CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE (1768-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il « restaura la cathédrale gothique, rouvrit la grande nature fermée, inventa la mélancolie et la passion moderne. » Ce jugement de Théophile Gautier résume heureusement l'image légendaire de Chateaubriand, auteur opportun du Génie du christianisme, peintre mélodieux des rives du Meschacébé, alias Mississippi, et pionnier presque involontaire du désarroi romantique, via René et le « vague des passions ». Mais Gautier n'évoque pas ce à quoi, dans sa vie, Chateaubriand tint le plus, son personnage politique ; serviteur parfois indocile, et plus souvent insatisfait, de Bonaparte, puis des Bourbons restaurés, il sut de démissions en renvois se donner le rôle amer et savouré de l'« inutile Cassandre » (discours du 7 août 1830), de l'homme assez libre et lucide pour avertir ses propres partisans de leurs erreurs, et rejeté par eux pour cela même. Il y avait dans cette attitude un dépit d'arrivisme déçu qui ne fut étranger ni à la rédaction ni, après sa retraite définitive en 1830, à l'achèvement de ces fameux Mémoires d'outre-tombe ébauchés dès le début du siècle : monument indubitable, et œuvre sans pareille dans son mélange d'intimisme et d'épopée, de nostalgie et de sarcasme ; c'est sa vie telle que Chateaubriand a voulu la faire lire, et tous les silences, toutes les distorsions du vrai y sont concertés en vue de l'harmonie du tout. Peintre de son temps, Chateaubriand s'y montre moins fragile historien des trente premières années du siècle que de sa propre aventure, dont les zones d'ombre ne furent qu'après sa mort fouillées par l'érudition bien ou mal intentionnée. Aujourd'hui que nous connaissons Chateaubriand, homme politique et homme privé, bien mieux que ne faisaient ses contemporains, nous pouvons sur l'essentiel reprendre les définitions qu'il donnait lui-même de sa situation « entre deux siècles, comme au confluent de deux fleuves » (Mémoires d'outre-tombe, XLIV, viii) : entre la république et la monarchie, entre le doute et la foi, entre le souvenir et la prédiction. Lire Chateaubriand aujourd'hui c'est donc encore souvent s'enchanter d'un style ; c'est admirer un historien original ; c'est, da [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, docteur d'État ès lettres, assistant à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE (1768-1848)  » est également traité dans :

CHATEAUBRIAND. POÉSIE ET TERREUR (M. Fumaroli)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 109 mots

Goethe avait intitulé Poésie et vérité son autobiographie , où se formule un certain idéal du moi. Symétriquement, la méditation sur les fractures du temps et sur les interférences entre histoire personnelle et histoire politique conduit Marc Fumaroli à baptiser son essai Chateaubriand. Poésie et Terreur (De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateaubriand-poesie-et-terreur/#i_8498

ESSAI SUR LES RÉVOLUTIONS, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

En 1794, F. R. de Chateaubriand (1768-1848) commence à rédiger l'Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la Révolution française. Quand il le publie, en 1797, à Londres, la Révolution est achevée. À l'en croire, il renie l'ouvrage aussitôt publié, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-les-revolutions/#i_8498

MÉMOIRES D'OUTRE-TOMBE, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 115 mots
  •  • 1 média

Les Mémoires d'outre-tombe sont, comme le signale leur titre et selon la volonté de Chateaubriand (1768-1848), une œuvre posthume, publiée d'abord en feuilleton dans La Presse, à partir du 21 octobre 1848, puis en douze volumes, de 1849 à 1850. Ils sont issus des « Mémoires de ma vie », commencés en 1809, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-d-outre-tombe/#i_8498

RENÉ, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 053 mots
  •  • 1 média

René (sous le titre René et Céluta) et Atala furent conçus au départ comme des épisodes des Natchez, roman dont Chateaubriand (1768-1848) puisa l'inspiration dans son voyage en Amérique du Nord (juillet-décembre 1791), mais qu'il ne publia qu'en 1826. Il l'a en effet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene/#i_8498

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Présupposés et stratégies de l'autobiographie »  : […] Chez Chateaubriand aussi la fiction de la tombe (« J'ai toujours supposé que j'écrivais assis dans mon cercueil », Préface testamentaire, 1833) assure dans l'imaginaire le seul point d'ancrage pour une écriture sans cesse tracassée par l'histoire. Work in progress, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_8498

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 511 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un thème romantique »  : […] Un passage des Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand peut être à cet égard considéré comme exemplaire : « Il serait trop long de raconter quels voyages je faisais avec ma fleur d'amour ; comment, main en main, nous visitions les ruines célèbres, Venise, Rome, Athènes, Jérusalem, Memphis, Carthage ; comment nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_8498

FONTANES LOUIS DE (1757-1821)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 647 mots

De famille noble, passionné pour la poésie, Fontanes produit avant la Révolution quelques œuvres qui lui permettent de se faire connaître dans le monde littéraire. En 1783, il publie une traduction en vers de l'Essai sur l'homme de Pope, précédé d'un Discours préliminaire qu'on trouva d'une rare sûreté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-fontanes/#i_8498

LES ANTIMODERNES (A. Compagnon)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 019 mots

sciences. En même temps la posture fascine sans doute parce qu’elle fait toujours de l'antimoderne une figure solitaire et tragique – Chateaubriand est à cet égard un archétype –, le héros malheureux de la « vie moderne » telle qu'elle se concrétise au long du xixe siècle. Mais, pour Antoine Compagnon, les antimodernes ne sont pas « tous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-antimodernes/#i_8498

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_8498

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question de l'enjeu »  : […] et arguments. C'est un pèlerinage qu'entreprennent, à la façon des hommes du Moyen Âge, Chateaubriand et Lamartine : leurs descriptions de paysages sont explications de textes bibliques. « Je connais maintenant le secret des douleurs de Jérémie, j'ai vu les lieux où il a chanté », écrit Chateaubriand à Mme Pastoret le 11 mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_8498

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick BERTHIER, « CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE - (1768-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rene-de-chateaubriand/