HUSSEIN SADDAM (1937-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Douze ans après la fin de la guerre du Golfe (cessez-le-feu du 3 mars 1991) et l'instauration d'un régime international de sanctions sans précédent (résolution 687 du Conseil de sécurité des Nations unies, 3 avril 1991), le régime de Saddam Hussein est tombé par la force le 9 avril 2003, à la suite de l'opération militaire américano-britannique Iraqi Freedom (Liberté pour l'Irak) déclenchée le 20 mars 2003. À la tête de la république d'Irak depuis 1979, Saddam Hussein représentait l'un des derniers « vieux » dictateurs arabes de la région. La longévité de son régime aura été marquée par le déclenchement de deux guerres – contre l'Iran (1980-1988) puis contre le Koweït et la coalition interalliée (1990-1991) –, et par une répression intérieure fondant le pouvoir ultra-personnalisé de son président sur la terreur.

Le parcours politique de Saddam Hussein reflète l'histoire mouvementée et violente que traverse l'Irak moderne depuis sa création. Il illustre tout particulièrement le rôle joué à partir des années 1950 par le parti Baas dans l'ascension sociale et politique des couches provinciales modestes de la société civile irakienne. Il aura aussi consacré l'accaparement de l'État par un clan (celui des Albou Nasser) issu de la minorité arabe sunnite.

Saddam Hussein est né le 28 avril 1937 dans un village proche de Tikrit, bourgade située à une centaine de kilomètres au nord de Bagdad. Issu d'une famille paysanne arabe sunnite, il est élevé par son oncle maternel qui l'amène dans la capitale. En 1955, alors lycéen, il milite clandestinement au sein du parti Baas puis collabore au premier coup d'État avorté de 1956. C'est pourtant en témoin discret qu'il assiste au renversement de la monarchie en juillet 1958 et à l'installation du gouvernement baassiste du général Kassem. L'année suivante, il participe à la tentative d'assassinat de Kassem dont l'action est progressivement contestée par le parti. Blessé, condamné à mort par contumace, il s'enfuit à Damas, berceau historique des théoriciens et idéologues du Baas. Réfugié ensuite au Caire, il entame ses études de droit tout en encadrant sur place les étudiants baassites. L'implication du parti Baas dans le coup d'État mené en février 1963 par Abdel Salam Aref sonnera pour lui le signal du retour au pays. Il replonge dans la clandestinité, son parti se voyant très tôt évincé par le nouveau gouvernement en place. Cela ne l'empêche pas d'en gravir progressivement les échelons jusqu'à devenir secrétaire du nouveau commandement régional d'Irak. Dès son retour à Bagdad, il est emprisonné. À sa sortie en 1966, il est promu secrétaire général adjoint du parti, en charge du secteur de l'information.

Dès lors, Saddam Hussein fait partie des cadres influents du Baas et travaille en coulisse à sa propre conquête du pouvoir. Il prépare en secret le putsch de son cousin éloigné, le général Hassan Al-Bakr (juillet 1968), et, avec lui, accède au sommet de l'État. Nommé en 1969 vice-président du Conseil de commandement de la révolution (C.C.R.), il établit progressivement son emprise sur les milices, les services de sécurité et l'armée et s'impose dorénavant comme le véritable homme fort du régime. L'annonce, le 16 juillet 1979, de la démission du général Al-Bakr pour raisons officielles de santé marque la victoire totale de Saddam Hussein qui, désormais, cumule tous les postes clés du régime. Il est élu président de la République, secrétaire général du parti, président du C.C.R. et commandant en chef des armées. Sa mainmise sur l'État est suivie, dès le 28 juillet 1979, par une purge sanglante qui frappe jusqu'à ses plus anciens camarades politiques.

Alors à la tête d'un Irak riche et puissant (deuxième réserve pétrolière mondiale, en plein essor économique et industriel), Saddam Hussein cède à ses nouvelles ambitions régionales. Il lance son armée moderne dans de grandes entreprises de conquête (invasion de l'Iran en 1980 puis du Koweït en 1990), jusqu'à déclencher une réaction internationale quasi unanime (opération Tempête du désert). Le pays en ressort vaincu, ruiné et mis au ban de la communauté internationale. S'appuyant sur un cercle de fidèles de plus en plus restreint, majoritairement issus de sa famille directe, de sa tribu ou de son [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chargée de mission Moyen-Orient, direction des affaires internationales et stratégiques, ministère des Affaires étrangères

Classification

Autres références

«  HUSSEIN SADDAM (1937-2006)  » est également traité dans :

