STRAUSS LEO (1899-1973)

Un rhétoricien

Dans « La Persécution et l'art d'écrire » (1952), Strauss découvre, sur la base de l'examen d'œuvres philosophiques de la période médiévale judéo-arabe, l'existence d'une continuité entre la manière dont ces auteurs écrivaient et celle à laquelle eurent recours les auteurs de l'Antiquité gréco-romaine. Cette forme d'écriture confère aux œuvres un caractère littéraire, les plie à une « nécessité logographique » (Platon) qui tient à l'usage d'un art d'écrire secret. Nulle cabalistique ici : le secret n'est pas inhérent au contenu doctrinal. Il porte sur la forme que doit revêtir la communication d'un enseignement ou d'un débat philosophique.

Un auteur estime être en droit de créer une distance à l'intérieur d'un livre, d'y tracer une ligne de démarcation, d'y aménager des voies d'accès ou de les interdire par l'usage d'un certain nombre de procédés relevant de la rhétorique et dont le plus significatif consiste à formuler des propositions contradictoires entre elles. Ce procédé délibéré signale à un lecteur attentif un point de repère lui permettant de s'orienter dans sa lecture et d'accéder au seuil des intentions de l'auteur. La contradiction intentionnelle a pour fin de dissimuler les éléments fondamentaux propres à la démarche d'un auteur. L'œuvre distribue à l'intérieur d'elle-même un double niveau de communication : une communication publique à l'adresse de ceux qui ont une affinité d'oreille avec ce qui est public, à l'image des affaires de la cité ; une communication privée à l'adresse de ceux qui ont une affinité avec la pensée réellement libre, c'est-à-dire celle qui ne se soumet qu'à ses propres injonctions.

La ligne de démarcation présente dans ce genre de livre « imite » celle qui existe entre société et raison. Qu'inversement l'une et l'autre puissent s'unir ou s'harmoniser, et tombe du même coup la justification d'un recours à ce type d'écriture. Elle représente, en effet, l'équivalent d'un critère permettant de saisir la conception qu'un auteur se fait de la

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : agrégé de science politique, professeur émérite de philosophie politique à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : professeur de philosophie en classes préparatoires, Paris

Classification


Autres références

«  STRAUSS LEO (1899-1973)  » est également traité dans :

DE LA TYRANNIE (L. Strauss) et CORRESPONDANCE (L. Strauss-A. Kojève)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 341 mots

C'est en 1939 que Leo Strauss (1899-1973) publie sa première étude sur Xénophon ; en 1948 (traduite en français par Hélène Kern et publiée en 1954) paraît son étude sur le Hiéron du même auteur sous le titre De la tyrannie augmentée d'un essai d'Alexandre Kojève (Tyrannie et sagesse) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-tyrannie-correspondance/#i_89189

TÉMOINS DU FUTUR. PHILOSOPHIE ET MESSIANISME (P. Bouretz)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 010 mots

: qui d'Athènes ou de Jérusalem, du philosophe ou du prophète, détient la vérité (L. Strauss) ? Après Auschwitz, comment l'homme peut-il être encore disponible pour une rencontre avec un Dieu auquel on dit « Tu » (M. Buber) ? Le silence de Dieu s'explique-t-il par l'impuissance de celui qui a désormais remis la garde du monde aux mains de l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temoins-du-futur-philosophie-et-messianisme/#i_89189

Voir aussi

Pour citer l’article

Miguel ABENSOUR, Michel-Pierre EDMOND, « STRAUSS LEO - (1899-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-strauss/