CORPS, mathématiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La structure de corps n'est en fait qu'un cas particulier de la structure plus générale d'anneau ; en plus des axiomes généraux, on stipule que le groupe multiplicatif des éléments inversibles est le complémentaire de 0. Les corps sont donc les domaines dans lesquels les opérations habituelles du calcul sont valables, y compris la division par un élément non nul. La terminologie habituelle sous-entend la commutativité de la multiplication, mais il s'introduit de manière naturelle des corps où la multiplication n'est pas commutative (cf. Quaternions, in anneaux et algèbres, chap. 2 et infra, chap. 3). Du point de vue arithmétique, l'étude d'un corps commutatif se caractérise par l'absence d'idéaux non triviaux.

On se limitera ici à la théorie proprement algébrique des corps, mais on rencontre aussi des corps munis de structures additionnelles compatibles avec la structure de corps : les corps ordonnés (cf. nombres réels), les corps topologiques et les corps valués (cf. théorie des nombres - Nombres p-adiques).

Un sous-ensemble K d'un corps L qui est un corps pour l'addition et la multiplication induites est appelé un sous-corps de L. Pour ne prendre que des exemples bien connus, les nombres rationnels forment un sous-corps Q du corps R des nombres réels, qui est lui-même un sous-corps du corps C des nombres complexes.

Si K apparaît comme sous-corps d'un corps L, on dit aussi que L est une extension de K. On peut alors considérer L comme un espace vectoriel à gauche sur K, l'opération externe n'étant autre que la multiplication à gauche des éléments de L par les éléments de K. Si cet espace vectoriel L est de dimension finie n sur K, on dit que L est une extension finie de K ; le nombre n s'appelle le degré de L sur K, et on le note [L : K]. Si M est une extension finie de L, c'est une extension finie de K et on a :

Un homomorphisme f d'un corps K dans un corps L est un homomorphisme d'anneau, c'est-à-dire qui respecte les deux lois addi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORPS, mathématiques  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Corps et anneaux »  : […] L'étude des corps et des anneaux trouve son origine dans les travaux de l'école allemande du xix e  siècle, principalement ceux de Kummer, Kronecker, Dedekind et Hilbert. Au départ, les motivations sont ici essentiellement la théorie des équations puis la théorie arithmétique des nombres algébriques, qui découle de recherches relatives au théorème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebre/#i_24090

ALGÉBRIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 34 159 mots

Dans le chapitre « Espèces de structures de caractérisation typique S ∈ P((K×K)×K) × P((K×K)×K) × P((V×V)×V) × P((K×V)×V) × P((V×E)×E) ou S ∈ P((K×K)×K) × P((K×K)×K) × P((V×V)×V) × P((V×K)×V) × P((E×V)×E) : espèce de structure d'espace affine attaché à un espace vectoriel à gauche (ou à droite) sur un corps et espèces de structures plus riches »  : […] Soit V  = (V,  l ∗ ,  l g • ) un espace vectoriel à gauche sur un corps K  = (K,  l ⊤ ,  l ⊥ ). Un espace affine attaché à V sur K (ou V K -espace affine ) est un couple R aff  = (E,  l ⊕ ) qui est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-algebriques/#i_24090

CONSTRUCTION, mathématique

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 1 434 mots

Pendant des millénaires les objets mathématiques ont été considérés comme ayant une existence propre. Depuis la fin du xix e  siècle et surtout le début du xx e , on a mis au point une méthode axiomatique consistant à tout reprendre afin de donner une base solide à la mathématique à partir du très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-mathematique/#i_24090

GALOIS ÉVARISTE (1811-1832)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZRA, 
  • Robert BOURGNE
  •  • 2 069 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Groupe de Galois »  : […] Galois reprend le problème où l'avait laissé Niels Abel, dont les mémoires ne lui sont que tardivement connus. Il éclaircit sa notion de quantité rationnelle par rapport à d'autres quantités, parvenant à une notion très proche de celle de corps engendré par un ensemble fini de nombres algébriques. Il démontre – ce qu'Abel avait affirmé – que le corps engendré par les racines d'une équation algéb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evariste-galois/#i_24090

