CHARLOTTE-ÉLISABETH DE BAVIÈRE, princesse palatine (1652-1722)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille de Charles-Louis, Électeur palatin du Rhin, la princesse palatine Charlotte-Élisabeth de Bavière vint en France en 1672 pour épouser Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV et veuf d'Henriette d'Angleterre. Petite, mais grosse et même difforme à la suite d'une petite vérole mal soignée, elle était gaie, pétillante d'esprit et indépendante ; elle racontait volontiers des histoires de corps de garde. Elle demeura la meilleure amie de son fils, le Régent, qu'elle admirait. Peu aimée à la Cour où son esprit mordant déplaisait, elle détestait tout ce qui était français et n'estimait que le roi lui-même. Allemande de cœur, elle fut ulcérée par la dévastation du Palatinat et conçut pour Louvois une haine implacable. Elle importait d'outre-Rhin des petits plats qu'elle aimait et essaya d'habituer la Cour à la cuisine allemande en y répandant des potages à la bière et au vin, du boudin, du jambon cru, de la choucroute, de la salade au lard, de la venaison et des crêpes au hareng saur. Obligée de changer de religion lors de son mariage, elle prétendait qu'elle avait sa propre religion, se contentant de lire la Bible en pensant que Dieu n'exigeait des hommes qu'une vie pure faite de bonnes actions. Elle passait son temps à la chasse et à écrire interminablement des lettres à sa famille. Cette correspondance riche de renseignements et souvent savoureuse est une source précieuse pour l'histoire : Correspondance de Madame, duchesse d'Orléans (trad. E. Jaegle, 1880). Son fils Philippe, duc d'Orléans, devint régent en 1715 à la mort de Louis XIV.

—  Jean-Marie CONSTANT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHARLOTTE-ÉLISABETH DE BAVIÈRE, princesse palatine (1652-1722)  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La littérature épistolaire et les mémoires »  : […] Pourfendu par Pascal, interrogé par Molière, idéalisé par Saint-Évremond, encensé par les précieux et les précieuses, cet idéal fait son chemin dans un genre littéraire abondamment pratiqué en un temps où les déplacements sont difficiles et la poste nouvellement organisée : l’ épistolaire . Retiré en Charente, Guez de Balzac fondera dans ses Lettres destinées au public autant et plus qu’à ses co […] Lire la suite

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 392 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La guerre de la ligue d'Augsbourg »  : […] La guerre de la ligue d'Augsbourg est sortie de l'impatience de Louis XIV à transformer en paix définitive les trèves de Ratisbonne et de sa crainte de voir l'empereur et l'Empire se retourner contre la France dès que serait terminée la guerre contre les Turcs (reprise de Bude en 1686, de Belgrade en 1688). Crainte justifiée ou non ? Le problème n'est pas éclairci. Mais Louis XIV, en même temps, s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « CHARLOTTE-ÉLISABETH DE BAVIÈRE, princesse palatine (1652-1722) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-elisabeth-de-baviere/