SCALIGER JULES CÉSAR (1484-1558)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Italie d'une famille qu'il prétendait illustre et qui fut très vraisemblablement obscure, condottiere de l'épée avant de devenir « gladiateur des lettres » (Nisard), tour à tour étudiant et moine, Jules César Scaliger s'initie à la médecine, qu'il vient exercer en France : il se fixe à Agen, qu'il ne quittera pratiquement plus. Doué d'une force de travail et d'une mémoire exceptionnelles, il acquiert une érudition immense qui fait l'étonnement de ses contemporains mêmes. Traducteur (en latin) et commentateur savant mais aussi critique d'écrits scientifiques grecs — du livre d'Hippocrate sur l'insomnie (1538), du Traité des plantes et de l'Histoire des animaux attribués à Aristote (1556), de l'ouvrage de Théophraste, De causis plantarum —, auteur de considérations sur la métrique de la comédie, De comicis dimensionibus (1539), et d'une étude de linguistique latine fondée sur des principes neufs, neufs, le De causis linguæ latinæ (1540), il se signale par de fracassantes querelles avec des hommes de lettres, des savants, des philosophes, en particulier Cardan, et surtout Erasme, contre qui, avec une très grande violence, dans les Orationes duae adversus Desiderium Erasmum eloquentiæ romanæ vindices (1531-1536), il se fait le champion superbe et maladroit de Cicéron et des modernes cicéroniens.

Scaliger doit sa renommée à un ouvrage posthume, une Poétique en sept livres et en latin (Poetices libri septem, 1561), dont l'influence sur le xviie siècle littéraire sera considérable. Cet in-folio de 364 pages, composite et encombré de tout l'appareil scolastique, comprend deux parties, l'une descriptive sinon dogmatique, placée sous l'invocation d'Aristote, l'autre critique, placée sous le patronage de Virgile ; il s'en dégage tout un corps de doctrine qui rassemble beaucoup des points essentiels de ce qui sera l'esthétique classique : autorité souveraine d'Aristote, d'un Aristote souvent mal compris et faussé (on a pu parler, à propos de l'instaur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SCALIGER JULES CÉSAR (1484-1558)  » est également traité dans :

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du platonisme à la « fureur » poétique »  : […] La Renaissance éprise de beauté va déployer, surtout en Italie, un extraordinaire ensemble d'arts poétiques. Ici encore, le latin est la langue dominante, mais l' italien joue lui aussi un très grand rôle. Après Pétrarque et Boccace, le symbolisme ne recule pas. Mais la sensibilité s'accentue, en même temps qu'on redécouvre les formes païennes du plaisir poétique, qui donnent leur place aux jeux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_58606

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des formes populaires »  : […] En effet, de l'Empire romain au Moyen Âge européen, ce sont les formes populaires du jeu comique qui fleurissent partout, avec une continuité remarquable, au détriment du théâtre écrit. Si, dans les écoles, on a continué à lire Plaute et Térence, voire à composer des comédies latines, la renaissance du théâtre comique va se faire au Moyen Âge à travers la satire, la farce et l'allégorie, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_58606

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire littéraire »  : […] Le sixième livre de la Poétique de Jules César Scaliger (1561), intitulé Criticus , dresse un tableau comparatif des poètes grecs et latins : dès le xvi e  siècle, le terme « critique » n'est plus limité à la philologie. Au cours du xvii e  siècle, en F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_58606

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La Renaissance : élargissement des horizons, maintien des traditions, stagnation de la réflexion théorique »  : […] À la Renaissance, volonté humaniste de restaurer les belles-lettres et volonté bourgeoise de préparer les rédacteurs pour les administrations royale ou pontificale, raniment la tradition italienne d'une grammaire à but pratique ( ars dictandi ), appuyée sur la rhétorique et fondée sur l'usage des classiques latins. Idéal que symbolisent les Elegantiae ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-du-moyen-age-a-la-periode-contemporaine/#i_58606

PHILOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 4 817 mots

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Cette mentalité commence à changer dès le xii e  siècle, en Italie, avec la découverte de la médecine antique (Salerne) et du droit romain (Bologne) : le recours au texte – et à un texte sûr, exigé par ces sciences (et bientôt par d'autres, en un temps où toute science est d'abord livresque) – ramène en partie à l'ancienne attitude philologique. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philologie/#i_58606

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « SCALIGER JULES CÉSAR - (1484-1558) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-cesar-scaliger/