AZIZ TAREK (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 653 mots

Homme d’État irakien, Tarek Aziz fut vice-Premier ministre (1979-2003) et ministre des Affaires étrangères (1983-1991) dans le gouvernement baasiste de Saddam Hussein. Né le 28 avril 1936 dans le nord de l’Irak, près de Mossoul, au sein d’une famille de confession catholique chaldéenne, Tarek Aziz, de son vrai nom Tarek Hanna Mikhaïl Issa, étudie l’anglais au futur collège des beaux-arts de l’uni […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La ville contemporaine  »  : […] Légèrement en amont du confluent du Tigre et de la rivière Diyala, dans l'axe de peuplement dense de la Mésopotamie, Bagdad se situe à mi-chemin des montagnes du Kurdistan et des marais de la basse Mésopotamie, à l'endroit où le Tigre et l'Euphrate se rapprochent. À peu près équidistante des deux autres grandes villes du pays qu'elle domine nettement, Mossoul au nord et Bassorah au sud, la capital […] Lire la suite

BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 1 164 mots

Aux discrètes obsèques d'Ahmed Hassan al- Bakr, le 5 octobre 1982 à Bagdad, trois personnalités mènent le deuil : Michel Aflak, un des fondateurs historiques du parti Baas auquel adhéra très tôt le jeune officier Bakr ; le roi Hussein de Jordanie, dont le cousin, Fayçal II d'Irak, avait été renversé, et tué, par le coup d'État du 14 juillet 1958 auquel participa le général Bakr ; le président Sadd […] Lire la suite

BARZANI MOUSTAFA (1904-1979)

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 1 307 mots
  •  • 1 média

Né en 1904 à Barzan, dans le nord de l'actuel Irak, Moustafa Barzani est issu d'une famille patricienne de chefs religieux (sheikh) sunnites qui participa dès le début du xx e  siècle aux principales révoltes kurdes ; ses frères aînés, sheikh Abdou Salam II et sheikh Ahmed, s'illustrèrent respectivement dans la lutte contre la puissance ottomane (en 1909) et dans celle qui fut menée contre le gou […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « Le nouvel ordre mondial »  : […] En 1988, le vice-président George H. Bush succède à Ronald Reagan. La désintégration de l'Union soviétique, symboliquement manifestée par la destruction du Mur de Berlin en 1989, laisse les États-Unis en position de seule superpuissance mondiale. En 1990, un conseiller du président Bush lance l'idée de « nouvel ordre mondial ». De multiples conflits menacent la paix : terrorisme, prolifération de […] Lire la suite

IRAK GUERRE D' (2003-2011)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 425 mots
  •  • 1 média

L'intervention armée américano-britannique « Liberté pour l'Irak » lancée le 20 mars 2003 contre l'Irak a provoqué la chute du régime de Saddam Hussein après une vingtaine de jours de combats. L'Irak figurait sur l'« axe du Mal » fustigé par le président George W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001, dans le cadre de sa campagne contre le terrorisme international et les pays qui le […] Lire la suite

GUERRE DU GOLFE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 239 mots
  •  • 2 médias

Dans la nuit du 1 er au 2 août 1990, deux ans après la fin d'une guerre très coûteuse contre l'Iran, le dirigeant irakien Saddam Hussein donne l'ordre à son armée d'envahir le Koweït, petit pays riche en pétrole et jouissant d'une position stratégique dans le golfe Persique. Il argue de droits hérités de l'époque ottomane et de la complaisance de l'émirat vis-à-vis des États-Unis et d'Israël. Da […] Lire la suite

GUERRE IRAK-IRAN, en bref

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

La révolution islamique qui a porté l'ayatollah Khomeyni au pouvoir en Iran en 1979 est la raison directe de la guerre déclenchée par l'Irak, le 22 septembre 1980. Même si celle-ci s'inscrit dans une longue série de contentieux frontaliers, sa longue durée (huit ans), la violence des combats, le nombre très élevé de victimes (1 200 000 morts), l'utilisation d'armes non conventionnelles et l'intern […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Une concentration accrue du pouvoir et des ressources  »  : […] À l'intérieur, le statu quo politique domine : Saddam Hussein reste à la tête d'un régime assiégé, désargenté et largement délégitimé aux yeux de sa propre population, mais qui a su au fil des années s'accommoder des restrictions et développer des instruments de survie. Le président concentre plus que jamais le pouvoir entre ses mains. Son omniprésence se fait également sentir dans la gestion de […] Lire la suite

IRAK-IRAN (GUERRE)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 3 780 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La crise »  : […] L'avènement à Téhéran d'une République islamique est d'abord salué avec satisfaction par l'Irak, en raison de l'hostilité qu'elle proclame à l'encontre du sionisme et de l'impérialisme. Cependant, les incidents de frontière, qui n'avaient, à vrai dire, jamais complètement cessé, se multiplient tandis que l'Iran manifeste un intérêt accru pour le Golfe. Le président Saddam Hussein estime qu'il con […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise SELLIER, « HUSSEIN SADDAM - (1937-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saddam-hussein/