, écrit des chroniques pour un journal égyptien. Parallèlement, il apprend la guitare, commence à composer et à écrire des chansons et fait ses premières armes dans les cabarets parisiens. En 1958, il rencontre, par l'intermédiaire du guitariste Henri Crolla, la chanteuse Édith Piaf alors âgée de quarante-deux ans et au faîte de sa gloire. Pendant un an, les deux artistes entretiennent une liaison passionnée qui, malgré les orages, se révélera très formatrice pour le jeune homme. Toujours en quête de nouveaux auteurs, Édith Piaf lui commande plusieurs chansons. Pour elle, il écrit notamment « Milord », mis en musique par Marguerite Monnot, qui devient un succès international. Au côté de la chanteuse, Moustaki, comme il se nomme à présent, connaît un début de notoriété.

Toutefois, cette vie publique ne lui plaît guère et après sa séparation d'avec Piaf, il préfère se mettre en retrait. Grâce à ses droits d'auteur, libéré du besoin de « courir le cachet », Moustaki voyage, s'initie à la peinture et approfondit sa connaissance de la musique. À partir de 1961, il s'installe sur l'île Saint-Louis à Paris, qui restera son port d'attache jusqu'à sa mort. L'échec de son album Les Orteils au soleil, sorti la même année le convainc de continuer à écrire pour les autres : Colette Renard, Yves Montand, Juliette Gréco, Cora Vaucaire... En 1966, il est présenté au comédien Serge Reggiani, alors à la recherche d'un répertoire original à interpréter. Habitué à travailler sur commande, Moustaki lui écrit « Sarah », une chanson d'amour pour une femme mûre. Reconnaissant en Serge Reggiani un alter ego, il lui confie également des titres comme « Ma Solitude » ou « Ma Liberté ». Le succès est au rendez-vous et contribue à faire reconnaître les talents d'auteur-compositeur de Moustaki. Au même moment, il apparaît sur scène pour chanter en duo avec son amie Barbara « La Dame brune », une chanson qu'il a composée pour elle.

Lorsque surviennent les événements de Mai-68, Moustaki, personnage libertaire à l'écoute du monde, est pleinement dans son époque. Avec l'album Le Métèque, qui comprend des morceaux comme « Le Facteur », « Le Temps de vivre » ou encore « Ma Solitude » et dont le titre éponyme fut un tube de l'été de 1969, l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOUSTAKI GEORGES (1934-2013)  » est également traité dans :

BARBARA (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La reconnaissance d’une artiste singulière »  : […] Sa trentième année marque une vraie rupture, quand elle devient pleinement auteure-compositrice. Tout au long des années 1960, tandis que déferle en France la mode « yé-yé » et le rock britannique, Barbara signe des mélodies et textes pudiques et sensuels, ceux qui ont créé son mythe et groupé autour d’elle un public d’admirateurs inconditionnels : « Chapeau bas », « Dis, quand reviendras-tu ? » ( […] Lire la suite

LE FORESTIER MAXIME (1949- )

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 228 mots

Symbole de la génération 68, entre romantisme et révolution, Maxime Le Forestier ne cesse de surprendre, d'expérimenter, au gré de ses rencontres musicales. Auteur rigoureux, il offre une vision lucide de notre époque et s'attache en permanence à ses thèmes de prédilection que sont la tolérance, la justice, la liberté, l'amour et la fraternité. Maxime Le Forestier est né à Paris le 10 février 1949 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Dominique BRIERRE, « MOUSTAKI GEORGES - (1934-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-moustaki/