KIRKOUK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Irak : carte administrative

Irak : carte administrative

Carte administrative de l'Irak. 

Afficher

Ville du nord de l'Irak, Kirkouk, ou Kirkūk (1 200 000 hab. selon les estimations de 2008), capitale de la province du même nom, est située près du Zagros entre Bagdad et Mossoul. Ce centre commercial et industriel doit sa prospérité à l'extraction du pétrole. Son origine, cependant, est ancienne : d'abord ville assyrienne (Arrapha ou ‘Arafa) puis néo-babylonienne, Kirkouk reçut son nom (Karka) à l'époque hellénistique. Le tell qui recouvre son site archéologique est surmonté d'une petite mosquée, Nābi Daniel, où la tradition voit la tombe du prophète Daniel. La découverte du pétrole dans la région est faite en 1927 par l'Iraq Petroleum Company (I.P.C.) ; le gisement géant, toujours en exploitation, est concentré sur un simple anticlinal de 80 à 90 kilomètres de longueur. Kirkouk possède une petite raffinerie, mais l'essentiel du pétrole est évacué par pipeline. Un réseau d'oléoducs relie le champ à la raffinerie de Baijï, la plus grande du pays, et surtout à la Méditerranée, en vue de l'exportation. En raison des vicissitudes politiques, la double conduite aboutissant à Ceyhan (Turquie) a remplacé les branches dirigées vers Haïfa (Israël), Tripoli (Liban) et Banyas (Syrie).

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification

Autres références

«  KIRKOUK  » est également traité dans :

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La paix intérieure pour le développement économique »  : […] La proclamation de l'autonomie kurde dans le cadre de la République irakienne, le 11 mars 1970, répond en partie aux revendications des Kurdes. Mais des contestations concernant la délimitation géographique de la région autonome ( Kirkouk) et la politique d'arabisation menée par le pouvoir central entravent l'application des accords. Les Kurdes eux-mêmes sont partagés. Tandis que Mollah Moustapha […] Lire la suite

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 404 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les transformations de l'espace kurde depuis la guerre d'Irak »  : […] De 1999 à 2003, l'espace kurde traversa une période de calme relatif : l'appel d'Öcalan à suspendre la guérilla fut entendu par les militants du P.K.K., qui se replièrent en partie sur le Kurdistan irakien. La candidature de la Turquie à l'Union européenne, accompagnée de la levée des interdits concernant l'usage écrit et audiovisuel de la langue kurde, contribua à apaiser la situation, sans pour […] Lire la suite

Les derniers événements

11-29 mars 2020 Irak. Nouvelle attaque d'une base de la coalition internationale.

Une attaque similaire contre une base militaire de Kirkouk, en décembre 2019, qui avait tué un Américain, avait entraîné de lourdes représailles, aboutissant à l’assassinat par les États-Unis du général iranien Ghassem Soleimani à Bagdad, en janvier. Le 13, les États-Unis ripostent en bombardant cinq dépôts d’armes de la milice pro-iranienne des brigades du Hezbollah qu’ils accusent d’être l’auteur des tirs de roquettes. […] Lire la suite

27-31 décembre 2019 Irak – États-Unis – Iran. Opérations antiaméricaines.

Le 27, une base militaire abritant des soldats américains à Kirkouk, au nord de Bagdad, est la cible d’une attaque massive à la roquette. Un sous-traitant américain est tué. Washington met en cause les brigades du Hezbollah, milice chiite irakienne pro-iranienne intégrée dans l’armée irakienne. Cependant, le mouvement de contestation du régime et de son allié iranien se poursuit à travers le pays. […] Lire la suite

5-29 octobre 2017 Irak. Reconquête par l'armée des territoires contrôlés par les Kurdes.

Le 16, l’armée s’empare de Kirkouk désertée par les forces kurdes qui contrôlaient la ville située aux abords du Kurdistan. Elle reprend possession des champs pétroliers dont l’exploitation représentait la principale source de revenus de la province kurde autonome. Le Parti démocratique du Kurdistan du président kurde Massoud Barzani et l’Union patriotique du Kurdistan gérée par le clan rival de la famille Talabani se renvoient la responsabilité de la perte de la ville, rompant l’unité de façade affichée lors de la préparation du référendum d’indépendance de septembre. […] Lire la suite

3-31 août 2014 Irak. Implication militaire américaine contre l'État islamique

Le 23, Erbil et Kirkouk, villes contrôlées par les Kurdes, sont la cible d'attentats revendiqués par l'E.I. Le 29, dans une tribune publiée dans la presse, le secrétaire d'État américain John Kerry appelle à la constitution de « la plus large coalition de nations possible » pour lutter contre l'E.I. Le 31, l'armée irakienne brise le siège que les djihadistes imposaient depuis juin à la ville turkmène chiite d'Amerli, au nord de Bagdad. […] Lire la suite

10-29 juin 2014 Irak. Établissement d'un califat par l'État islamique en Irak et au Levant

Le 11, les peshmergas kurdes occupent la ville pétrolière de Kirkouk, proche du Kurdistan, tandis que l'E.I.I.L. s'empare de Tikrit, chef-lieu de la province de Salaheddine, située à 160 kilomètres au nord de Bagdad. Le 12, le président américain Barack Obama tout comme le président chiite iranien Hassan Rohani s'engagent à soutenir les autorités de Bagdad face à la menace de l'E. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « KIRKOUK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kirkouk/