BARZANI MOUSTAFA (1904-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1904 à Barzan, dans le nord de l'actuel Irak, Moustafa Barzani est issu d'une famille patricienne de chefs religieux (sheikh) sunnites qui participa dès le début du xxe siècle aux principales révoltes kurdes ; ses frères aînés, sheikh Abdou Salam II et sheikh Ahmed, s'illustrèrent respectivement dans la lutte contre la puissance ottomane (en 1909) et dans celle qui fut menée contre le gouvernement irakien appuyé par les Britanniques (en 1931-1932). C'est à l'occasion de ces derniers affrontements que Barzani fait ses premières armes ; après la défaite de son frère, sheikh Ahmed, il prend la tête de trois cents hommes et mène, depuis les villages turcs situés près de la frontière, une guérilla contre les troupes irakiennes ; arrêté par les Turcs, livré aux Irakiens, il est assigné à résidence à Souleymaniyé où il restera six ans (1936-1942). Ce long séjour dans la capitale intellectuelle du Kurdistan irakien permet à Barzani de se former politiquement au contact des élites nationalistes kurdes ; il participe notamment aux réunions clandestines du mouvement Brayati (la Fraternité), qui fusionnera en 1941 avec d'autres organisations nationalistes kurdes pour former le parti Hewa (l'Espoir). C'est grâce à l'aide de ce parti que Barzani peut, après son évasion de Souleymaniyé en juillet 1943, organiser de nouveau la rébellion contre le gouvernement de Bagdad (1943-1945) ; cette guérilla, ponctuée par une longue trêve, s'achève par une débâcle pour les Kurdes ; ayant compté à tort sur le soutien britannique, abandonné par certaines fractions tribales, Barzani quitte le Kurdistan irakien assiégé et gagne l'Iran (octobre 1945). Il met ses troupes au service de l'éphémère République kurde de Mahabad (janvier 1946-janvier 1947), soutenue par les Soviétiques et dirigée par Ghazi Mohammad ; ce dernier fait de Barzani l'un des quatre généraux de sa République. Après la prise de Mahabad par les troupes iraniennes, Barzani tente de négocier sa reddition auprès de Téhéran, reprend les hostilités contre les forces du shah, se replie en Irak où il est pourchassé, puis gagne l'U.R.S.S. au terme d'une marche héroïque avec quelque cinq cents compagnons (mai-juin 1947).

Il restera en U.R.S.S. pendant onze ans, d'abord en Azerbaïdjan, puis, après la mort de Staline, à Moscou où il suit des cours de russe et de marxisme-léninisme. Ce long exil en territoire soviétique, dans un contexte de guerre froide, lui vaut d'être qualifié de « général rouge » ou encore de « principal fantoche kurde de Moscou ». En fait, de 1947 à 1958, Barzani a une activité politique très limitée : il entretient peu de rapports avec le Parti démocratique kurde (P.D.K.) d'Irak créé, à son initiative et sur le modèle du P.C.U.S., à Bagdad, en 1946. Le renversement du régime monarchique irakien (coup d'État du général Kassem en juillet 1958) inaugure une nouvelle phase – la plus importante sur le plan politique et militaire – de la vie de Mollah Moustafa ; en octobre, il rentre à Bagdad où la population lui réserve un accueil triomphal. Pendant un an, Barzani et le P.D.K. collaborent avec le nouveau régime. Cette période euphorique est de courte durée. En 1960, Kassem rompt avec le Parti communiste irakien et le P.D.K., s'appuyant désormais sur les partis de droite pour gouverner et prônant l'assimilation de la minorité kurde.

En mars 1961, Barzani regagne son fief de Barzan. C'est le début d'une longue guerre (1961-1975) interrompue par des trêves lors de chaque changement de gouvernement en Irak. Longtemps méconnu à l'étranger, Barzani s'affirme, dans les années 1960, comme un homme d'État et devient, à l'intérieur comme à l'extérieur, une figure légendaire. On se plaît à évoquer la personnalité contradictoire de ce chef tribal ; profondément enraciné dans sa culture, Barzani ne voit d'issue au drame kurde que dans une politique d'alliance internationale, subordonnant le destin de son peuple au parrainage d'une grande puissance. Cette aliénation de la cause kurde au bon vouloir de ses protecteurs va discréditer progressivement sa politique. Soutenu par l'U.R.S.S. lors de la deuxième guerre du Kurdistan irakien (1963-1964), il se tourne, dès 1965, vers l'Iran du shah qui lui fournit une aide militaire lors de la troisième guerre contre le gouvernement de Bagdad (1965-1966). La contrepartie de cette aide est lourd [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur d'anthropologie à l'université d'Aix-Marseille, ancien directeur de l'Institut français de recherche en Iran

Classification

Autres références

«  BARZANI MOUSTAFA (1904-1979)  » est également traité dans :

GHASSEMLOU ABDUL RAHMAN (1930-1989)

  • Écrit par 
  • Christiane MORE
  •  • 764 mots

Né le 22 décembre 1930 à Urmiya, d'un père kurde, riche propriétaire terrien, et d'une mère assyrienne, Abdul Rahman Ghassemlou milite dès l'âge de quatorze ans dans les mouvements de jeunesse du parti Tudeh d'Iran, avant de rejoindre l'Union de la jeunesse démocrate du Kurdistan qui sera créée en 1946. En 1948, il quitte l'Iran pour étudier en Europe. Il séjourne quelques mois à Paris puis, ayant […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La paix intérieure pour le développement économique »  : […] La proclamation de l'autonomie kurde dans le cadre de la République irakienne, le 11 mars 1970, répond en partie aux revendications des Kurdes. Mais des contestations concernant la délimitation géographique de la région autonome ( Kirkouk) et la politique d'arabisation menée par le pouvoir central entravent l'application des accords. Les Kurdes eux-mêmes sont partagés. Tandis que Mollah Moustapha […] Lire la suite

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 404 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rupture entre le P.D.K. et le gouvernement central »  : […] L'accord du 11 mars 1970, considéré par le pouvoir baassiste comme « la solution adéquate au problème kurde », n'avait pas été accepté par tous les compagnons de Mustafa Barzani. Durant la période transitoire de quatre ans prévue pour préparer la loi d'autonomie, les clivages s'accentuèrent au sein du P.D.K. Une tendance minoritaire trouvait l'accord satisfaisant et voulait se dégager de toute aid […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian BROMBERGER, « BARZANI MOUSTAFA - (1904-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moustafa-barzani/