LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE)Le théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théâtre latin présente un certain nombre de caractères propres qui le différencient notablement du théâtre grec : prééminence des éléments spectaculaires sur le texte, non-périodicité des jeux théâtraux, tendance à un réalisme excessif, autonomie des techniques et du sujet, souvent inspiré des œuvres grecques. Ces caractères, joints au fait que la genèse, le développement et l'extinction du théâtre romain se jouèrent sur un laps de temps assez court, expliquent qu'il n'ait pas eu, dans l'histoire, la même portée ni la même valeur révélatrice que le théâtre grec.

Origines et genres

Le théâtre romain n'a jamais été, comme on le pense trop souvent, un simple décalque du théâtre grec. Le fond italique de la civilisation romaine lui fournit un cadre et des techniques propres, qui ne doivent rien, dans leur essence, à celles du théâtre grec et qui permirent – particulièrement aux auteurs comiques – de s'inspirer des pièces grecques, sans être assujettis pour autant aux techniques qu'elles mettaient en œuvre. Des ébauches de jeux dramatiques figuraient déjà dans certaines cérémonies religieuses comme celles des Lupercales et dans ces rites rustiques d'origine étrusque qu'on appelait les jeux Fescennins. Il s'agissait de fêtes célébrées à différentes occasions (fêtes de moisson, mariages), comprenant surtout des pantomimes et des danses. Par la suite, on y ajouta des chants et des improvisations dialoguées : ainsi naquit la farce avec dialogues et chants intitulée la satura. La tradition situe en 362 avant J.-C., d'après un témoignage de Tite-Live, la première représentation de satura sur le sol italique. Mais ce n'est qu'un peu plus tard, à partir du milieu du iiie siècle, que le poète Livius Andronicus eut l'idée de développer une intrigue à l'intérieur du cadre et des techniques de la satura. Plus tard, les représentations théâtrales figurèrent dans la plupart des jeux célébrés à Rome et en province. En plus de la satura, se développa un genre appelé l'atellane (du nom d'Atella, ville de Campanie), farce à caractère et à sujet populaires comprenant des types traditionnels de personnages : le Vieillard, le Bossu, le Goinfre et le Niais. Ces deux genres avaient un aspect familier et même caricatural. La satire y jouait un grand rôle, non la satire politique comme en Grèce, mais celle des caractères. Les représentations théâtrales comportèrent évidemment, à partir du iiie siècle avant J.-C., des tragédies et des comédies. Les premières ne sont connues que par leurs titres et quelques fragments. Elles étaient appelées praetextae – du nom de la toge prétexte portée à Rome par les magistrats – lorsqu'elles traitaient des sujets latins, empruntés aux épopées nationales ou à l'histoire. Elles semblent avoir été les moins nombreuses, la plupart des titres parvenus jusqu'à nous reprenant ceux des tragédies d'Euripide. Les poètes tragiques latins, Livius Andronicus, Ennius, Naevius, Accius et Pacuvius, s'inspirèrent surtout des légendes troyennes et du cycle de la guerre de Troie, plus proches des traditions mythiques de Rome. Quant aux comédies, dont on possède un certain nombre et beaucoup de titres, elles étaient elles aussi divisées en latines et grecques. Latines, elles portaient le nom de togatae (de toga, manteau latin). Grecques, elles s'appelaient palliatae (de pallium, manteau grec). Telles qu'on les connaît à travers Plaute et Térence, ces œuvres ont pour caractère commun d'emprunter leurs sujets à ceux de la comédie grecque nouvelle de Ménandre, en renouvelant cependant les situations, à défaut des personnages dont les types demeurent les types grecs. Elles sont de facture beaucoup plus populaire que leur modèle grec, et les techniques italiques, mime, pantomime, danse, chants, y jouent un rôle déterminant. Par le fait, les personnages sont à la fois traditionnels et marginaux, issus des milieux populaires : courtisanes, esclaves, affranchis, soldats, proxénètes. Là encore, l'élément satirique demeure prédominant, une satire tournée vers la caricature des préjugés plus que vers les problèmes politiques. Quant au mime, qui tint un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LATINES LANGUE ET LITTÉRATURE  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La langue

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 2 737 mots

La langue latine, liée à une civilisation qui a tenu beaucoup de place dans l'histoire, mère des langues romanes, éducatrice de toutes celles de l'Europe, doit aussi être étudiée en elle-même, dans ses caractères spécifiques. Elle a fait de ce point de vue l'objet d'études nombreuses, mais qui se renouvellent sans cesse à mesure que la linguistique découvre d'autres méthodes et de nouveaux objecti […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

On comprend en général sous l'expression « littérature latine » les textes latins littéraires composés entre le iiie siècle avant J.-C. et le ive siècle de notre ère. C'est la littérature de Rome : de la République conquérante, puis de celle de l'Empire, aux meilleurs temps. Elle a suivi une évolution don […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 339 mots
  •  • 3 médias

La littérature latine chrétienne a commencé à se développer à la fin du iie siècle et n'a pris son véritable essor qu'au début du iiie siècle. On convient généralement de placer sa fin au viiie siècle, en même temps que celle du monde antique. Mais il ne faut […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LACARRIÈRE, « LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - Le théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-le-theatre/