HENSEL KURT (1861-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 389 mots

Mathématicien allemand, Kurt Hensel est né le 21 décembre 1861 à Königsberg et mort le 1 er juin 1941 à Marburg. Il est le créateur de la théorie des nombres p -adiques. Kurt Hensel soutint en 1886 sa thèse, à Berlin, devant Kronecker, avec qui il était très lié. Il enseigna à Berlin, puis, à partir de 1901, à l'université de Marburg. Les premiers t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-hensel/#i_24090

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 14 : théorie des invariants »  : […] Ce problème a trait à un sujet auquel Hilbert avait consacré sa thèse. Ses résultats, qui sont, en quelque sorte, à l'origine de la géométrie algébrique moderne, auraient suffi à eux seuls à lui assurer une place au panthéon des mathématiques (cf. ci-dessus : « Théorie des invariants », dans la partie Algèbre et théorie des nombres du chapitre 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_24090

MODÈLES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER, 
  • Daniel LASCAR, 
  • Gabriel SABBAGH
  •  • 7 958 mots

Dans le chapitre « Classification et dénombrement des modèles »  : […] Les théories (dénombrables) ℵ 1 -catégoriques sont d'une extrême simplicité du triple point de vue du nombre de leurs modèles , de la classification de leurs modèles (un modèle a est caractérisé par sa dimension , qui est un cardinal δ, comparable au degré de transcendance pour les corps et à la dimension pour les espaces vectoriel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-modeles/#i_24090

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Construction »  : […] Par définition, un nombre complexe sera un couple z  = ( x y ) de deux nombres réels ; si z  = ( x y ) et z ′ = ( x ′,  y ′) sont deux nombres complexes, on appelle alors som […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-complexes/#i_24090

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Corps de nombres algébriques »  : […] Dedekind (1871, 1893) a étendu les théories précédentes en développant les notions de corps de nombres algébriques et d'entiers algébriques. Un corps de nombres algébriques est une extension finie du corps Q des nombres rationnels ; un tel corps peut s'écrire K =  Q (θ), où θ vérifie une équation algébrique irréductible ( x ) = 0, de degré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_24090

QUADRATIQUES FORMES

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 6 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formes quadratiques sur un corps »  : […] Nous distinguons deux cas, suivant que la caractéristique du corps de base K est distincte de 2 ou égale à 2. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formes-quadratiques/#i_24090

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Autres caractérisations »  : […] Le premier exemple est fondamental dans la théorie des algèbres normées (cf. algèbres normées ). Le théorème de Gelfand-Mazur affirme que les seules algèbres de Banach qui soient des corps sont : le corps des nombres réels, celui des nombres complexes et celui des quaternions (à un isomorphisme de corps de Banach près). On peut éliminer les quaternions en requérant la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_24090

ROBINSON JULIA (1919-1985)

  • Écrit par 
  • Gabriel SABBAGH
  •  • 1 026 mots

Née le 8 décembre 1919 à Saint. Louis, dans le Missouri, Julia Robinson fut une logicienne éminente et la mathématicienne américaine la plus connue du xx e siècle. Épouse d'un mathématicien de grand talent, Raphael M. Robinson, professeur à l'université de Californie à Berkeley, elle vit sa carrière académique contrariée par une réglementation qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julia-robinson/#i_24090

WEBER HEINRICH MARTIN (1842-1913)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 804 mots

Universalité. C'est le mot qui caractérise peut-être le mieux le mathématicien allemand Heinrich Weber. Esprit souple, il était capable de travailler dans des domaines très divers des mathématiques. Mais il concentra surtout ses recherches sur l'analyse et ses applications à la physique mathématique et obtint ses résultats les plus profonds en algèbre et en théorie des nombres. Né le 5 mai 1842 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-martin-weber/#i_24090

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GERGONDEY, « CORPS, mathématiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-mathematiques/