KURDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question kurde après 1970

En Irak

Rupture entre le PDK et le gouvernement central

L'accord du 11 mars 1970, considéré par le pouvoir baassiste comme « la solution adéquate au problème kurde », n'avait pas été accepté par tous les compagnons de Mustafa Barzani. Durant la période transitoire de quatre ans prévue pour préparer la loi d'autonomie, les clivages s'accentuèrent au sein du PDK. Une tendance minoritaire trouvait l'accord satisfaisant et voulait se dégager de toute aide étrangère (Iran, États-Unis, Israël) dont dépendait, en partie, le mouvement kurde. La majorité pensait que l'accord n'était qu'une manœuvre dilatoire employée par Bagdad pour arabiser les régions pétrolières du Kurdistan. Ces dissensions furent exploitées par Téhéran : dès la fin de 1972, Barzani savait qu'il bénéficierait d'une importante aide iranienne, garantie par les États-Unis, au cas où les hostilités reprendraient.

Les discussions achoppèrent sur divers points, notamment l'appartenance de Kirkouk à la future région autonome, le partage des revenus pétroliers et les limites du pouvoir régional. Le délai de transition étant écoulé, Bagdad promulgua sa loi d'autonomie le 11 mars 1974, loi qui fut aussitôt rejetée par Barzani, l'autonomie octroyée n'étant que partielle et limitée à quelque 60 % du territoire revendiqué par le PDK. Les Kurdes le suivirent massivement dans la rébellion, et la guerre reprit. En revanche, plusieurs personnalités du PDK acceptèrent le statut d'autonomie et constituèrent à Bagdad un PDK probaassiste. Bagdad remplaça les cinq ministres kurdes nommés en 1970 par des personnalités ralliées, dont un fils de Mustafa Barzani (Obeidullah).

Réfugiés kurdes d'Irak, vers 1974

Photographie : Réfugiés kurdes d'Irak, vers 1974

Réfugiés kurdes espérant franchir la frontière irakienne et passer en Iran (vers 1974). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'aide massive de l'Iran permit aux peshmergas (maquisards kurdes, littéralement : « au-devant de la mort ») de résister aux grandes offensives irakiennes de l'été, mais transforma peu à peu la guérilla en guerre de front et accentua la dépendance des rebelles à l'égard de l'Iran dont l'armement moderne leur devint indispensable. Or, comme le révéla le rapport Pike de 1975 – dû à une commission d'enquête de la Chambre des représentants –, ni Washington ni Téhéran ne voulaient d'une victoire kurde. Pour le chah, l'aide aux rebelles était une « carte à jouer » dans le différend frontalier qui l'opposait à l'Irak, tout en lui permettant de museler ses propres Kurdes. L'engagement américain était un service rendu à l'allié iranien – en qui Barzani n'avait qu'une confiance limitée –, mais aussi à l'allié israélien qui cherchait à contrecarrer l'Irak, principale composante du Front du refus. Enfin, Washington affaiblissait un pays lié à l'URSS depuis 1972 par un traité de coopération et d'amitié.

Peshmerga

Photographie : Peshmerga

Un camp de peshmerga, soldats de l'armée kurde, dans le nord de l'Irak. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'accord d'Alger entre l'Irak et l'Iran

En difficulté sur le terrain, Bagdad fit des avances discrètes au chah à la fin de l'hiver de 1974. Celles-ci furent accueillies favorablement et, le 6 mars 1975, à l'issue d'une conférence de l'OPEP à Alger, Saddam Hussein, alors vice-président irakien, signa un accord avec le chah par lequel l'Irak accédait aux revendications iraniennes en abandonnant sa souveraineté sur le Chatt al-Arab (la frontière sud entre les deux pays était désormais le talweg), l'Iran s'engageant, en contrepartie, à cesser toute aide aux rebelles. La résistance kurde s'effondra du jour au lendemain. Bagdad créa un no man's land (5 km de profondeur) le long des frontières avec l'Iran et la Turquie en détruisant des centaines de villages et en colmatant les sources. Le parti Baas assura sa mainmise sur les instances autonomes par l'intermédiaire du PDK dissident. La population dans sa majorité, par conviction, par fatalisme ou par intérêt, accepta l'expérience d'autonomie. La plupart des peshmergas profitèrent de l'amnistie accordée par Bagdad pour retrouver leurs activités professionnelles, et de nombreux intellectuels se mirent au service de la région autonome.

