KRONECKER LEOPOLD (1823-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Corps de classes absolu

Kronecker ne publia jamais de démonstration complète des trois propriétés fondamentales du corps de classes sur Q(− D) énoncées ci-dessus. Vers la fin de sa vie, il avait entrepris de rédiger une longue série de mémoires sur les fonctions elliptiques qui devaient aboutir à ces démonstrations, mais il n'eut pas le temps de les achever ; du moins avait-il donné en substance la démonstration de la congruence fondamentale :

(p idéal premier de K, N p étant sa norme dans Q, t classe d'idéaux de K), sur laquelle reposent encore aujourd'hui les démonstrations de ces propriétés. C'est à la suite de ces travaux et de leur continuation par ceux de Weber que Hilbert, vers 1900, devait, par une induction hardie, parvenir à la conception générale du « corps de classes absolu » comme extension abélienne maximale non ramifiée d'un corps de nombres algébriques K quelconque, et formuler pour ce corps Ω les propriétés analogues à (b) et à (c), ainsi que les propriétés de décomposition dans Ω des idéaux premiers de K. Mais Hilbert ne démontra ces propriétés que lorsque K est un corps quadratique (réel ou imaginaire) ; cependant, elles furent établies quelques années plus tard en toute généralité par Furtwängler, puis généralisées, en 1920, par Takagi, en une théorie du « corps de classes relatif » qui englobe toutes les extensions abéliennes (ramifiées ou non) des corps de nombres algébriques.

Il est peu vraisemblable que Kronecker ait pu avoir l'idée d'une telle généralisation (même pour les corps K = Q( D)), mais il s'était cependant préoccupé de la question des extensions abéliennes quelconques de Q(− D) et avait formulé à ce propos ce qu'il appelait lui-même son « rêve de jeunesse », une généralisation remarquable de son théorème sur les extensions abéliennes de Q. Sans préciser exactement l'énoncé du théorème qu'il avait en vue, il avait, dans sa lettre à Dedekind, affirmé que l'extension abélienne maximale de Q(− D) devait être engendrée par les valeurs de certaines fonctions elliptiques pour des combinaisons rationnelles de leurs périodes. Ce théorème a, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRONECKER LEOPOLD (1823-1891)  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Espaces de dimension finie »  : […] La représentation géométrique des nombres complexes introduite par Argand l'avait amené implicitement à définir l'addition des vecteurs du plan ; plus généralement, la nécessité d'un calcul de nature « géométrique », ou « intrinsèque » ( i.e. indépendant du choix du système d'axes de coordonnées), allait conduire Grassmann, Möbius et Hamilton à dégager durant la première moitié du xix e  siècle, l […] Lire la suite

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vie de Georg Cantor »  : […] Georg Cantor naît le 3 mars 1845 à Saint-Pétersbourg. Son père est un homme d’affaires fortuné et cultivé, fervent luthérien, attentif à l’éducation scientifique, artistique et religieuse de ses enfants. Sa mère, Marie Böhm, appartient à une famille de violonistes célèbres ; Franz Böhm, son père, était le soliste de l’orchestre impérial de Russie. En 1856, la famille s’établit à Francfort-sur-le-M […] Lire la suite

CORPS, mathématiques

  • Écrit par 
  • Robert GERGONDEY
  • , Universalis
  •  • 6 417 mots

Dans le chapitre « Corps de nombres »  : […] Le corps C des nombres complexes est un exemple bien classique de corps. Les sous-corps de C forment une vaste famille à laquelle appartiennent le corps Q des nombres rationnels (qui est le plus petit) et le corps R des nombres réels. Les corps de nombres algébriques (cf. théorie des nombres - Nombres algébriques) présentent un intérêt tout particulier. Dedekind en donne la description suiva […] Lire la suite

DIOPHANTIENNES APPROXIMATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel DAVID
  •  • 4 883 mots

Dans le chapitre « Approximations simultanées »  : […] Étant donné k irrationnels τ 1 , τ 2 , ..., τ k , on peut soit chercher à les approcher par des fractions p 1 / r , p 2 / r , ..., p k / r de même dénominateur (pas obligatoirement toutes irréductibles), soit chercher à rendre minimum pour des entiers u i et w . Ces deux problèmes duals l'un de l'autre sont également délicats. Le premier problème a été étudié initialement par Hermite, le second […] Lire la suite

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie des nombres »  : […] Après avoir ainsi clos de manière si complète la théorie des invariants, Hilbert se tourne vers la théorie des nombres algébriques. Sa première contribution importante est la théorie des corps de Galois relatifs K sur un corps donné k de nombres algébriques, dans lequel il décrit, à partir des propriétés du groupe de Galois de K sur k , la manière dont les idéaux premiers de k se décomposent da […] Lire la suite

MATHÉMATIQUES FONDEMENTS DES

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 438 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arithmétisation de l'analyse »  : […] Les œuvres de Frege et de Cantor sont produites dans le même contexte mathématique. L'analyse y est entièrement arithmétisée. Quelques-unes des structures algébriques fondamentales (groupes, anneaux) sont dégagées. Le corpus mathématique contient des régions « canoniques » qui s'offrent comme des systèmes axiomatisés d'énoncés (cf. les leçons de Weierstrass sur la théorie des fonctions telles que […] Lire la suite

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les équivalences algébriques »  : […] Dès 1847, Cauchy considère que les calculs sur les nombres complexes reviennent à calculer sur les polynômes en la variable i , soumis aux règles usuelles de l'algèbre, en remplaçant i 2  + 1 par 0 ; cela revient à considérer que deux polynômes sont équivalents, c'est-à-dire définissent le même nombre complexe, si leur différence est divisible par X 2  + 1. Dans le langage contemporain, cela revie […] Lire la suite

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Corps de classes »  : […] La difficile théorie du corps de classes tire son origine de plusieurs résultats établis au cours du xix e  siècle. Nous avons vu que Gauss avait associé, à tout nombre premier impair p , une somme : corps des racines p -ièmes de 1, dont le carré est (− 1) ( p −1)/2 p  ; le sous-corps de Q ( r ) engendré par la somme de Gauss est donc isomorphe au corps quadratique Q ( (− 1) ( p− 1)/2 p ). Kronec […] Lire la suite

WEBER HEINRICH MARTIN (1842-1913)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 804 mots

Universalité. C'est le mot qui caractérise peut-être le mieux le mathématicien allemand Heinrich Weber. Esprit souple, il était capable de travailler dans des domaines très divers des mathématiques. Mais il concentra surtout ses recherches sur l'analyse et ses applications à la physique mathématique et obtint ses résultats les plus profonds en algèbre et en théorie des nombres. Né le 5 mai 1842 à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DIEUDONNÉ, « KRONECKER LEOPOLD - (1823-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-kronecker/