ROUSSET JEAN (1910-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand professeur (il enseigna à l'université de Genève, sa ville natale, de 1953 à 1976), Jean Rousset garde son nom avant tout attaché, avec raison mais non sans une part d'ambiguïté, à un sujet – le baroque – et à une méthode, nommée critique thématique, critique de la conscience, ou encore critique des profondeurs.

C'est en 1953 que Jean Rousset fait paraître sa thèse, sous le titre La Littérature à l'âge baroque en France. Cet ouvrage capital connaît un retentissement considérable. Reprenant notamment les études du critique et historien d'art Heinrich Wölfin en les appliquant à la littérature française entre 1580 et 1670, l'auteur y fonde la notion de baroque littéraire, dont il définit les deux principes esthétiques fondamentaux : la métamorphose (Circé) et l'ostentation (le paon). Rousset reviendra au moins à deux reprises explicitement sur cette question : en 1968, dans L'Intérieur et l'Extérieur. Essais sur la poésie et le théâtre au XVIIe siècle, et en 1998, pour son Dernier Regard sur le baroque. Il fit paraître également, en 1971, une Anthologie de la poésie baroque. Et dans des ouvrages comme Narcisse romancier (1973) ou Le Mythe de don Juan (1978), il ne quitte qu'apparemment son sujet de prédilection, dont il retrouve, à travers les thèmes du miroir ou du mouvement, les grandes problématiques.

Pour autant, Rousset ne limite nullement son champ d'investigation à la poésie et au théâtre français du xviie siècle. C'est ainsi qu'on lui doit des études pénétrantes sur Laclos, Flaubert, Proust, Claudel (Forme et signification, 1962), Marivaux, Robbe-Grillet (Narcisse romancier, 1973), Chrétien de Troyes, Rabelais, Goethe, Breton (Leurs yeux se rencontrèrent, 1981), Balzac, Amiel, Gide (Le Lecteur intime, 1986), Stendhal, Claude Simon (Passages, 1990).

De tels choix, apparemment éclectiques, répondent également à des orientations d'ordre théorique et méthodologique, dessinant un itinéraire qu'il convient de replacer dans le contexte intellectuel des années 1960 et 1970. On sait que, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROUSSET JEAN (1910-2002)  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'élaboration du concept : approche formelle et approche historique »  : […] Le mot « baroque » a eu sa période préhistorique : utilisé comme terme technique de joaillerie, d'origine portugaise, il a dérivé, dans certains pays, notamment en France, dans le sens de l'irrégularité, de l'insolite ou du barbarisme. Il n'en a pas été de même dans d'autres pays, notamment en Allemagne ou en Espagne, où le terme a défini l'art d'une période historique, sans jugement de valeur. Po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_15714

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La critique des thèmes, de la conscience et des profondeurs »  : […] Aux études historiques, qu'il ne juge pas inutiles mais dont il déplore le caractère statique, Albert Thibaudet, marqué par Bergson, veut substituer une analyse du mouvement de la création, par une méthode intuitive et métaphorique. Avec Charles Du Bos, cette mobilité critique devient une soumission métaphysique, voire une communion mystique. Enfin, les critiques de l'école dite de Genève – Alber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_15714

JOURNAL INTIME, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 993 mots

Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime. Sans que l'on puisse parler de « journaux », Michel Eyquem de Montaigne et Jean-Jacques Rousseau sont peut-être les plus illustres ancêtres de l'écriture de soi. Montaigne, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-intime-notion-de/#i_15714

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

Dans le chapitre « Le roman »  : […] Les deux histoires, celle de Marianne et celle de Jacob, le paysan parvenu, sont celles de deux héros qui se détachent du monde où ils ont grandi pour conquérir leur place dans la société. Ils n’en sont pas moins très différents. Marianne incarne à merveille le stéréotype de l’enfant trouvé. Le récit qu’elle fait des circonstances dans lesquelles elle fut trouvée dans un carrosse qui avait été att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_15714

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « ROUSSET JEAN - (1910-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-rousset/