SOUPAULT PHILIPPE (1897-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète, romancier fantaisiste, mémorialiste à trente ans, cofondateur de la revue Littérature, essayiste et traducteur, Philippe Soupault fut le plus violent des dadaïstes et le plus moderne des écrivains d'avant-garde. Son père, médecin, est peut-être le membre le plus ouvert d'une famille étriquée qui ne pense qu'à l'argent, mais il meurt du diabète alors que Philippe n'a que sept ans. Dans Histoire d'un Blanc (1927), Soupault racontera la révolte qu'il ressent dès l'enfance contre la bourgeoisie. Il compte parmi ses oncles Louis Renault, qui introduira en France le taylorisme, les chaînes de production, et qui deviendra un des « patrons de combat » de cette bourgeoisie. Soupault s'inspirera de lui dans Le Grand Homme (1929). Le collège religieux où il fait ses études lui laisse le souvenir d'une prison. À quinze ans, il va en Allemagne, découvre les bords du Rhin, la littérature, le romantisme. Il lit beaucoup. En 1913, il passe ses vacances à Cabourg où il rencontre Proust errant dans les couloirs de l'hôtel ; il laissera de lui un portrait inoubliable. Il est à Londres — dont le souvenir lui fera écrire Westwego (1922), un des de ses plus beaux poèmes — lorsque la guerre éclate, le jour de ses dix-sept ans.

Familier de l'Allemagne et de sa culture, il est dégoûté par cette stupidité de la guerre qui marquera sa génération : « Nous sommes des fils de la guerre », écrira-t-il dans Sang, Joie, Tempête, 1937. Il publie son premier poème en 1917 dans Sic, la revue de Pierre Albert-Birot. La même année, il publie Aquarium, son premier recueil de poèmes. Apollinaire le présente à André Breton dont il deviendra l'ami. Il compose à cette époque de courts poèmes d'une extrême liberté d'allure. Il fonde avec Breton et Aragon la revue Littérature qui deviendra l'organe du dadaïsme. Le titre de la revue est naturellement choisi par dérision. Dès le premier numéro, qui publiait Gide et même Valéry, le nom de Tristan Tzara était mentionné par Aragon. La pratique du scandale était nécessaire à l'œuvre de négation de dada. Mais Soupault et Breton poursuivaient leur recherche poétique. C'est dans cette atmosphère violente que fut inventée l'« écriture automatique ». Découverte de la « clef des songes », images d'une spontanéité extraordinaire, Champs magnétiques (1919), écrit en quinze jours par Breton et Soupault, est le premier livre surréaliste.

En 1922, avec Westwego, Soupault renoue avec un climat qui rappelle celui d'Alcools d'Apollinaire, bien que le ton en soit très personnel. Peu à peu des différends opposent Tzara et Breton. Soupault se tient à l'écart de ces querelles. Il publie des poèmes et surtout des romans (Le Bon Apôtre, 1923 ; À la dérive, 1923 ; Les Frères Durandeau, 1924 ; En joue, 1925) au ton désinvolte et désabusé. Il cesse de participer aux activités du groupe surréaliste et, à partir de 1925, il voyage : Portugal, dont il ramène Carte postale (1925), un reportage poétique ; Italie, Allemagne. En 1929, il se rend aux États-Unis où il fait un reportage pour Le Petit Parisien. En 1930, il participe à une étude sur l'U.R.S.S. pour Vu. Il publie toujours des romans : Les Dernières Nuits de Paris (1928), Les Moribonds (1934), des poèmes : Il y a un océan (1936), et des essais, sur William Blake (1928) qu'il contribue à faire connaître en France ; sur Charlot (1930), Baudelaire (1930).