Dès l'automne de 1975, le mouvement kurde tentait de se reconstituer pour reprendre la lutte. Malade et contesté par nombre de ses anciens compagnons – qui le rendaient seul responsable de la défaite –, mais sollicité par quelques fidèles, Barzani refusa d'en prendre la direction (il ira se faire soigner aux États-Unis où il mourra en 1979). Le combat des chefs, amorcé pendant ses années de gloire mais jugulé par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Chute du régime du général Kassem, 1963

Chute du régime du général Kassem, 1963
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Réfugiés kurdes d'Irak, vers 1974

Réfugiés kurdes d'Irak, vers 1974
Crédits : Hulton Getty

photographie

Peshmerga

Peshmerga
Crédits : Hulton Getty

photographie

Exode au Kurdistan irakien

Exode au Kurdistan irakien
Crédits : Kaveh Kazemi/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : chargé de conférences au Centre universitaire de langues orientales vivantes
  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : écrivain, journaliste
  • : journaliste, chef du département Moyen-Orient et de la rubrique Proche-Orient au Journal Le Monde

Classification

Autres références

«  KURDES  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un peuplement très diversifié  »  : […] Le Moyen-Orient connaît encore un croît démographique soutenu   : il est, en 2009, de 1,9 p. 100 (taux de natalité : 2,5 p. 100, taux de mortalité : 0,6 p. 100). Depuis les années 1990, la situation démographique est en évolution rapide. La fécondité a baissé de façon spectaculaire. L'indice synthétique de fécondité qui, autrefois, était de l'ordre 5,6 voire 7 enfants par femme, se situe, en 20 […] Lire la suite

ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 4 132 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Construction de la Turquie nouvelle »  : […] Désormais, Mustafa Kemal se consacre à sa gigantesque tâche : l'édification de la Turquie nouvelle. Pendant quinze ans, jusqu'à sa mort, il n'a d'autre but que libérer la Turquie et ses habitants de leurs entraves séculaires et les amener à un niveau avancé de civilisation matérielle, sociale et intellectuelle. Il faut, pour cela, rompre nettement avec le passé, heurter les traditions, choquer mêm […] Lire la suite

BARZANI MOUSTAFA (1904-1979)

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 1 307 mots
  •  • 1 média

Né en 1904 à Barzan, dans le nord de l'actuel Irak, Moustafa Barzani est issu d'une famille patricienne de chefs religieux (sheikh) sunnites qui participa dès le début du xx e  siècle aux principales révoltes kurdes ; ses frères aînés, sheikh Abdou Salam II et sheikh Ahmed, s'illustrèrent respectivement dans la lutte contre la puissance ottomane (en 1909) et dans celle qui fut menée contre le gou […] Lire la suite

ÉTAT ISLAMIQUE (EI) ou DAECH ou DAESH

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La lutte contre l’État islamique »  : […] L’expansion rapide de l’État islamique sur le territoire irakien inquiète de plus en plus la communauté internationale. Elle provoque une crise politique à Bagdad, qui met fin au gouvernement de Nouri al-Maliki. Les appels à une intervention internationale se multiplient et, en août 2014, les États-Unis entament une campagne de frappes aériennes, pour enrayer la progression des troupes d’al-Baghd […] Lire la suite

EVREN KENAN (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 732 mots

Général turc, instigateur du coup d’État de 1980, Kenan Evren est né dans l’Empire ottoman le 17 juillet 1917 à Alaşehir, en Anatolie occidentale, dans l’Ionie largement peuplée de Grecs. Celui qui était surnommé le « Pinochet turc » est issu d’une famille de réfugiés turcs d’Üsküb (Skopje à partir de 1913, aujourd’hui en Macédoine du Nord), chassée par l’armée serbe en 1913, lors des guerres bal […] Lire la suite

GHASSEMLOU ABDUL RAHMAN (1930-1989)

  • Écrit par 
  • Christiane MORE
  •  • 764 mots

Né le 22 décembre 1930 à Urmiya, d'un père kurde, riche propriétaire terrien, et d'une mère assyrienne, Abdul Rahman Ghassemlou milite dès l'âge de quatorze ans dans les mouvements de jeunesse du parti Tudeh d'Iran, avant de rejoindre l'Union de la jeunesse démocrate du Kurdistan qui sera créée en 1946. En 1948, il quitte l'Iran pour étudier en Europe. Il séjourne quelques mois à Paris puis, ayant […] Lire la suite

