AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essentiel de l'œuvre aujourd'hui reconnue d'Amiel est son Journal intime, dont il n'avait publié de son vivant que de courts extraits. En ce sens, sa figure littéraire a été totalement modifiée, et même révélée, par la postérité, et il peut faire figure d'écrivain pur, à la fois séparé de son œuvre, dont il ne pouvait connaître la figure à venir, et consubstantiel à elle, puisque depuis son adolescence, ou presque, elle a été l'œuvre de chacun des jours de sa vie.

Les jours d'une vie

Né le 27 septembre 1821 à Genève, où il meurt le 11 mai 1881, Amiel perdit sa mère quand il avait onze ans. Deux ans plus tard, son père se jette dans le Rhône. À dix-neuf ans, il découvre Oberman, de Senancour, où il reconnaît si bien ses émotions qu'il en abandonne la lecture. Élevé par un oncle, il part en 1844 pour l'université de Berlin, où il suit les cours, entre autres, de Trendelenburg et de Schelling. En 1849, il est nommé professeur de littérature française et d'esthétique à l'académie de Genève (plus tard université), puis il y enseigne l'histoire de la philosophie, et la philosophie. De son propre aveu, sa carrière n'est pas une réussite ; il se plaint dans son Journal de ne pas parvenir à préparer convenablement ses cours, à les composer, à intéresser son public. Il échoue de même à réaliser l'essentiel de ses projets littéraires, dont ne subsistent que des listes ambitieuses (une « Phénoménologie de l'esprit », un « Art de la vie »), et publie cependant des articles, en particulier littéraires (sur Rousseau, sur Mme de Staël), et des recueils de vers (Grains de mil, en 1854 ; Il Penseroso, en 1858 ; La Part du rêve, en 1863 ; Jour à jour, en 1880). On note enfin qu'il entreprend des traductions de poètes, aux alentours de 1876 (Chamisso, Goethe, Heine, Hölderlin, Leopardi, Byron, Camoens, Petöfi), et qu'il compose, en 1857, deux hymnes patriotiques qui ont compté dans l'histoire helvétique. On peut considérer aussi, comme il l'a fait lui-même, qu'il a échoué à se marier et à fonder un foyer (ce terme de « foyer » a pour lui toute [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Présupposés et stratégies de l'autobiographie »  : […] La vulgarisation et la valorisation médiatique du discours autobiographique permettent de souligner son rôle social de reproduction. « Parler d'histoire de vie, c'est présupposer au moins, et ce n'est pas rien, que la vie est une histoire » (P. Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales , juin 1986). Quelle autobiographie serait en mesure de présenter ou représenter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_5735

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Enfants de Calvin et de Rousseau »  : […] Traçons encore quelques filières morales. Une singularité, chez ces francophones, est donc le calvinisme majoritaire. Comment son influence s'est-elle exercée en littérature depuis le xvi e  siècle ? Les intellectuels, plus souvent magisters et pasteurs que poètes aux mains nues, vont pratiquer jusqu'à l'obsession l'examen de conscience. Rien, ici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_5735

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre PACHET, « AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC - (1821-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-frederic-amiel/