Écrits le plus souvent au présent, les romans de Soupault sont de grandes proses lyriques où évoluent des êtres transparents dans une atmosphère étrange. Il n'y a pas de conclusion. L'auteur s'inspire souvent de personnages réels pour ses romans, qu'il s'agisse de grands bourgeois tels qu'il les a connus dans son enfance dans Les Frères Durandeau, d'un voisin ancien voyageur qui assiste à sa déchéance par la vieillesse et l'opium dans À la dérive, ou de son oncle dans Le Grand Homme. Ses essais sont des études lucides et pénétrantes, brossées à grands traits, et qui révèlent sa grande culture et son ouverture d'esprit. Lorsque la guerre éclate, Soupault, directeur de la radio à Tunis, est emprisonné (1940) et il raconte son expérience dans Le Temps des assassins (1945). Pendant son séjour en prison, il écrit une biographie d'Eugène [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOUPAULT PHILIPPE (1897-1990)  » est également traité dans :

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « Les langages en miettes »  : […] La rupture avec les cubistes, par laquelle se consomme à Paris la première rupture de la pensée des artistes avec l'art, s'est opérée après le retour de Picabia à Paris, au printemps de 1919, et après l'arrivée de Tzara chez Picabia, le 5 janvier 1920. Georges Ribemont-Dessaignes et Picabia y contribuèrent ensemble, en dirigeant la revue 391 . La légende de Tzara, qui inspira à Breton quelques-une […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ

  • Écrit par 
  • Marguerite BONNET
  •  • 4 880 mots

Dans le chapitre « La naissance du surréalisme »  : […] Des prédilections communes, la foi dans les pouvoirs de la poésie ont rapproché de lui, dans les années 1917-1918, Louis Aragon et Philippe Soupault. En mars 1919, ils fondent une revue, Littérature , qui publie les Poésies de Ducasse, les Lettres de guerre de Jacques Vaché, mort (accident ou suicide ?) en janvier 1919, et les premiers textes obtenus par Breton et Soupault au moyen de l'écritur […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 683 mots

19 février 1896 Naissance de Breton à Tinchebray, dans l'Orne. 1914-1918 Première Guerre mondiale. 1916 Infirmier militaire à Nantes, Breton y fait la connaissance de Jacques Vaché. En mai, il rencontre Guillaume Apollinaire. 1917 Fait la connaissance de Philippe Soupault, puis de Louis Aragon. 1919 Fonde la revue Littérature avec Aragon et Soupault. Publie Mont de piété , son premier recuei […] Lire la suite

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Les manuscrits d'une œuvre publiée »  : […] On peut citer, dans la collection Manuscrits (Zulma et C.N.R.S. éd., dirigée par Y. Leclerc), les Plans et scénarios de « Madame Bovary » (par Y. Leclerc), les notes préparatoires de Georges Perec ( Cahier des charges de « La Vie mode d'emploi » , par H. Hartje, B. Magné et J. Neefs, 1993), ou encore une version des Infortunes de la vertu de Sade sous forme de conte (par J.-C. Abramovici et M. D […] Lire la suite

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 403 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conscience malheureuse (1919-1922) »  : […] Le surréalisme est né d'une guerre, la première à remettre non seulement en cause l'existence de frontières, de biens et d'organisations sociales, mais les fondements mêmes d'une civilisation dont vainqueurs et vaincus participaient à titre égal. L'absurdité d'une telle situation ne pouvait que frapper quelques esprits déjà sensibilisés aux mutations culturelles qui avaient précédé, comme son prod […] Lire la suite

SURRÉALISME - Les revues surréalistes

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 222 mots

Dans le chapitre « « Littérature » »  : […] Les « trois mousquetaires » de 1919 (Aragon, Breton, Soupault) ont l'ambition de faire du neuf et ont dégagé des leçons de quelques antécédents : la revue Maintenant (1912-1915) d'Arthur Cravan, poète et boxeur ; Nord-Sud (1917-1918) de Pierre Reverdy qui a déjà beaucoup dit sur le rôle déterminant de l'image pour « créer une réalité poétique » ; Sic (1916-1919) de Pierre-Albert Birot qui publi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc BLOCH, « SOUPAULT PHILIPPE - (1897-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-soupault/