TRIOLET ELSA (1896-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Moscou, Elsa Triolet a fréquenté très jeune les milieux intellectuels progressistes de la capitale russe. Sœur cadette de Lili Brik, la femme de Maïakovski, elle est aussi amie d'enfance du linguiste Roman Jakobson. Sa beauté, son charme et son intelligence font d'elle une sorte de muse du groupe futuriste. C'est pour elle que Victor Chklovski écrit Zoo, lettres qui ne parlent pas d'amour ou la Troisième Héloïse (1923). Il y inclut quelques textes de la jeune femme. Gorki les remarque et incite alors Elsa à écrire. Mariée à un Français, André Triolet, elle séjourne à Berlin et à Tahiti. Ce dernier voyage inspire son premier roman écrit en russe : À Tahiti (1926). Deux autres suivent : Fraise des bois (1926) et Camouflage (1928). Elle rencontre Louis Aragon en 1928 à Paris. Dès lors, leurs deux vies sont inséparables. À la fois compagne et inspiratrice du poète (il écrit pour elle Les Yeux d'Elsa, en 1942), membre, comme lui, du Parti communiste, elle entend bâtir son œuvre propre qui constitue cependant une sorte de réponse à celle d'Aragon. Après un assez long temps de silence, elle publie Bonsoir, Thérèse (1938). Durant la guerre, elle prend rang au côté des écrivains résistants et participe à la fondation des Lettres françaises et du Comité national des écrivains. Le Cheval blanc (1943) montre la recherche d'un bonheur insaisissable. Les Amants d'Avignon, parus d'abord clandestinement sous le pseudonyme de Laurent Daniel, en 1943, retranscrivent de façon directe l'expérience de la Résistance. Réuni avec un autre récit, Yvette, publié aussi dans la clandestinité, ils constituent le volume : Le premier accroc coûte deux cents francs qui obtient le prix Goncourt en 1944. Suit alors le cycle de L'Âge de Nylon où l'auteur entend, selon les principes du réalisme socialiste, dépeindre le monde capitaliste : Roses à crédit (1959), Luna Park (1959) et L'Âme (1963). Elle n'oublie cependant pas ses origines russes et traduit un choix de Vers et proses de 1913 à 1930 de Maïakovski (1957). Elle s'attache aussi à traduire le théâtre de Tchekhov, notamment Platonov, encore mal connu en France (1967). En 1960 commence la publication des Œuvres croisées d'Aragon et d'Elsa Triolet tandis qu'un an plus tard, le poète publie un choix des meilleures pages de sa compagne : Elsa Triolet choisie par Aragon. À La Mise à mort, de celui-ci, Elsa répond en écho par Le Grand Jamais (1965).

« L'écriture, la plus noble conquête de l'homme. Le roman, intermédiaire entre l'homme et la vie. » Cette maxime, extraite des Proverbes d'Elsa, permet de définir le projet littéraire d'Elsa Triolet : l'auteur se veut en prise directe sur son temps. Elle écrit pour ses contemporains et leur pose, clairement, le problème de ce qu'ils vivent aujourd'hui et de ce qu'ils doivent faire pour améliorer leurs lendemains. Il ne s'agit cependant pas d'une littérature de propagande. Elsa Triolet ne renonce à aucun des privilèges de l'écriture et elle peut aussi bien faire appel au fantastique qu'aux mystères métaphysiques du temps, de l'amour et de la mort. Le grand problème qu'elle pose de livre en livre est celui du bonheur : chacun de ses personnages est mû par sa recherche douloureuse, impossible. La romancière prêche pourtant l'espoir. Elle affirme que le bonheur est à portée d'homme à condition d'ouvrir les yeux sur le monde et de vouloir le transformer. C'est en ce sens qu'elle est un écrivain militant. Elle affirme d'ailleurs : « Les bons sentiments ne font pas de bons livres, je sais ça par cœur, mais les bons sentiments ne font pas forcément des mauvais livres. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRIOLET ELSA (1896-1970)  » est également traité dans :

ARAGON LOUIS (1897-1982)

  • Écrit par 
  • Daniel BOUGNOUX
  •  • 4 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un merveilleux printemps »  : […] Né le 3 octobre 1897 à Paris d'un père (le député Louis Andrieux, un temps ambassadeur à Madrid) qui refusa de le reconnaître et d'une mère, Marguerite Toucas, qui se fit jusqu'en 1918 passer pour sa sœur, le jeune garçon vécut dès son enfance un roman familial passablement compliqué, qu'évoqueront les grands romans du Monde réel ( Les Voyageurs de l'impériale notamment). Étudiant en médecine m […] Lire la suite

LES YEUX D'ELSA, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 959 mots

À la suite du Crève-Cœur (avril 1941), qui avait marqué son retour à la poésie après dix ans d'interruption, Louis Aragon (1897-1982) publie en mars 1942 aux Cahiers du Rhône , à Neufchâtel, Les Yeux d'Elsa. Ce recueil, qui rassemble des poèmes parus en revues entre juin 1941 et février 1942, inaugure le long cycle consacré par l'auteur à sa compagne ElsaTriolet, avec qui il formera jusqu'à la m […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre ÉNARD, « TRIOLET ELSA - (1896-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elsa-triolet/