KOJÈVE ALEXANDRE (1902-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Moscou, Alexandr Kojevnikov décide, en 1920, de suivre sa famille en Occident, bien qu'il se tienne pour communiste. En Allemagne, il s'initie à la philosophie (Jaspers, Heidegger, etc.), ainsi qu'au sanskrit et au chinois. Il est attiré par le bouddhisme, unique religion « athée » à ses yeux. En 1933, alors qu'il est étudiant en Sorbonne, Alexandre Koyré le choisit « au pied levé » comme suppléant de ses cours à l'École pratique des hautes études. Les leçons doivent porter sur la pensée religieuse de Hegel : en fait, Alexandre Kojève (comme il s'appellera bientôt) lit et commente la Phénoménologie de l'esprit devant un auditoire rapidement conquis par sa vigueur intellectuelle. Ces « lectures » (qui dureront jusqu'en 1939) vont préparer un renouvellement total de l'impact de Hegel en France, où il était jusqu'alors fort mal reçu. Elles ont, en effet, des auditeurs qui se nomment Georges Bataille, Roger Caillois, Jean Hippolyte, Pierre Klossowski, Jacques Lacan, Jean Wahl, Raymond Aron, Raymond Queneau. Le jeune Sartre en percevra l'écho.

Pour subsister, Kojève trouve un emploi de bibliothécaire du musée de l'Armée à Vincennes. En 1944, le musée est supprimé ; Kojève rencontre un de ses anciens auditeurs, Robert Marjolin, qui le fait pénétrer aux Relations économiques extérieures pour un « remplacement » de trois mois. Il y restera toute sa vie, sans vouloir d'autre titre que celui de chargé de mission, qui le met à l'abri de la compétition administrative.

En 1947, Kojève laisse publier l'Introduction à la lecture de Hegel, où Queneau a rassemblé ses cours de 1933-1939. On s'aperçoit alors que la pensée de Kojève a déjà fécondé l'existentialisme, les théories de Bataille, voire certains courants marxistes. Interprétation abrupte : Kojève pose que le monde moderne est hégélien quoi qu'il fasse et qu'il ne peut que « choisir » dans « l'action » entre les différents hégélianismes. C'est avec une audace de pionnier tranquille que Kojève émet sa thèse de la fin de l'Histoire et place au ce [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KOJÈVE ALEXANDRE (1902-1968)  » est également traité dans :

CHÂTELET FRANÇOIS (1925-1985)

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 1 179 mots

. Ces choix théoriques, qui resteront longtemps les siens, il les attribuera à l'influence de deux maîtres : Alexandre Kojève et Éric Weil. Il confiait que l'exposé du premier sur la dialectique du désir humain – préliminaire de la lutte à mort dont sortira l'opposition non résolue du maître et de l'esclave – fut pour lui, parallèlement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-chatelet/#i_80705

DE LA TYRANNIE (L. Strauss) et CORRESPONDANCE (L. Strauss-A. Kojève)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 341 mots

mais de questions toujours à reprendre en vue d'une meilleure lecture du présent. Et c'est ici que la confrontation avec Alexandre Kojève (1902-1968) devient philosophiquement passionnante. Les deux hommes s'étaient rencontrés à Berlin, dans les années 1920. Ils firent plus ample connaissance à Paris, en 1932, Strauss quittant une Allemagne qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-tyrannie-correspondance/#i_80705

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Désir et sujet »  : […] Phénoménologie de l'Esprit, intitulée « Autonomie et dépendance de la conscience-de-soi : Maîtrise et servitude ». Alexandre Kojève dans son Introduction à la lecture de Hegel en donne ce commentaire : « La conscience de soi est en soi et pour soi quand et parce qu'elle est en soi et pour soi pour une autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_80705

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « KOJÈVE ALEXANDRE - (1902-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-kojeve/