STRAUSS LEO (1899-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La querelle des Anciens et des Modernes

La pensée de Strauss fait de la tension son élément : aussi se tient-elle délibérément à l'écart des synthèses réconciliatrices et de la plus magistrale d'entre elles, celle de Hegel. Particulièrement sensible est ce choix de la tension à propos de la « querelle des Anciens et des Modernes », à laquelle Strauss n'a pas cessé de faire retour.

Strauss « s'est donné pour tâche de ranimer cette querelle dans un sens plus radical » (H. G. Gadamer, L'Art de comprendre, Paris, 1982), c'est-à-dire d'arracher ce débat à l'histoire littéraire et de lui rendre son caractère d'affrontement entre le projet moderne, qui est à l'origine d'une nouvelle forme de société humaine tout entière vouée à la maîtrise, et la philosophie classique, pour laquelle l'actualisation du meilleur régime dépend de la fortune, soucieuse qu'elle est de penser le politique en le relativisant, de réserver une place irréductible au mystère de l'être.

À considérer philosophiquement et non historiquement le tableau contrasté que dresse Strauss entre le bloc de la philosophie politique classique (Socrate, Platon, Aristote) et les trois vagues de la modernité (Machiavel, Rousseau, Nietzsche), autant d'assauts lancés contre la cité classique, on découvre que ce qui est en jeu dans cette mise en forme n'est rien de moins que la mise en lumière d'un véritable destin, don et fardeau, de la philosophie politique occidentale. De ce point de vue, l'œuvre de Strauss mérite d'être confrontée avec la nouvelle manière de lire l'histoire de la philosophie que nous a apportée Heidegger. Reste cependant problématique, dans cette mise en lumière d'un destin de la philosophie, l'interprétation de l'idéalisme allemand comme étant entièrement sous l'emprise de l'historicisme. Dès que l'on conteste la thèse classique de la continuité de Kant à Hegel, ne peut-on pas aussitôt percevoir, aussi bien chez Kant que chez Fichte, l'essai d'élaborer, au sein de la modernité, une philosophie de la pratiq[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : agrégé de science politique, professeur émérite de philosophie politique à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : professeur de philosophie en classes préparatoires, Paris

Classification


Autres références

«  STRAUSS LEO (1899-1973)  » est également traité dans :

DE LA TYRANNIE (L. Strauss) et CORRESPONDANCE (L. Strauss-A. Kojève)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 341 mots

C'est en 1939 que Leo Strauss (1899-1973) publie sa première étude sur Xénophon ; en 1948 (traduite en français par Hélène Kern et publiée en 1954) paraît son étude sur le Hiéron du même auteur sous le titre De la tyrannie augmentée d'un essai d'Alexandre Kojève (Tyrannie et sagesse) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-tyrannie-correspondance/#i_89189

TÉMOINS DU FUTUR. PHILOSOPHIE ET MESSIANISME (P. Bouretz)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 010 mots

: qui d'Athènes ou de Jérusalem, du philosophe ou du prophète, détient la vérité (L. Strauss) ? Après Auschwitz, comment l'homme peut-il être encore disponible pour une rencontre avec un Dieu auquel on dit « Tu » (M. Buber) ? Le silence de Dieu s'explique-t-il par l'impuissance de celui qui a désormais remis la garde du monde aux mains de l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temoins-du-futur-philosophie-et-messianisme/#i_89189

Pour citer l’article

Miguel ABENSOUR, Michel-Pierre EDMOND, « STRAUSS LEO - (1899-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-strauss/