BLACK JOSEPH (1728-1799)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste et physicien écossais né à Bordeaux, où son père était négociant en vins, et mort à Édimbourg. Il étudie à l'université de Glasgow, puis à celle d'Édimbourg où il obtient en 1754 son doctorat en médecine. Après avoir enseigné à partir de 1756 la médecine et la chimie à l'université de Glasgow, il occupe en 1766 la chaire de chimie de l'université d'Édimbourg ; il y poursuivra son enseignement jusqu'à sa mort, tout en pratiquant la médecine.

Son travail de thèse pour le doctorat en médecine, publié en 1756, est considéré comme un classique de la chimie par la qualité du travail expérimental, la clarté et la logique du raisonnement dont Black y fait preuve. Il y étudie certaines réactions de la « magnésie » (en fait le carbonate de magnésium) et de la « pierre calcaire » (le carbonate de calcium). Il montre ainsi que le carbonate de calcium fortement chauffé, même en l'absence d'air, donne un autre solide, la « chaux vive » (l'oxyde de calcium), et un « air » (un gaz) : cet « air » est le même que celui que Black obtient par action d'un acide sur la « pierre calcaire », et redonne celle-ci par réaction avec la « chaux vive ». Pour marquer qu'il se trouvait « fixé » au sein de la « pierre calcaire », Black nomme ce gaz l'« air fixe » (le dioxyde de carbone ou gaz carbonique) et l'identifie avec le gaz rejeté lors de la respiration par son action sur l'eau de chaux. Les expériences que Black a réalisées avec la « magnésie » l'ont conduit à des résultats similaires. Il montre qu'un moineau plongé dans une atmosphère d'« air fixe » meurt rapidement : l'« air fixe » est donc bien différent de l'air atmosphérique.

En étudiant les effets de la chaleur sur le carbonate de calcium, Black a soigneusement mesuré la perte de poids qui en résulte. Il a également mesuré la quantité de carbonate de calcium neutralisée par une quantité donnée d'acide. Cette application de mesures quantitatives à des phénomènes chimiques annonce ce qui deviendra une ving [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  BLACK JOSEPH (1728-1799)  » est également traité dans :

AIR, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 720 mots

Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air ( pneuma ) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont comprimés. Une compression plus forte de l'eau transforme celle-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-element/#i_9995

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  L'étude des gaz ou la chimie pneumatique »  : […] Une théorie empirique des gaz supposait d'abord la mise en œuvre d'une technique d'isolement. Au début du xviii e  siècle, Hales inventa le dispositif simple mais indispensable de la cuve à eau, qui sera perfectionné quand on remplacera l'eau par le mercure. Hales recueillit ainsi de nombreux gaz dégagés par chauffage de diverses substances ; mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_9995

DÉCOUVERTE DE L'HYDROGÈNE PAR CAVENDISH

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 727 mots

L’article envoyé en mai 1766 par l’honorable Henry Cavendish (1731-1810) à la Royal Society, dont il est membre, décrit de façon magistrale la découverte d’un gaz léger s’échappant de certaines réactions chimiques : l’hydrogène. Ces travaux, publiés dans la livraison datée du 1 er  janvier 1766 des Philosophical Transactions , sont titrés « Three […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-hydrogene-par-cavendish/#i_9995

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1697 En s'appuyant sur les travaux de Johann Joachim Becher, Georg Ernst Stahl nomme phlogistique le principe combustible de « corps souterrains », c'est-à-dire des matériaux. 1754 J. Black désigne du nom d'« air fixé » le gaz (CO 2 ) qui s'échappe de la craie attaquée par un acide. 1766 Henry Cavendish, faisant agir l'acide sulfurique sur le fe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-de-l-air-reperes-chronologiques/#i_9995

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les travaux de Joseph Black »  : […] L'inexactitude de cette conclusion frappa Joseph Black (1728-1799) : les deux notions différentes que sont la température et la quantité de chaleur avaient été manifestement confondues. Black entreprit toute une série d'expériences en utilisant uniquement la balance et le thermomètre Fahrenheit. En plongeant une livre d'or à 150  0 F dans une livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_9995

WATT JAMES (1736-1819)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 1 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse de la machine à vapeur »  : […] Né le 19 janvier 1736 à Greenock, en Écosse, James Watt est initié très tôt au travail du bois et du métal dans l’atelier de son père, charpentier constructeur de bateaux. Avant de mettre au point la machine à vapeur à haute pression qui fera sa renommée, James Watt tente de s’investir dans le commerce des instruments scientifiques. À l’âge de dix- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-watt/#i_9995

Pour citer l’article

Georges BRAM, « BLACK JOSEPH - (1728-1799) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-black/