GUERRE DU GOLFE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 239 mots
  •  • 2 médias

Dans la nuit du 1 er au 2 août 1990, deux ans après la fin d'une guerre très coûteuse contre l'Iran, le dirigeant irakien Saddam Hussein donne l'ordre à son armée d'envahir le Koweït, petit pays riche en pétrole et jouissant d'une position stratégique dans le golfe Persique. Il argue de droits hérités de l'époque ottomane et de la complaisance de l'émirat vis-à-vis des États-Unis et d'Israël. Da […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le paradoxe de l’homme fort  »  : […] Au cours de son second mandat (décembre 2010-août 2014), Nouri Al-Maliki dirige un cabinet qui se veut d’union nationale, mais dont aucune composante n’est solidaire de son action. Cette formule d’inclusion des Kurdes et des Arabes sunnites dans un gouvernement dominé par les partis religieux chiites a été encouragée par les États-Unis de peur de voir le pays majoritairement chiite basculer sous […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une phase d'adaptation »  : […] Le 31 mars 1979, un référendum approuve à 98 p. 100 des votants l'institution de la République islamique, mais les abstentions ont été nombreuses parmi les Kurdes, les Turkmènes, les milieux de gauche et les classes moyennes. Le gouvernement de Mehdi Bazargan doit faire face à de graves problèmes politiques : ralliement de l'armée, durement éprouvée par les exécutions, limitation des excès des tri […] Lire la suite

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 913 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Une mosaïque de cultures cimentées par une commune appartenance nationale »  : […] La diversité culturelle de l'Iran tient tout à la fois à la juxtaposition de milieux géographiques très contrastés (terres humides et palustres du littoral caspien, plateau aride ponctué d'oasis, grandes cuvettes désertiques du Dasht-e Kavir et du Dasht-e Lut, chaîne montagneuse du Zagros...) et à une histoire faite d'invasions successives qui ont inégalement marqué les différentes régions du pays […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-29 août 2022 Irak. Affrontements entre partisans sadristes et milices chiites.

En juin, les élus sadristes ont quitté le Parlement après que leur leader a échoué à former un gouvernement avec des formations sunnites et kurdes. Le Cadre de coordination, auquel il revient de tenter de former un gouvernement, a présenté la candidature au poste de Premier ministre de l’ancien ministre et ancien gouverneur de province Mohamed Shia al-Soudani. […] Lire la suite

5-8 juillet 2022 France – Syrie. Rapatriement de femmes et d'enfants détenus en Syrie.

Le 5, seize femmes et trente-cinq enfants de djihadistes partis combattre en Syrie sont rapatriés des camps de détention contrôlés par les forces kurdes dans le nord-est du pays. Les femmes sont aussitôt placées en garde à vue et les enfants pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. Le gouvernement privilégiait jusque-là le rapatriement « au cas par cas » des seuls enfants, que ceux-ci soient orphelins ou que leurs mères restées en Syrie aient accepté de s’en séparer. […] Lire la suite

21 juin 2022 Belgique – Syrie. Rapatriement de familles de djihadistes détenues en Syrie.

Ils étaient détenus dans le camp d’Al-Hol, contrôlé par les forces kurdes, dans le nord-est du pays. Les enfants, qui ont tous moins de douze ans, sont confiés aux services de protection de la jeunesse. Les femmes, toutes déjà condamnées in absentia en Belgique à des peines allant jusqu’à cinq ans de prison pour « participation aux activités d’un groupe terroriste », sont remises à la justice. […] Lire la suite

18 mai 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Dépôt des candidatures de la Suède et la Finlande à l'OTAN.

La Turquie souhaite également que soit levée l’interdiction de lui vendre certaines armes, décidée à la suite de l’intervention de l’armée turque contre les forces kurdes en Syrie, en octobre 2019.  […] Lire la suite

24 février 2022 France. Condamnation de la France par le comité des droits de l'enfant des Nations unies.

Le comité des droits de l’enfant, partie du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, saisi en mars 2019 par une quinzaine de familles d’enfants français détenus dans les camps du nord-est de la Syrie contrôlés par les forces kurdes, condamne la France. Il estime qu’en ne rapatriant pas ces enfants celle-ci viole ses obligations au regard de la Convention internationale des droits de l’enfant, notamment le « droit à la vie » et le « droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thomas BOIS, Hamit BOZARSLAN, Christiane MORE, Éric ROULEAU, « KURDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kurdes/